7ae5925c 63ad 44ed bae7 1e932434082d

Gagnoa/Jour 1 de la tournée du député Guikahué: Les cantons Zikobouo et Guia instruits sur l’état civil, le foncier rural et les coûts onéreux des funérailles

9 / 100

Comme annoncé, l’honorable Maurice Kakou Guikahué, député de Gagnoa sous-préfecture et vice-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, a débuté ce mardi 12 mars 2024, sa tournée dans les 7 cantons de sa circonscription. Et ce sont les cantons Zikobouo et Guia qui ont reçu leur député pour une séance de travail. Les cibles de ces rencontres étaient les chefs de canton et leurs secrétaires, les chefs de village et leurs secrétaires, les présidentes des femmes, les présidents des jeunes. Il était question de mettre en place des Comités pour l’état civil et le foncier rural dans chaque canton et chaque village. Toutes les cibles étaient présentes.

A Sérihio pour le conton Zikobouo, tout comme à Toutoubré pour le canton Guia, le député Guikahué, après les civilités d’usages, a déroulé sa stratégie de mise en place des comités villageois, cantonaux et un comité sous-préfectoral qu’il va présider en personne. Il les a sensibilisés sur les questions d’état civil, le foncier rural et les funérailles qui appauvrissent les populations.

Pour les détails des échanges, Séaba Koubi, porte-parole du chef de canton Zikobouo, nous a fait le point, en ces termes :

«Notre séance avec notre député s’est résumée en 4 points : l’acquisition des actes de naissance ou jugement supplétifs ; le foncier rural ; les funérailles et les divers. Nous retenons qu’il faut que chaque Ivoirien ait un extrait de naissance, à commencer par les enfants qui arrivent à l’école primaire, au CM2 et qui n’ont pas d’extrait de naissance. Là, nous l’avons rassuré que nous allons nous y ateler. En 2 semaines on aura déjà bouclé la liste parce que les directeurs d’école ont la liste des enfants qui n’ont pas d’extrait de naissance. Nous allons faire remonter cela. Pour les adultes qui n’ont pas de jugement supplétifs, nous allons les approcher pour les enregistrer et les soumettre au député et à l’administration. Mais déjà, ce qui est plus facile, ce sont les élèves qui sont déjà listés. Le député nous a déjà aidés en nous disant comment former des comités à cet effet, et nous sommes très contents pour cela.

En deuxième point, le foncier rural, il nous a donné des approches pourquoi et comment faire. Nous l’avons aussi rassuré que nous avons déjà des comités de gestion du foncier rural, il nous a félicités pour ça. Il nous a dit comment procéder pour ne pas que cette question qui est vraiment existentielle ne nous échappe pas.

En troisième point, les funérailles en pays Bheté. Notre député a plaidé vraiment pour que les coûts des funérailles soient allégés chez nous ici, parce que ça pèse. Nous-mêmes nous reconnaissons que ça pèse, mais nous sommes dedans. Donc, il nous a demandé de faire en sorte que ce soit allégé pour nous-mêmes notre bonheur. Nous avons accepté et nous l’avons félicité.

En divers, il nous a informés que son patron, le président Bédié est décédé, il nous a donné la date des obsèques et il nous a déjà avertis pour que nous ses parents puissions l’accompagner aux funérailles de son défunt patron. Ça nous va droit au cœur, puisque chez nous ici c’est comme ça que ça se passe.

Nous avons apprécié à sa juste valeur tout ce qu’il fait pour nous. Au point où, nous lui avons dit que le jour où un autre député prend sa place, ce dernier aura beaucoup de travail parce qu’il fait beaucoup pour les populations de sa circonscription électorale.»

Pour le canton Guia, c’est Gnabri Dakouri Jean-Robert (Osim), chef canton Guia et chef du village de Toutoubré, qui a levé un coin du voile des échanges avec le député.

«Le député est venu, nous avons eu une séance de travail par rapport à l’identification, c’est-à-dire que nous avons échangé sur les jugements supplétifs, le foncier rural et les coûts onéreux des funérailles en pays Bheté. Ça a été des échanges vraiment fructueux, ça va nous servir et on souhaite que continuellement il le fasse pour qu’on puisse mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui nous entoure », nous a-t-il confié.

Il faut noter qu’avant la réunion avec le canton Zikobouo, un livre blanc résumant les besoins des populations en matière d’infrastructures a été remis au député.

GRO, à Gagnoa