AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

33 ans de la FESCI/Un ex-SG de section lance un cri du cœur: «Mettre fin à ce triste visage…»

4 min read
FB IMG 1682179690903
7 / 100

A la date de la commémoration du 33ème anniversaire de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), hier vendredi 21 avril 2023, les réactions se sont multipliées sur les réseaux sociaux (Facebook, WhatsApp).

A côté de celle d’Ahipeaud Martial Joseph, 1er secrétaire général de l’histoire de la structure, l’une des plus fracassantes vient de l’un des ex SG de la Section de Cité FESCI Riviera 2, Kué Innocent dit « Aïnoss Ghandi ».

Dans sa sortie, ce dernier a déshabillé l’organisation d’élèves et d’étudiants la plus représentative du pays avec d’énormes révélations avant d’adresser son vœu ardent pour le bien de la structure à l’équipe dirigeante actuelle.

Voir ci-dessous, l’intégralité de ses propos.

« FESCI, 33 ans après !

J’ai voulu ne pas  dire ou écrire un mot mais je ne pouvais pas non plus rester silencieux devant des mensonges flagrants.

Joyeux anniversaire à la Fesci, notre Fesci, cette structure à laquelle  nous avions fait confiance pour être un laboratoire de la démocratie et de la justice.

Mais hélas ! Mille fois hélas !

Pour le respect de la direction actuelle tenue par mon ami et jeune frère Allah Saint Clair, je m’oblige à être avare en mots.

Mais, il y a quand même des choses sur lesquelles on ne peut pas garder silence. Et ça, jamais, au grand jamais !

La Fesci n’a jamais eu de parrain en dehors de Serge Kassy. Alors, tout autre individu qui va s’en vanter est un usurpateur.

C’est dans les moments de braise qu’il s’est vanté de l’être et non ces individus qui sont à la réalité les cancers de la structure ; parce que de par leurs actes, ils ont jeté l’opprobre sur celle-ci.

Eh oui, la Fesci est une école de formation mais elle a également été un cadre de déformation et de violation des règles.

Pourquoi devons-nous applaudir quand c’est bon et nous taire quand ce n’est pas bon ?

A la vérité, on n’a pas permis aux  ressources humaines de compétir en toute liberté et ce par la faute de certains devanciers qui n’ont aucun mérite en dehors d’avoir été vite nés.

Ils ont argué être des fils de Gbagbo pour imposer leur diktat qui n’était que de l’arnaque morale.

N’est-ce pas au sein de la Fesci qu’on a vu des gens tués sans fondement réel ?

Jusqu’à ce jour, le corps de Bonaventure Dokibo et Dodo Habib demandent encore justice.

Notre ami Bazaré y a été handicapé à vie.

D’autres ont été éliminés des joutes électorales au prétexte de leur jeunesse syndicale.

Quelle comédie !

Comme si la jeunesse était un obstacle pour diriger un organe de la Fesci.

Des élections tripatouillées pour faire plaisir à des valets; c’est aussi l’une de nos tristes réalités.

La violation des textes avec les destitutions illégales de certains camarades.

Je pense à Baba Claude dit Gunter et Gondo Roméo Kabila sans oublier les torts subis par Yao Guy Roland dit Abobo ainsi que Mohamed King Kaba destitué en violation des choses.

Mais, diantre, pourquoi devons-nous nous taire sur les dérives de certains individus au prétexte que nous sommes en famille ?

Un homme comme Abdon Tawa a été humilié mais personne n’a osé reconnaître ces torts.

Et vous voulez que ceux qui ont subi ou été témoins de ces affres là restent muets pour le plaisir des bourreaux ?

Non et non ! Mille fois non !

Vous avez dit Fesci ?

Vivement qu’on se respecte autour des valeurs et non sur le folklore en prostituant les faits !

33 ans, oui mais il ne faudrait pas que la Fesci soit pour certains un outil permettant de faire croire qu’ils ont été ce qu’ils ne l’ont jamais été.

Il n’y a pas de mal à rappeler que juste après le mandat de Blé Goudé, la Fesci n’a plus jamais été un mouvement démocratique.

N’est ce pas au sein de la Fesci qu’on a fait le culte de la personnalité ?

N’est ce pas là bas qu’on a osé appeler des individus abusivement parrain ?

N’est ce pas aussi en notre sein qu’on a voulu qu’on soutienne coûte que un candidat d’un parti politique ?

C’est bien en notre sein qu’on magouillait les élections !

FESCI, ouiii mais…

J’ose croire que l’actuelle équipe va mettre fin à ce triste visage afin qu’on parle d’une Fesci qui se veut un syndicat au sens propre du mot. »

Vagoné Dry-Bi

About The Author