2eb12baf eadc 45ec b951 ca8dd17dc16c

Elections locales dans le Bélier: Plusieurs villages de Djékanou font le choix ferme des candidats du Pdci, invoquant les esprits d’Houphouët et d’Abdoulaye Diallo

11 / 100

Konan Kouakou Raymond, candidat Pdci-Rda aux régionales dans le Bélier et Carvalho Joseph, candidat aux municipales de Djékanou, accompagnés d’une forte délégation ont parcouru villages et sous-préfectures pour communier avec leurs parents.

La première étape de cette randonnée du samedi 22 juillet dernier, est Mougnan, village de la commune. Là c’était une visite au chef nanan N’Gatta Koffi René et sa notabilité. Il a été de même à Djékanou avant que cap soit mis sur le chef-lieu de Sous-préfecture, Bonikro. Où attendait une population mobilisée dans toute sa composante.

Avec les têtes couronnées, conduits par nanan Kouakou Yao, chef de Bonikro, à leur tête, le top départ des messages de soutien aux candidats Pdci-Rda a été donné par Kouamé Louis, qui, au cours de la libation, s’est voulu clair et net : « Le Pdci-Rda est là, il ne mourra jamais. Ce fétiche avec lequel vous avez combattu pour la liberté ne mourra jamais. Alors chers aïeux, vous qui êtes auprès d’Houphouët Boigny dans l’au-delà, soutenez vos petits-enfants et vos enfants qui poursuivent encore le combat. Donnez-leur le courage et la force nécessaire pour qu’au soir du 2 septembre, ils soient l’un sur le siège de la mairie à Djékanou et l’autre sur le siège du Conseil régional à Toumodi. Ne les laissez pas tomber», a-t-il invité les ancêtres.

Avec lui, le président du comité d’organisation, Allangba Raphaël, le délégué Pdci de Djékanou, M’Brah Joseph, le porte-parole des populations, Loukou Yao Pascal, Brou Félix au nom des Secrétaires généraux de section, nanan Oura Tanoh, porte-voix des chefs traditionnels et dame Lucienne Koffi, présidente Ufpdci, qui, chacun à son tour de parole a exprimé clairement le choix de l’entité représentée.

« Les choix des candidats d’Henri Konan Bédié ne souffrent d’aucune contestation ici à Bonikro. Ici à Bonikro, le Pdci n’a jamais failli, alors vous pouvez compter sur nous. Dites au Président Bédié de nous faire confiance et qu’il n’ait aucune crainte, le Pdci-Rda comme à son habitude triomphera ici au soir du 2 septembre 2023 », ont-ils laissé entendre en substance chacun.

Comme eux, à Djékanou, Vieux Limpôt au nom de la chefferie rassurera les émissaires du patron du Pdci-Rda.

« Allez dire au Président Henri Kona Bédié que son message porté par ses émissaires a été très bien entendu. Le chef que je suis, je suis heureux d’entendre ce message plein de sens. Voilà pourquoi je vous demande d’aller lui dire que Djékanou et sa population demeurent encore Pdci et que nous sommes avec lui. Nous soutiendrons les candidats, nos fils qu’il a bien voulu choisir pour ces élections municipales et régionales. Dans les temps anciens où le colon nous frappait, où l’homme noir souffrait, c’est à cause de Félix Houphouët-Boigny et le Pdci-Rda que nous avons été sauvé et on a pu vivre la liberté et la paix. Dans la lutte, dans ce combat de la liberté, notre mère Amoin a confié Abdoulaye Diallo à Houphouët pour qu’il soit son envoyé. La collaboration entre les deux hommes a été et si aujourd’hui on appelle Djékanou, Djékanou, c’est grâce au Pdci-Rda et à cette collaboration Abdoulaye Diallo-Houphouët-Boigny. Aujourd’hui, ils ne sont plus de ce monde mais le Pdci-Rda demeure et donc nous demeurons reconnaissants à ce grand parti. Alors dites à Nanan Bédié de ne pas avoir peur, les résultats de Djékanou seront édifiants», a-t-il engagé toute la chefferie.

Konan Raymond, candidat Pdci-Rda, confiera, quant à lui, cette mission à ses parents. « Notre arrivée ici à Bonikro, pour moi revêt un seul objectif. Celui de venir vous demander de prime abord de m’aider à aller dire merci au Président Henri Konan Bédié qui a porté son choix sur ma modeste personne, pour conduire la liste Pdci-Rda aux régionales. C’est une lourde responsabilité sur mes frêles épaules. Mais sachant compter sur vous, sur votre soutien indéfectible, sans faille et surtout votre fidélité au Pdci-Rda, je me suis engagé dans ce combat. C’est pourquoi, comme à Mougnan, à Djékanou, à Lalièkro et Yobouékro, je vous demande de nous unir pour relever ce défi de la victoire au soir du 2 septembre prochain», a dit le candidat à ses parents.

Au nom de l’ensemble des cadres et des mutuelles dont il est le coordonnateur, Dr Assouman Raphaël, saluant les efforts d’investissements faits par le Conseil régional au cours de ces dernières années dans le département de Djékanou, a voulu un langage de vérité vis-à-vis de ses parents. Le faisant, il a rappelé quelques faits majeurs à savoir les rencontres tenues avec le candidat du Rhdp qui dès les premières heures de sa candidature a convoqué les mutuelles, chefferie traditionnelle et présidents des jeunes pour aborder plusieurs sujets de développement dont la réhabilitation de l’hôpital Ahou Catherine de Djékanou et les 10 Km de bitume promis par le Chef de l’Etat. Qui ne voient aucun début de réalisation.

« (…) Tantôt la réponse, c’est vous n’aurez rien parce que vous n’avez pas voté pour nous, tantôt on nous promet de rencontrer le Président de la République la semaine suivante ou même le lendemain; depuis, nous ne voyons rien venir alors qu’ils disent qu’ils sont plus aptes à mobiliser l’argent de l’Etat. Alors populations de Bonikro, de Tollakro, d’Assè-Kouamékro, d’Abou-Akakro II et de tous les campements de Bonikro, écoutez-moi très bien, suivez-moi très bien : Je suis à Bonikro pour annoncer une très bonne nouvelle ; la très bonne nouvelle, c’est la vérité et la vérité c’est Konan Kouakou Raymond», a-t-il indiqué avant saluer la cohésion retrouvée qui sera célébrée très bientôt.

« Vous me faites confiance, je vous fais confiance ! » Pour finir il a fait cet appel : « (…) Hier c’était le tour de Didiévi, c’est en train de quitter Tiébissou pour atterrir à Toumodi. Dans 5 ans ça sera le tour de Djékanou. Ôtobé, ôtobé ! Nous sommes, chers parents, un petit département, si nous ne soutenons pas Toumodi pour conserver notre siège, dans 5 ans quand arrivera notre tour qu’adviendra-t-il ? Pour ne pas avoir à souffrir demain, soutenons avec nos 10 doigts Toumodi», a-t-il appelé ses parents.

Ange Nicaelle LYRANE