DSC 0675u

Reprise des municipales à Tiassalé/Guikahué met en confiance les militants PDCI et PPACI : «On peut gagner cette élection»

10 / 100

Pr Maurice Kakou Guikahué, vice-président et chef du secrétariat exécutif du PDCI-RDA, était, samedi 25 novembre 2023, à Tiassalé, pour le lancement de la campagne d’Alexis Amichia, candidat de l’alliance PDCI/PPACI pour les municipales qui seront reprises le 2 décembre prochain dans cette circonscription électorale. Et c’est le village de Dibykro, situé dans le périmètre communal de Tiassalé, qui a accueilli la cérémonie de lancement de la campagne de l’alliance.

Après les civilités et échanges de nouvelles entre la délégation du SE Maurice Kakou Guikahué et la communauté villageoise, c’est le chef de Dibykro, Nanan Koffi Jean-Claude, chef dudit village, au nom de la population, qui a ouvert les allocutions avec beaucoup de conseils pour que cette reprise des élections se déroule dans la paix et la cohésion.

A sa suite, c’est le Secrétaire national du PPACI, Bony Tanoh, qui s’est adressé aux électeurs de Tiassalé. «C’est le président Laurent Gbagbo, lui-même, qui a décidé que le candidat tête de liste pour la mairie de Tiassalé soit Alexis Amichia du PDCI-RDA. Tout ce qui se passe en ce moment, c’est dans l’objectif de la présidentielle de 2025. Un militant est un soldat, quand le chef lui dit allons, il suit. Si vous suivez Laurent Gbagbo, votez Alexis Amichia», s’est-il adressé à l’auditoire ; dans un tonnerre d’applaudissements.

Alexis Amichia du PDCI-RDA et son colistier Boka Boka du PPACI, se sont succédé au micro pour faire des promesses et décliner leur vision commune pour les populations de Tiassalé.

Et le Chef du Secrétariat exécutif du PDCI-RDA, Maurice Kakou Guikahué, de mettre fin à la cérémonie avec cette adresse aux électeurs :

«Nous sommes très sensibles à la qualité de l’accueil qui a été réservé et la présence importante des chefs des différents villages et campements.

Nous sommes venus lancer la campagne. On aurait dû le faire en ville, mais nous avons choisi de venir dans un village de la commune, pour montrer que dans le périmètre communal, les quartiers de la ville ont la même importance que les villages dans le périmètre communal. Le maire n’est pas seulement maire de la ville, il est maire aussi pour les villages. Et le développement qui doit être fait en ville doit être également fait dans les villages, parce que c’est un périmètre communal.

Nous sommes venus vous dire qu’il est important de donner la mairie au PDCI-RDA avec le PPA-CI. Le PDCI-RDA est un parti de paix, de dialogue et de tolérance.

Nous avons fait les élections le 2 septembre, nous avons perdu. Donc si Dieu avait décidé, il faut lire les signes, que la mairie ne soit pas au PDCI, on allait confirmer le résultat et c’était fini. Mais pourquoi on recommence ? Parce que celui qui devrait gagner n’as pas gagné. C’est le PDCI et le PPACI, ensemble, qui doivent gagner.

Regardez bien Tiassalé, si on prend le PDCI et le PPACI, est-ce que quelqu’un peut gagner encore à Tiassalé ? A Tiassalé, il n’y a pas d’indépendant. Tous ceux qui sont à Tiassalé ont leur parti politique.

Tiassalé, c’est la représentation de tout le pays, c’est la Côte d’Ivoire en miniature, toutes les ethnies sont représentées à Tiassalé. Donc quand il y a élections et PDCI-PPACI sont ensemble et on ne gagne pas, ce n’est pas la peine.

Je suis venu vous dire de prendre vos responsabilités. Gagnez pour être devant et non derrière. C’est pourquoi le président du parti m’a envoyé pour vous parler.

On a fait 2 septembre, ça n’a pas marché. On dit on va faire 2 décembre, est-ce que vous allez faire la même chose ? Donc le 2 décembre, y’a pas malade, personne ne doit être malade, tout le monde doit voter. Une voix, ça gagne. Une voix peut tout changer dans une élection donc ne restez pas à la maison, allez tous votez la liste PDCI/PPACI. On peut gagner cette élection.»

Gilles Richard OMAEL, à Tiassalé