IMG 20240315 110637 450

41 ème JMDC : L’UFC-CI et le ministère du commerce vulgarisent un nouvel outil de lutte contre la vie chère

10 / 100

L’Union fédérale des consommateurs de Côte d’Ivoire (UFC-CI) a célébré la 41 ème Journée mondiale des droits des consommateurs (JMDC), le vendredi 15 mars 2024, dans un espace événementiel de Yopougon-Toit rouge, autour du thème : ‘’Une intelligence artificielle plus équitable pour les consommateurs’’. Une occasion pour avec ses partenaires notamment le ministère du Commerce et de l’Industrie, la CIE et l’ARTCI, former les citoyens aux mécanismes de consommation.

Dans son discours d’ouverture de la cérémonie, le vice-président de l’UFC-CI, Ouattara Salifou, a fait savoir que cette initiative avait pour objectif de sensibiliser, de former et d’informer les 200 participants à majeure partie étudiants sur les questions relatives à la loi sur l’électricité et l’eau ainsi qu’aux arnaques via les mobiles money afin que ces jeunes soient le relais auprès des autres franges de la population.

 »Chers consommateurs, l’activité d’aujourd’hui comporte un volet formation et information. Car un consommateur mal formé et mal informé constitue un réel danger pour lui-même et pour la communauté », a-t-il laissé entendre.

Et d’ajouter qu’ »un consommateur bien formé facilite le rapport autorité-consommateur ». 

Ouattara Salifou a fait savoir que cette journée est également une occasion pour eux de faire le point des actions de l’UFC-CI en faveur des consommateurs.

Autrement dit, il s’agissait de jeter un regard critique sur ses actions, d’en déceler les insuffisances d’une part et d’autre part d’y apporter les corrections nécessaires pour une meilleure défense des intérêts des consommateurs. 

D’après ses propos, au niveau de l’union fédérale, la célébration de la JMDC se fera de façon tournante chaque année à venir dans une nouvelle commune.

Il a souligné que les choix des lieux se feront en fonction de l’activisme de leurs populations respectives ; c’est-à-dire en fonction de leur appropriation des mécanismes de consommation, de leur engagement dans la lutte contre la vie chère.

La vulgarisation du nouvel outil de lutte contre la vie chère à savoir l’application  »contrôle citoyen » a été l’un des temps forts de l’activité de sensibilisation.

Représentant le ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba, Amy Wane de la Brigade de contrôle rapide de la Direction générale du commerce intérieur a épilogué longtemps sur le sujet.

D’entrée, elle a souligné que l’Etat ne ménage aucun effort pour accompagner les associations de consommateurs pour mieux défendre leurs droits afin de préserver leur pouvoir d’achat.

Par la suite, la représentante du ministère de tutelle a présenté avec des cas pratiques à l’appui l’application  »contrôle citoyen » en question.

Selon son exposé, cette application permet au citoyen de pouvoir saisir les autorités à l’effet d’intervenir pour la défense de leurs droits. En clair, chaque fois qu’un consommateur constate une augmentation abusive du prix d’un produit, d’un article, ou d’une quelconque marchandise (des prix qui ne respectent pas les plafonnements fixés par le gouvernement), l’individu peut s’en servir pour dénoncer cela et alerter les autorités compétentes qui viendront sanctionner le point de commerce en question. Il suffit tout simplement d’indiquer sur l’application la localisation de l’endroit où la violation des règles a été commise.

Amy Wane a rassuré qu’il n’y a aucun danger à utiliser cet outil pour lutter contre la cherté de la vie vu que les dénonciations restent anonymes.

Elle a insisté pour que les populations se l’approprient véritablement.

Vagoné Dry-Bi