AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Dissidence au sein de la FESCI : Des risques d’une imminente situation explosive et mortifère

6 min read
a3468762 5daa 41a3 b7eb f3d4e71f3de6
7 / 100

Les secrétaires généraux de sections des Grandes Ecoles et Universités privées d’Abidjan de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte (FESCI) ont animé une conférence de presse, le vendredi 17 mai 2024, à Cocody-Cité des Arts, pour traduire leur soutien au premier responsable de ladite organisation syndicale, Sié Kambou. Ce, dans un contexte de crise interne. Une sortie médiatique au cours de laquelle, le secrétaire général de la section FESCI-Etic 2 Plateaux, Dodo Guy Landry dit Gl Tourbillon, en qualité de porte-parole du groupe, va interpeller le gouvernement ivoirien et l’opinion publique sur les risques d’une imminente situation mortifère.

Portant la voix de ses pairs SG de sections des Grandes Ecoles et Universités privées d’Abidjan, le secrétaire général de la section FESCI-Etic 2 Plateaux, Dodo Guy Landry dit Gl Tourbillon, a produit une déclaration pour réitérer le soutien des SG de section à leur premier responsable dans la crise interne que traverse la structure depuis quelques mois avec l’engagement du processus électoral pour le renouvellement des bases. Un processus électoral qui a vu naître certaines voix contestatrices de la gestion du leader de ladite fédération, Sié Kambou.

Dans son propos liminaire, Dodo Guy Landry démonte les frondeurs qu’il qualifie de dissidents puis prend à témoins le gouvernement ivoirien et l’opinion publique nationale et internationale sur une éventuelle situation mortifère à venir.

Les points saillants de la déclaration qui exposent à la fois le fond du conflit (déclaration).

 »Depuis l’élection du camarade secrétaire général national à la tête de notre organisation, le camarade Kambou Sié a promu une vision axée sur la transformation de celle-ci en un organisme doté d’une gestion participative, efficace et ancrée dans ses principes fondamentaux. C’est dans cette perspective qu’à la nomination des membres de son bureau, il a exigé d’eux la signature d’une charte de bonne conduite. Par la suite, cette même charte a été recommandée aux velléitaires par le comité en charge du renouvellement des instances dirigeantes. Nous, secrétaires généraux élus représentant les grandes écoles et universités privées d’Abidjan pour le mandat 2023-2025, réaffirmons notre engagement indéfectible envers cette vision, car le camarade SGN n’a fait que respecter scrupuleusement les statuts et règlements intérieurs de notre organisation.

En effet, il y a quelques mois la Fesci sortait d’une grave crise. Et donc, après son élection à la tête de l’organisation le 29 décembre 2023, et ayant constaté lors des précédents mandats des querelles qui débouchaient quelques fois sur des affrontements entre les candidats d’une même section lors des processus de renouvellement, le garant moral a prôné, pour ce mandat-ci, le recours au consensus (ce qui n’est d’ailleurs pas nouveau) au sein des sections afin de dissiper tout affrontement et de mieux se focaliser sur les problématiques qui affectent le système éducatif ivoirien.

Il faut aussi rappeler que le consensus revêt un caractère traditionnel dans les lycées, grandes écoles et universités privées. En effet, il n’y a jamais eu d’élections à plusieurs candidatures dans ces lieux d’apprentissage. Le consensus y a toujours été privilégié pour éviter de troubler la quiétude des élèves et étudiants. Ainsi, tout le processus électoral pour le mandat 2023-2025 s’est déroulé tel que souhaité par tous, sans violence.

Cependant, nous sommes surpris par la réaction de certains individus manipulés qui, après la fin du processus électoral, arguent que ce processus est antidémocratique et exigent la reprise des élections. Ces individus, dont plusieurs ont vu leurs candidatures rejetées parce que n’étant pas inscrits, certains pour moralité douteuse, et d’autres qui, apparemment ont un souci de compréhension de la langue française au point de penser que le fait que leurs candidatures ont été différées voudraient dire qu’elles sont catégoriquement rejetées de la structure, et certains mêmes dont les candidatures ont été validées, usent de la violence.

C’est ainsi que le 8 avril dernier, alors qu’une délégation du bureau exécutif national (BEN) se rendait à Abobo pour l’installation des secrétaires généraux élus et pour la vérification de l’inscription de certains dont les candidatures ont été différées, ont été attaqués à l’arme blanche, blessant au couteau certains membres du BEN et vandalisant le véhicule affrété pour la circonstance. Ils se permettent d’installer des secrétaires généraux intérimaires dans certaines grandes écoles et résidences universitaires, en violation flagrante des dispositions réglementaires. Ils mobilisent des badauds, des non étudiants et attaquent frénétiquement les cités universitaires de Williamsville, d’Adjamé 220 logements, de Vridi et de Port Bouet le samedi 11 mai 2024 et  l’université Nangui Abrogoua le lundi 13 mai d’après.

Ils attaquent les camarades sur les quais à Yopougon et à Abobo et continuent de proférer des menaces à l’endroit de certains de nos camarades secrétaires généraux des Grandes Ecoles et Universités privées.

Nous nous interrogeons : le consensus ne fait-il pas partie intégrante des principes démocratiques ? Doit-on revendiquer la réparation d’une injustice, s’il y en avait, par des actes de violence et d’agression ?

Tous ces actes et faits démontrent en l’état que la prétendue violation des textes qui est leur fantasme de propagande et la reprise des élections qu’ils demandent ne sont pas leur objectif, mais constituent plutôt un écran de fumée pour cacher leur dessein inavoués de dissidence. Ils continuent à présent, financés par des mains obscures, de mobiliser des non étudiants, des tueurs à gages pour disent-ils lancer un assaut final contre les étudiants résidents en cités universitaires et les campus universitaires, attenter à la vie du camarade secrétaire général national et à celle de certains dignitaires de la Fesci.

C’est le lieu pour nous de condamner avec la plus grande énergie ces actes de barbarie et de violence extrême auxquels s’adonnent ces individus manipulés, aux desseins inavoués.

Aussi, nous prenons à témoins le gouvernement ivoirien,  la communauté nationale et internationale face à ces actes et que seuls ces individus dont les comportements et agissements à sévir devront être responsables de l’engrenage mortifère qu’ils sont entrain de provoquer.

In fine, nous réitérons notre soutien sans réserve au camarade Secrétaire Général National de la FESCI, le camarade Sié Kambou qui lutte nuit et jour pour faire la mue de notre organisation en un rêve réalisé. A savoir : la dissipation de la violence sur les espaces universitaires, la lutte contre la consommation de la drogue, la lutte contre les ponctions sur la bourse, la lutte contre la vente illicite des chambres en cité universitaire, et la lutte pour l’insertion professionnelle des étudiants ».

Vagoné Dry-Bi

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading