IMG 20240109 WA0104

Côte d’Ivoire/Injustice: Une grève en cours de téléchargement… pour non-paiement des salaires dans l’Enseignement Supérieur

9 / 100

Le Syndicat Autonome pour Garantir l’Épanouissement des Enseignants-chercheurs et Chercheurs (SAGEC) a rendu public une note d’information à l’attention de la communauté universitaire, le lundi 8 janvier 2024, par rapport à une question relative au non-paiement des salaires du mois de décembre 2023, de la prime de recherche, des décharges horaires, des heures complémentaires, des émoluments d’encadrement de l’année dernière.

Dans le document signé par son secrétaire général national (SGN), Dr Marius Louis Koba dit NL Nikita, l’organisation syndicale dit vouloir appeler à l’éveil des consciences de tous les membres de la corporation de l’Enseignement Supérieur face aux injustices subies selon elle dans le paiement des salaires et accessoires de salaires.

A en croire la note d’information, lesdites injustices subies concernent le non-paiement des salaires de décembre 2023, les primes de recherche, des décharges horaires, les heures complémentaires, des émoluments d’encadrement de l’année 2023.

Le SAGEC a expliqué par la même occasion que, conscient de la procédure administrative liée au service financier, il a entrepris depuis le mercredi 20 décembre 2023, des démarches d’informations pour comprendre le dysfonctionnement des paiements de salaires des Enseignant(e)s-chercheur(e)s et Chercheur(e)s de Côte d’Ivoire.

Et qu’à la lumière des premières informations, tous les Enseignant(e)s-chercheur(e)s et Chercheur(e)s ayant un compte logé sur le budget de la Direction de la Solde ont perçu leurs salaires du mois de décembre 2023.

Mais en revanche, au niveau de la seconde information, tous les Enseignant(e)s-chercheur(e)s et Chercheurs dont les comptes sont logés sur le budget des Universités, Instituts ou Centre de recherche, dépendant de la Direction Générale du Trésor et de Comptabilité Publique ont connu, pour la grande majorité, des retards de paiement et pour certains en attente de paiement.

Les syndicalistes ont résumé la situation pour dire que ce dysfonctionnement serait dû au manque de plafonnement (liquidité).

Dès lors, ils disent avoir estimé impératif d’entrer en contact avec le premier responsable de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique pour s’enquérir de ce dysfonctionnement.

De ce qui précède, le jeudi 4 janvier 2024, un courrier d’une demande d’audience au Directeur Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, Sanogo Bafétégué, a été déposé auprès de ses services par Dr Marius Louis Koba, toujours selon le document.

La note stipule qu’au regard de cette  »situation déshonorante et humiliante », les responsables du SAGEC avaient jugé bon d’observer une période de 48 heures ouvrées.

N’ayant pas été reçu jusqu’au moment de mettre sous presse ou du moins n’ayant pas trouvé satisfaction dans ce délai imparti, ils s’apprêtent donc à déposer un préavis de grève pour lancer par la suite un arrêt de travail de 72 heures reconductible tacitement pour une période illimitée sur toute l’étendue du territoire jusqu’à satisfaction totale de tous les paiements susmentionnés.

Pour ce fait, les responsables du syndicat demandent à la communauté universitaire de se mettre en ordre de bataille pour l’éventuel combat à venir qui n’a que pour seul objectif l’amélioration des conditions de vie et de travail des Enseignant(e)s-chercheur(e)s et Chercheur(e)s de Côte d’Ivoire.

Depuis qu’elle a été révélée au grand jour, cette affaire alimente les causeries sur plusieurs plateformes de réseaux sociaux.

Pour de nombreux internautes, cette situation crée un contraste avec la CAN de l’hospitalité dont le pays s’apprête à faire la cérémonie d’ouverture d’ici le samedi 13 janvier.

Selon ces derniers, il est aberrant d’être en train d’organiser en Côte d’Ivoire une compétition de football, la plus prestigieuse d’Afrique pendant que des enseignants n’ont pas perçu leur salaire pour célébrer les fêtes de fin d’année.

Vagoné Dry-Bi