AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Erreur ou négligence médicale mortelle: Depuis 1 an, l’âme de Dylan Auzilleau interroge toujours la justice ivoirienne

4 min read
01a373c1 3c2e 4706 9d86 cc3740035af5 1
15 / 100

« Il  y a 1 an notre fils s’est éteint et s’en est allé. Dans la douleur, nous les parents sommes inconsolables. Il nous manque énormément. Sa joie de vivre nous manque. Mon ami n’est plus », confie très meurtri à ‘‘Le Debat Ivoirien’’, ce mercredi 18 octobre 2023, Camille Benoit Auzilleau, père du disparu.

Le  mardi 18 Octobre 2022, il est 11 heures 30 minutes, le décès de Dylan Cédric Auzilleau  est constaté au domicile familial. Un décès brusque paraissant assez suspect pour ses parents, notamment, le père Camille Benoit Auzilleau. C’est que, la veille du décès de son ‘‘ami’’, le 17 octobre 2022, il a subi, une biopsie hépatite de son foie. Que s’est-il passé? Une enquête est ouverte.

Le jeune Franco-ivoirien, Dylan Cédric AUZILLEAU, a été reçu en consultation au Centre Médical Chardy, Abidjan-Plateau avenue Chardy, le 20 septembre 2022 par le Docteur (généraliste) Hussein CHALHOUB. Il recommande une biopsie de son foie qui sera réalisée, le 17 octobre 2022 à la Polyclinique GMP par Docteur (radiologue) Christian DELMOTTE, Radiologue. La suite est palpitante ! Une autopsie est réclamée par le  Procureur de la République autour de ce décès  intriguant.

Requis en date du 19 octobre 2022 par la Direction de la Police Criminelle, au fin de déterminer les causes de la mort Dylan Cédric AUZILLEAU ainsi que les circonstances de sa mort et dresser un rapport d’ensemble détaillé des opérations et conclusions, les Professeurs titulaires, de Médecine Légiste et Réparation Juridique du Dommage Corporel, UFR Sciences Médicale d’Abidjan, Université Félix Houphouët-Boigny, Hélène YAPO ETTE et BOTTI Koffi, ayant procédé  à  l’autopsie médico-légale, sont sans hésitations. Ils déclarent:

 «…Certifions avoir personnellement accompli la mission ainsi confiée en honneur et conscience, le 2 Novembre 2022 à l’Institut de Médecine Légale en présence des représentants de la Direction de la Police Criminelle, du représentant de la Police Technique et Scientifique, du représentant de la famille du défunt, des représentants du Docteur Christian DELMOTTE de la Polyclinique Groupe Médical Plateau ; des représentants du Centre Médical Chardy…». Ils concluent :

 «L’autopsie médico-légal a permis de retenir comme cause de mort, une spoliation sanguine due à une hémorragie intra-abdominale (hémopéritoine) de grande abondance, environ 2 litres, provoquée par une perforation de l’aorte abdominale consécutive à une ponction biopsie hépatique transpariétale…». Le juge président du procès a-t-il vraiment lu cette conclusion de l’autopsie ? Ou l’a-t-il carrément ignorée pour rendre son verdict ?

Dylan Cédric AUZILLEAU, né le 21 février 2001 à Bouaké commune,  jeune Franco-ivoirien, chef de chantier chez Imports Marcos retrouvé mort, le 18 octobre 2022 aux environs de 11 heures, à son domicile à Abidjan Cocody-Mermoz est donc passé, le 17 octobre 2022 à ‘‘l’aiguille’’, à la Polyclinique GMP, aux mains du Docteur Christian DELMOTTE, Radiologue. Le rapport révoltant des médecins légistes, professeurs est sans  conteste.

Mais, ce mercredi 18 octobre 2023, un an après son décès,  Dylan Auzilleau repose-t-il en paix avec le verdict du Tribunal de  Première Instance d’Abidjan-Plateau, le 21 juillet 2023 ? Il déclara en premier ressort que les deux  médecins au banc des accusés : non coupables dans le procès autour de la mort du jeune franco-ivoirien Dylan Cédric Azilleau.

 «Le tribunal statuant publiquement, contradictoirement en matière civile et en premier ressort déclare: le Docteur Hussein CHALHOUB du Centre Médical CHARDY Abidjan-Plateau et le Docteur Christian DELMOTTE de la Polyclinique GMP, non coupables des faits d’homicide involontaire, pour DELIT NON ETABLI…». Et pourtant !

L’affaire Dylan AUZILLEAU continue de faire date en Côte d’Ivoire.  Le jeune Dylan AUZILLEAU a rejoint l’au-delà au bout de l’aiguille à la polyclinique, le foie perforé. Mais les paroles du père Auzilleau continuent aussi de déchirer le voile de l’ombre de la mort: « Il nous manque énormément. Sa joie de vivre nous manque. Mon ami n’est plus ». La rédaction de ‘‘Le Debat Ivoirien’’ s’associe  à toutes les personnes exprimant leur soutien  à  la famille Auzilleau. L’affaire est devant  la Cour d’Appel d’Abidjan.

GRO avec Ledebativoirien.net

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading