IMG 20240224 101648 481

Jacqueville/Erection du campement Bapo en village: Les populations d’Akrou expriment leur désaccord et interpellent la DGAT et les autorités

10 / 100

Dans un conflit de revendication de territoire entre communautés Aladjan et Aïzi, la population du village d’Akrou s’oppose à l’érection du campement Bapo en village. Un conflit ayant attiré les feux des projecteurs lorsque, le samedi 24 février 2024, la jeunesse d’Akrou est sortie en masse pour empêcher la consultation populaire devant aboutir, en fonction du processus, à la désignation d’un chef de village et acter le projet rencontrant une forte opposition.

Alerté dès le début de la protestation survenue le jour indiqué, la rédaction du journal en ligne  »Africanewsquick.net » s’est rendu sur place pour avoir les raisons profondes de la crise intercommunautaire.

Une fois sur place, attache a été prise avec le président des jeunes de Akrou, Herman Loïc Tékri.

L’homme qui est à la tête de la contestation est revenu sur le fond du problème à l’origine de leur protestation du jour.

 »Nous sommes là ce jour pour manifester notre mécontentement, faire une opposition à une mascarade de désignation d’un chef de village ici dans le campement Bapo qui est par ailleurs le territoire d’Akrou, un village Aladjan.

En effet, la majeure partie des 200 habitants vivant sur ce site appartenant à notre village et que nous considérons comme des frères est composée de Béninois et de Aïzi venus du village voisin (Alaba). Ils sont tous arrivés, ici au départ, dans l’intension de faire de la pêche un commerce. C’est ensemble qu’ils ont fondé ce campement. Tout allait bien jusqu’à ce que le pont de Jacqueville soit une réalité. Avec l’arrivée en grand nombre des opérateurs immobiliers, les habitants décident du coup d’ériger ce campement de Bapo en village et pour ce faire, un arrêté ministériel s’impose », a-t-il expliqué.

Selon le président des jeunes, le projet est tenu par le sous-préfet d’Attoutou, Sery-Etta Roycet Patrick et soutenu par le président de l’association des chefs Aïzi, Obouayeboua Samuel.

A en croire les propos de Loïc Tékri, ces deux hommes dont les noms sont susmentionnés avaient l’intention de procéder en cette date indiquée du samedi 24 février 2024 dans ledit campement une consultation publique et prendre un arrêté ministériel afin que Bapo soit reconnu comme village. Et donc, c’est avec la bénédiction de leurs parents du village d’Akrou, qu’ils sont sortis massivement pour dire non à ce qu’ils appellent  »une mascarade de nomination de chef ».

Le chef de file de la protestation a fourni des cartes produites par l’administration étatiques, des documents qui montrent que le site de Bapo n’a jamais été érigé en village et que le territoire d’Akrou s’étend jusqu’à la lagune où il est situé.

D’après d’autres témoignages recueillis sur place, les allochtones Aïzi qui tentent de faire reconnaître le site de Bapo comme leur village s’appuient sur un arrêté ministériel pris sous le régime de Laurent Gbagbo.

Par conséquent, les autochtones Aladjan du village d’Akrou brandissent le fait que la décision ou la décision en question d’ériger Bapo en village a été annulé ou abrogé par le pouvoir Ouattara en 2012.

Selon ces impressions recueillies un peu partout dans la localité, une seule chose revient.

C’est qu’au cas où Bapo devrait être érigé en village, il devrait être administré ou dirigé par un chef Aladjan pour mieux veiller sur les biens de ses pairs autochtones afin d’éviter à l’avenir tout conflit foncier et d’autre nature.

Ces villageois qui ont accepté de donner leurs avis sur le sujet en faisant prévaloir leur droit à l’anonymat interpellent, tout comme le président de la jeunesse du village d’Akrou, la direction générale de l’administration du territoire (DGAT) et tous les autres ministères et institutions en la matière sur la situation mettant en avant les conséquences fâcheuses que le conflit pourrait engendrer s’il perdure.

Pour plus de précisions, le village d’Akrou est situé à 5 Km de la ville de Jacqueville tandis que sa distance à parcourir pour atteindre le campement Bapo s’estime à 6,5 Km.

Vagoné Dry-Bi