augustin thiam

CIV/Chefferie Akouè: Une dépositaire du trône dénonce Augustin Thiam dont  « l’attitude frise la provocation et le mépris des us et coutumes », Tidjane Thiam interpellé

4 / 100

Le Tribunal de Toumodi saisi, le Président du Pdci-Rda interpelé. Le bicéphalisme à la tête du canton des Akoué prend désormais une tournure bien inquiétante. Du moins, si l’on s’en tient aux différentes réactions des deux parties belligérantes, notamment Dahouet Augustin de son nom de règne Nanan Kouassi N’go II et Augustin Thiam, Nanan Boigny N’dri III. 

A Yamoussoukro, l’actualité est bien marquée par une assignation faite à l’endroit de M. Dahouet Augustin par le Tribunal de Toumodi au motif d’usurpation et usage de faux. Attendu, mercredi 20 mars 2024 à la préfecture de police, le mis en cause n’a pu s’y rendre pour cause de non-disponibilité. Toutefois, les dépositaires du trône des Akoué notamment la descendance du premier chef canton de cette tribu, Nanan Kouassi N’go, se sont présentés à la préfecture de police pour s’enquérir des réelles raisons de cette convocation. Aux dires de ceux-ci, le Préfet de Police leur aurait rétorqué que l’assignation ne concernait que M. Dahouet Augustin pour l’affaire de chefferie à Yamoussoukro.

322f9b7d dfa1 4acd b583 2e8d9ae110c2
CIV/Chefferie Akouè: Une dépositaire du trône dénonce Augustin Thiam dont  "l’attitude frise la provocation et le mépris des us et coutumes", Tidjane Thiam interpellé 3

Pour Kouassi Yao Simon Margueritte dite « Tantie Margo », l’une des dépositaires du trône, cette attitude du Ministre-Gouverneur frise la provocation et le mépris pour leurs us et coutumes « à Yamoussoukro, nous ne reconnaissons qu’un seul chef de canton, il s’appelle Augustin Dahouet et son nom de règne c’est Nanan Kouassi N’go II. Certes, les THIAM peuvent hériter des biens personnels à Houphouët. Et non, ce dont Houphouët lui-même a hérité. Car le canton n’est pas la propriété d’Houphouët. Houphouët Boigny a lui-même hérité ce trône. Les maisons d’Houphouët, ses voitures, etc peuvent revenir à THIAM Augustin mais pas le canton. Ça jamais, car c’est lié au sang. Et il ne l’est pas. Thiam qui veut faire de la politique, s’est auto proclamé héritier du trône. Même si le président Houphouët a demandé qu’on hérite de lui, le canton ne lui appartenait pas. Et donc par conséquent Thiam ne peut pas être l’héritier. Le canton n’appartient pas à Houphouët » a-t-elle martelé non sans rappeler la procédure d’usage qui s’est soldée par la consécration d’Augustín Dahouet par le Walêbo en sa qualité de chef canton des A kouè.

« Nous sommes montés au créneau pour dénoncer tout d’abord l’abus dont il a fait de son autorité. Ensuite nous lui avons dit niet ! Voici comment lui-même a envoyé des émissaires dans le royaume de Walèbo pour que la royauté de Sakassou vienne trancher le problème. Le Walèbo est venu trois fois. Ils ont consulté les parties et leur ont demandé d’accepter le verdict qui sortira de leur médiation, dans le strict respect des us et coutumes baoulé. Le lundi 17 mars 2014, le Walèbo a réuni toute la famille à la résidence d’Houphouët. Le royaume Walèbo a tranché le problème en remettant le trône aux descendants du tout premier chef canton, Kouassi N’go 1er. Ils nous ont demandé de trouver un fils de la famille qui va assurer les fonctions de canton. Nous avons poursuivi les consultations durant trois mois et finalement nous avons maintenu le choix d’Augustin Dahouet-Boigny pour qu’il soit le chef canton. Nous sommes allés à Sakassou présenter notre canton à la reine mère des Baoulé et à sa suite. Nous avons été reçus et notre canton a été consacré à travers des rituels. Après quoi, le royaume de Walèbo a pondu une déclaration pour informer l’opinion qu’en date du 2 juillet 2014, les Akouè ont un nouveau chef canton en la personne de Augustin Dahouet-Boigny et son nom de règne est Nanan Kouassi N’go II. Lorsque nous sommes rentrés de Sakassou, à la demande du royaume de Walèbo, nous avons sillonnés les trois tribus à l’origine des villages Akouè, pour présenter le chef canton et remercier les populations » a-t-elle rappelé, interpelant le Président du PDCI-Rda, Tidjane Thiam pour plancher sur cette affaire qui risque de créer des tensions véritables et qui pourraient fragiliser l’unité des chefs traditionnels et les populations de Yamoussoukro.

Pour Suzanne Kouassi, cette attitude de Thiam Augustin est faite exprès contre son petit frère aujourd’hui Président du Pdci-Rda. A l’en croire, le frère Aîné du Président du PDCI-RDA veut nuire gravement à l’image de la Famille THIAM dans le pays Baoulé et au PDCI-RDA.

«C’est bien à dessein que Thiam Augustin crée ces situations. Il sait très bien qu’à Yamoussoukro nous sommes en train de tout mettre en œuvre pour rassembler tous nos parents derrière notre frère Tidjane Thiam. Et comme il sait qu’il ne peut pas mobiliser les chefs et nos populations, il pose ces actes pour tenter désespérément de discréditer notre chef canton. Mais cela ne passera pas » a-t-elle renchéri, appelant le Walèbo à se ressaisir de cette affaire. 

Pour rappel, depuis le lundi 17 Mars 2014, et selon une décision du royaume de Walèbo, le trône des Baoulé Akouè a été remis à ces dépositaires qui à leur tour ont désigné Dahouet Augustin pour l’exercice de ce pouvoir.

Sercom Nanan Kouassi N’go II