alassane ouattara

Côte d’Ivoire/Eurobond de plus de 1553 milliards FCFA: Un banquier s’inquiète et dénonce une méprise de la vérité de la dette ivoirienne

11 / 100

Le stock de la dette de Côte d’Ivoire s’accroit d’année en année. Et le dernier Eurobond qui a rapporté au pays d’Alassane Ouattara la bagatelle somme de plus de 1553 milliards FCFA fait débat. Des inquiétudes d’un banquier, de la méprise de la vérité de la dette ivoirienne et des informations contradictoires sur l’évolution du stock de la dette, tout y passe.

Selon une publication du confrère en ligne, abidjan.net, site et portail ivoirien d’informations générales, la Côte d’Ivoire a rouvert les marchés obligataires internationaux pour le continent africain après une absence d’émission d’Eurobond par des souverains d’Afrique subsaharienne depuis deux ans.

1d86b182 260d 4113 9101 d6f052ce0c71
Côte d’Ivoire/Eurobond de plus de 1553 milliards FCFA: Un banquier s’inquiète et dénonce une méprise de la vérité de la dette ivoirienne 6

Ainsi, poursuit le site, au termes d’échanges avec plus de 120 investisseurs, lors de la première journée de marketing de l’opération le lundi 22 janvier 2024, la Côte d’Ivoire a levé un montant de 2,6 milliards de dollars (soit plus de 1553 milliards FCFA) à travers deux obligations de maturité respectives de 9 ans et 13 ans. L’information a été rapportée dans un communiqué du ministère ivoirien des finances et du Budget.

Selon le communiqué, cette opération  » de taille record » qui a bénéficié d’un engagement de plus de 400 investisseurs, a permis d’atteindre un livre d’ordres de plus de 8 milliards de dollars représentant le niveau d’ordres le plus important jamais enregistré par un souverain en Afrique de l’ouest.

A en croire le document, cette transaction a fait l’objet d’une obligation historique des principaux investisseurs mondiaux, aussi bien des détenteurs actuels d’obligations de la Côte d’Ivoire que de nouveaux investisseurs de référence.

 » Les deux nouvelles obligations de la Côte d’Ivoire affichent des taux d’intérêt respectifs de 6.30% et 6.85% au terme de l’exécution, simultanément à l’émission obligataire, d’une opération de couverture de change Dollar-Euro portant sur la totalité du montant émis, soit un taux d’intérêt moyen de 6.61%.

L’exécution simultanée de ces deux opérations est une première pour un pays d’Afrique subsaharienne et capitalise sur l’historique de gestion proactive des risques de change et de taux de la République avec ses partenaires bancaires « , a fait savoir le communiqué.

Par ailleurs, l’on apprend également que cette opération renforce le positionnement de la Côte d’Ivoire sur le marché et la finance durable.

77b759e8 1970 48ae a7a5 84cfa5a720a2
Côte d’Ivoire/Eurobond de plus de 1553 milliards FCFA: Un banquier s’inquiète et dénonce une méprise de la vérité de la dette ivoirienne 7

« L’utilisation des fonds de l’opération sera très majoritairement affectée au rachat ainsi qu’au refinancement d’Eurobonds existants de la Côte d’Ivoire ainsi que de prêts bancaires internationaux », a ajouté le document.

 » La confiance accordée par les investisseurs à la Côte d’Ivoire dans un climat international marqué par une forte volatilité témoigne des excellentes perspectives macro-économiques du pays portées par une dynamique de croissance forte, durable et inclusive, dans un climat politique pacifié « , a estimé le communiqué.

La Côte d’Ivoire figure parmi les pays à forte croissance économique à l’échelle mondiale. Le pays enregistre une croissance moyenne de près de 7% par an.

LES INQUIETUDES D’UN BANQUIER

Tout cela est bien beau. Mais, Jean-Baptiste PANY, banquier de profession et ex-Sénateur élu de la Nation ivoirienne, s’inquiète pour l’avenir du pays.

Réagissant à cette nouvelle dette de la Côte d’Ivoire, le banquier a fait plusieurs tweets pour exprimer son inquiétude.

Pany JB 11
Jean-Baptiste Pany, ex-Sénateur et banquier de profession

 « Le service de la dette prive la Côte d’Ivoire de 75 à 90% de ses recettes fiscales (#Cour_des_Comptes) depuis quelques années. Malgré la faiblesse évoquée ci-dessus, @Gouvci semble confirmer son choix «inévitable» de solliciter encore le marché, se rapprochant de plus en plus d’une crise de sa dette souveraine.

L’enjeu/défi, ce sera comment minimiser le montant de la PRIME DE RISQUE (=différence entre le taux d’intérêt obtenu et le taux ordinaire du marché). Malgré qu’elle soit environ 60% du PIB<70%, «La Côte d’Ivoire vit donc au dessus de ses moyens», «nous vivons désormais à crédit et sur le dos de nos enfants et de nos arrières petits-enfants qui devront payer un jour…

Deux grandes questions : ce nouveau crédit c’est pour financer quoi? Ce crédit supplémentaire sera garanti par quelles sûretés?» A-t-il fait savoir dans son premier tweet.

MEPRISE DE LA VERITE DE LA DETTE IVOIRIENNE

Dans le second tweet, JB PANY a mis un point d’honneur sur la méprise de la vérité sur la dette ivoirienne. Selon lui : « La réalité d’une économie contrainte à affecter 75 à 90% de ses recettes fiscales au payement du service de la dette publique nécessite que la gouvernance de celle-ci soit plus transparente et surtout sincère. Ils sont bien courageux ceux qui, dans ces conditions, méprisent encore la vérité au point de faire croire aux citoyens que la dette publique de la Côte d’Ivoire est supportable, «sous contrôle et maîtrisée», alors même que les arbitrages qu’ils font au quotidien semblent indiquer le contraire. »

INFORMATIONS CONTRADICTOIRES SUR L’EVOLUTION DU STOCK DE LA DETTE

Dans son troisième tweet, le banquier a exprimé ses préoccupations quant aux « chiffres relatifs à la dette souveraine ».

Adama Coulibaly MEF
Adama Coulibaly, ministre de l’Economie et des Finances

« Les chiffres relatifs à la dette souveraine sont plus préoccupants, sauf erreur. L’information sur l’évolution du stock de la dette est diversement diffusée, selon la source utilisée, à l’instar des données statistiques en Côte d’Ivoire. Par exemple la mise à jour des données présentées au Parlement indique les montants ci-dessous en milliards de FCFA (pages 54 à 56):

>FCFA 24 774,4 réalisé en 2022;

>FCFA 27 821,9 estimé en 2023;

>FCFA 30 558 projetés en 2024(chiffre 2022).

Un autre Document de programmation budgétaire (de source aussi officielle) indique le concernant les chiffres actualisés ci-après (page 55 à 59):

>FCFA 24 774,4 réalisé en 2022;

>FCFA 29 091, estimé en 2023;

>FCFA 32 000,1 projeté en 2024

Ainsi va la Côte d’Ivoire des infaillibles, à fond sur la vague de l’économie de la dette.»

GRO