Sidi T Toure

Ressources halieutiques en Côte d’Ivoire : La pêche interdite du 1er juillet au 31 aout 2023

8 / 100

C’est ce samedi, 1er juillet 2023, que la fermeture saisonnière annuelle des pêches maritimes dénommée « Repos biologique » entre en vigueur. Cela jusqu’au 31 aout prochain.

L’annonce avait été faite par le ministre des Ressources animales et halieutiques, Sidi Tiémoko Touré au cours d’une conférence de presse, le jeudi 25 mai dernier à la salle de conférence du Postel 2001.

A cette occasion, le premier responsable de ce département ministériel avait dit que « cette mesure est conforme aux engagements pris par la Côte d’Ivoire relativement aux conventions internationales sur les régimes de gestion durable des pêcheries marines. Elle vise la préservation et la reconstitution des stocks de poissons, l’augmentation des captures, l’exploitation durable des ressources, l’amélioration des revenus des acteurs de la chaîne des valeurs et la préservation des emplois ».

Il avait aussi ajouté que «la mesure de fermeture des pêches maritimes de Côte d’Ivoire, en plus des avis scientifiques, intègre les recommandations du Comité International pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) ».

Le locataire du 16ème étage du Postel 2001 avait livré aux professionnels des médias les périodes de fermeture.

« Le repos biologique qui sera implémenté pour la toute première fois en Côte d’Ivoire connaîtra trois phases, selon les types de pêche. La 1ère du 1er janvier au 13 mars 2023 pour les navires thoniers.

La 2ème, du 1er au 31 juillet 2023, s’applique aux unités de pêches artisanales.

Quant à la 3ème, elle s’étendra du 1er juillet au 31 août prochain et concernera les unités semi-industrielles et industrielles ».

On se souvient également que le ministre Sidi Tiémoko Touré a prévenu les contrevenants aux dispositions prises par le Gouvernement pour garantir la fourniture en poissons de bonne qualité et pour préserver les emplois dans la filière.

« Le non-respect des dispositions relatives au repos biologique constitue une infraction conformément à l’Article 105 de la loi sur la pêche qui prévoit un emprisonnement allant d’un à cinq ans et le paiement d’une amende 50 à 300 millions de Francs CFA ou l’une de ces deux peines », a-t-averti.

Notons qu’après l’étape de l’information, de la sensibilisation des parties prenantes; de la mise en place du comité de suivi de la fermeture saisonnière et d’évaluation des impacts; de la prise d’un arrêté pour institutionnaliser la fermeture saisonnière annuelle des pêches maritimes et de la déclaration pour la fermeture saisonnière de la pêche en juin 2023, place maintenant à l’organisation de patrouilles en liaison avec la Marine nationale et le Centre de surveillance satellitaire dont les activités couvre la zone économique exclusive de la Côte d’Ivoire avec une superficie de 220 000 km².

TRETA Zoumana

Verified by MonsterInsights