AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

CAN2023/Côte d’Ivoire-Sénégal: Le CNSE noyé dans les tribunes par les Sénégalais… Bis repetita face aux Maliens? L’appel de Yodé et Siro

4 min read
98e5dcf0 5a2e 41a7 9814 914b70763afc
10 / 100

Les Eléphants de Côte d’Ivoire ont arraché leur ticket pour les ¼ de finales de la 34ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ouverte le 13 janvier dernier.

Si sur le rectangle vert, Franck Kessié et ses coéquipiers ont réussi à faire plier bagages à Sadio Mané et aux Lions de la Teranga à la suite des tirs au but, dans les tribunes, le match entre supporters était tout autre.

Les milliers de spectateurs et les millions de téléspectateurs qui ont suivi cette rencontre à suspens sont unanimes pour dire que le Comité National de Soutien aux Eléphants (CNSE) a été littéralement noyé par les supporters sénégalais.

Depuis l’ouverture des portes du stade Charles Konan Banny de Yamoussoukro jusqu’à la fin de la rencontre, les sénégalais ont donné de la voix accompagnée par le bruit strident de leurs tambours. Une situation qui a donné l’impression que la rencontre se jouait dans un stade sénégalais tant le CNSE était inexistant.

Le président du CNSE dépité

Cette situation inédite doit être analysée et corrigée pour ne plus que les Eléphants de Côte d’Ivoire soient privés du 12ème homme.

Cela est d’autant plus incompréhensible surtout que lors des matches de préparation du Onze national à domicile, le CNSE se retrouvait en nombre suffisant pour apporter le soutien supplémentaire aux joueurs.

Que s’est-il donc passé pour que le CNSE soit réduit au silence à ce stade aussi important de la compétition ?

Une chose est sûre, c’est que le premier responsable des supporters des Eléphants n’est pas du tout content. « Je n’ai même pas reçu un centime pour acheter les tickets. On n’a même pas habillé les gars. Nous avons commandé 6 400 tickets pour les supporters des Eléphants, on me donne 150 tickets. Et la Fondation, pour ce match, c’est les Sénégalais qui vendent les tickets. Nous les Ivoiriens, nous sommes chez nous et on n’a pas droit de citer », assène-t-il avec amertume.

Il faut en tirer les leçons pour que cela ne se reproduise plus surtout que le prochain match des Eléphants est face aux Aigles du Mali au stade de la paix de Bouaké.

L’appel de Yodé et Siro

La capitale de la région du Gbêkê sera le théâtre de l’affrontement entre Eléphants et Aigles, ce samedi 3 février 2024. Cette rencontre entre voisins se déroulera également dans les tribunes. Quand on sait qu’il existe une forte communauté malienne en Côte d’Ivoire, il faut dès à présent prendre les mesures qui s’imposent pour ne pas que les Eléphants supporters, champion d’Afrique dans les tribunes soient humiliés comme ce fut la cas face aux Sénégalais.

Il faut saisir au bond le cri du cœur de Yodé et Siro qui exhortent les artistes à apporter leur soutien aux CNSE.

« Nous lançons un appel à tous les wôyô de la Côte d’Ivoire. Samedi, la Côte d’Ivoire joue, nous voulons de l’ambiance au stade, nous voulons renforcer le CNSE. Nous avons besoin de 150 wôyô ».

Pour y parvenir, ils sollicitent la contribution de mécènes et de partenaires pour la mise à disposition de cars et de tickets.

Les autorités doivent donc saisir cette perche tendue par ces artistes zouglou pour rectifier le tir et faire du nid d’oiseau de Bouaké un cratère orange chaud bouillant.

TRETA Zoumana

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading