IMG 20240316 WA0022

Célébration de la 41ème JMDC:  »Les efforts du gouvernement ne sont pas perçus dans l’assiette des populations », selon la FICR

8 / 100

La fédération ivoirienne des consommateurs  »Le Réveil » (Ficr) a sacrifié à la tradition de la célébration de la Journée mondiale des droits des consommateurs (JMDC) à travers une cérémonie de partage d’information, de sensibilisation et d’éveil de conscience organisée, le vendredi 15 mars 2024, au sein de la mairie d’Adjamé. Une occasion pour son président, Soumahoro Ben N’Faly d’exposer sur certaines mesures prises par le gouvernement contre la cherté de la vie et de dénoncer à la fois leur non-application.

Lors de la manifestation, le président de la FICR, Soumahoro Ben N’Faly, a décriée la non-application des mesures de plafonnement des prix des produits de grandes consommations prises par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la vie chère depuis l’ère du Premier ministre, Achi Patrick.

Sans langue de bois, il a lancé des piques qui visiblement sont adressés au régime en place.

 »Le gouvernement prend des mesures en faveur des consommateurs qui ne sont pas appliquées sur le terrain. Beaucoup d’efforts sont faits par le gouvernement mais cela n’est pas perçu dans l’assiette des consommateurs. Il appartient à l’Etat de prendre des dispositions pour protéger les consommateurs », a déclaré Soumahoro Ben N’Faly.

Le président de la structure a expliqué comment certaines organisations des consommateurs ont participé à la prise de la  décision  d’augmenter de 10%  l’électricité en Côte d’Ivoire.

A l’en croire, la question d’un délestage était en jeu.

 »Il y avait un choix face à notre opposition à l’augmentation de 10% ou de tomber dans le délestage. Vu que la lutte contre la fraude n’a pas obtenu son résultat donc nous nous sommes mis d’accord pour que ça soit juste pour un temps », a justifié Soumahoro.

Représentant le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Souleymane Diarrassouba, Koffi Ban, a donné un message de sensibilisation à l’usage du nouvel outil de lutte contre la vie chère à savoir l’application  »contrôle citoyen ».

Une plateforme digitale sur laquelle tout consommateur peut aller pour signaler auprès des autorités compétentes n’importe quel point de commerce qui n’applique pas les mesures de plafonnement de prix des produits  de grandes consommations.

Ce, de sorte à ce que la structure en charge de faire la répression, c’est-à-dire, la brigade de contrôle puisse venir intervenir dans les brefs délais.

A noter que c’est le premier magistrat de la commune d’Adjamé, Soumahoro Farikou, qui a prononcé le discours d’ouverture de cette activité.

Vagoné Dry-Bi