AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

30 ans du décès de FHB/1ere édition des «Cracks de la paix»: Dr Kouakou Ya Jérôme explique…

3 min read
9d0365b3 bc67 4520 b2c6 b8111c5062b3
5 / 100

Les activités marquant la célébration des 30 ans du décès du premier Président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny, père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, se poursuivent dans son village natal, Yamoussoukro. Cela conformément au programme annoncé par le Secrétaire général de la Fondation Félix Houphouët-Boigny (FFHB), pour la recherche de la paix, Professeur Jean Noël Loucou, en début d’année 2023.

Le jeudi 5 octobre 2023, a été lancé le concours « Les Cracks de la paix », par une formation des compétiteurs. À la FFHB se sont retrouvés les élèves des collèges et lycées. Cette initiative, prise lors de la cérémonie de remise du prix Félix Houphouët-Boigny-Unesco pour la paix en février dernier, vise à déceler les meilleurs élèves des lycées et collèges, à travers leurs connaissances, en culture de la paix.

A l’issue de trois (3) matches de compétition, par équipe, qui seront disputés entre les élèves des collèges et lycées, s’ensuivront, des prix décernés aux lauréats, pour leur effort et contribution à l’œuvre de paix. Le concours les  » cracks » de la paix, se présente sous forme de concours « génies en herbe ». Où chaque équipe devrait engranger le maximum de points à travers des réponses justes, pour faire gagner le groupe.

Quatre (4) modules ont été dispensés pendant les travaux. Le module 1 : « Jeunesse et santé mentale », le module 2 a porté sur : « culture générale et attitude d’un bon crack » ; quant au module 3, il a été développé sous le thème « Technique de la communication non violente pour la consolidation de la paix et l’harmonie du vivre ensemble communautaire », et enfin, le quatrième module, a été consacré au « slam et à l’écriture ».

Le premier module, animé par Dr Konan N’dri de l’université Alassane Ouattara de Bouaké, a été l’occasion pour celui-ci d’appeler les différents compétiteurs à avoir confiance en eux. « Apprenez chers jeunes, à développer votre leadership. L’échec peut être tolérable. Mais surtout ayez en vous, la résilience.  Qui vous permettra de surmonter les obstacles et les échecs sans perdre la motivation. Soyez capables de naviguer vos émotions, ni répression, ni expulsion. Sachez gérer le stress en milieu scolaire » a-t-il conseillé.

Outre, les modules 2 et 4, dont les contenus ont été plus techniques, place a été faite, à Jérôme Kouakou Ya, chercheur, formateur en culture de la paix, au département de la recherche de la paix, de la FFHB. Celui-ci s’est interrogé sur les causes profondes des conflits de partout dans le monde et singulièrement en Côte d’Ivoire avant de faire noter que « Parler de paix en Côte d’Ivoire est plus qu’un devoir. Ainsi, la réflexion sur les moyens d’organiser cette paix est devenue plus que nécessaire et plus urgente que jamais au regard des divers conflits violents que la Côte d’Ivoire enregistre. Dont l’ensemble est lié aux élections générales, aux incompréhensions, aux conflits fonciers et à la perte des valeurs en rapport avec la vie en communauté», a-t-il confié avant d’indiquer des comportements à adopter aux apprenants du jour : « Vous agirez pour la paix, en déconstruisant les préjugés, le manque de pardon, la vengeance, les rancœurs et rancunes qui nourrissent la haine. »

Il est bon de rappeler que, sur 12 établissements secondaires annoncés pour la compétition, finalement, 9 seront en lice. Cinq dans la catégorie lycée et quatre dans la catégorie collège. Douze (12) rubriques guideront le concours, « les cracks » de la paix.

ANL

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading