Koumassi-Sogefiha: Amedé Kouakou et Cissé Bacongo… endormir les consciences des populations pour mieux les contrôler

Koumassi-Sogefiha: Amedé Kouakou et Cissé Bacongo… endormir les consciences des populations pour mieux les contrôler
Quelques semaines après avoir commis des actes de vandalisme à Koumassi-Sogefiha (destruction de biens privés, agressions des populations, intimidations…) pour leur abstention à la parodie d’élection présidentielle, le régime RHDP veut endormir la conscience des populations terrorisées et en colère.
En effet, le ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, Amédé Koffi Kouakou s’y est rendu le jeudi 19 Novembre 2020 pour s’imprégner de l’état de la voirie du quartier Sogefiha, en vue de sa réhabilitation. « Nous sommes dans le quartier Sogefiha où il n’y a quasiment aucune voie bitumée. Le maire a entrepris de réhabiliter ce quartier. Nous sommes venus faire une évaluation des travaux à réaliser afin de pouvoir faire des propositions au gouvernement », a expliqué Amédé Koffi Kouakou. Il était en compagnie du ministre Claude Isaac Dé et du maire Cissé Bacongo. Il a souligné que le rôle du gouvernement est de venir voir ce qu’il peut apporter en termes d’appui en matière de voirie pour ce quartier.

Le maire de la commune de Koumassi, Cissé Ibrahim Bacongo a pour sa part, exprimé sa gratitude au gouvernement pour les grandes actions de développement menées partout en Côte d’Ivoire. Il s’est dit heureux de la présence de ces autorités venues toucher du doigt les réalités de sa commune, notamment le quartier Sogefiha.
Pourquoi ne pas s’intéresser d’abord à la voirie du quartier Divo qui demeure sous les eaux en période de grandes saisons de pluies ou au quartier campement dont la seule voie d’entrée et de sortie est exigu au point de créer des accrochages ou embouteillages aux heures de pointe?
Apparemment, Bacongo et ses collaborateurs ayant constaté que les habitants de ce quartier sont en majorité en colère après les événements post-électoraux, veulent passer à la décrispation ; une vraie médecine après la mort.
Ont-ils songé à dédommager les populations dont certains ont perdu leurs maisons et d’autres les magasins sans sommation? Cela est possible car en Afrique quand on est au pouvoir, on détient le portefeuille de l’Etat et toutes les richesses du pays. Mais pour l’instant, l’Etat ne parle pas de dédommagement. Il veut seulement entreprendre des travaux de voirie pour peut-être préparer les élections législatives de 2021 qui approchent à pas de galop.
L’utilisation du peuple comme bétail électoral est révolu depuis les élections présidentielles calamiteuses d’Octobre 2020, lesquelles élections ont été boudées par plus de 90% des Ivoiriens, selon l’opposition.
Le peuple est debout et ne compte plus se laisser distraire. De toutes les façons les travaux de l’Etat dans une commune sont un droit pour les populations qui paient des taxes et un devoir pour l’Etat qui perçoit les impôts.
Nathanaël Yao

Lire aussi:  Bouaké-Covid-19 : «Il ne faut pas confondre allègement des mesures barrières et fin de la pandémie» (Les cadres PDCI N'Guessan Lambert et Abel Benabra Kouakou)

Laisser un commentaire