AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Côte d’Ivoire: Mariatou Koné dévoile et dénonce les tarifs de la corruption à grande échelle dans le système éducatif ivoirien

4 min read
8c66ea22 033d 479c 98aa 167e22532c3f
10 / 100

Comme chaque année les acteurs du système éducatif ivoirien, notamment ceux des Ressources humaines, à la même période, procèdent aux Exéats, pour la mutation des personnels enseignants et d’encadrement du Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (Mena).

Venue, lundi 22 mai 2023, pour le lancement desdits Exéats 2023, la ministre Mariatou Koné, face à la Commission nationale des mutations des enseignants et personnels d’encadrement, des Directeurs régionaux de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (Drena) et du nouveau promu au poste de la Direction des Ressources humaines du Mena, Ouattara Drissa, n’est pas allée de mains mortes pour dénoncer une fois de plus la grande corruption qui sévit dans le système éducatif ivoirien.

Droit dans les yeux, elle a crié son ras-le bol aux différents responsables notamment les Iepp et les Drena. Ainsi, appelant à une école qui donne envie d’aller à l’école, elle a fait noter «les efforts du Gouvernement, qui a autorisé l’intégration, en cette année scolaire 2022-2023, de 10 300 ex-enseignants contractuels du PS Gouv 2019 à la fonction publique. »

« Nous devons encourager cet effort du gouvernement qui doit être axé sur les résultats scolaires, en travaillant à un rééquilibrage du personnel, principalement du personnel enseignant  et des personnels d’encadrement», a souligné Mariatou Koné, qui s’est insurgée contre le refus de certains enseignants à aller dans certaines régions pour accomplir leur devoir alors que ces régions connaissent des déficits d’enseignants.

S’adressant au nouveau Drh, Ouattara Drissa, Mariatou Koné s’est voulue claire et précise : «Je compte sur vous pour changer positivement les choses. Je voudrais que vous preniez toutes les dispositions afin que certaines mauvaises pratiques disparaissent de la culture professionnelle des personnels enseignants et administratifs de notre ministère. Il s’agit à titre d’illustration, de la corruption, des dessous de tables pour les actes administratifs, les affectations, des mutations et des évaluations des maîtres stagiaires; c’est au sujet des évaluations des maîtres stagiaires que je parlais des moutons pédagogiques. On a dit d’arrêter ! On connaît des inspecteurs qui continuent cette pratique. Si vous n’êtes pas complices vous devez éradiquer cela.»

Poursuivant les récriminations contre les différents responsables de l’appareil éducatif ivoirien, la patronne du Mena d’illustrer ces écarts de comportements par ceci : «Nous sommes entre nous, on ne peut pas cacher le soleil avec les mains. Je voudrais donner l’exemple précis d’une inspection de l’enseignement préscolaire et primaire rapporté par une organisation syndicale. Pour reconduction des directeurs d’école, il faut 25 000F, validation de CODIPOST 1000F ; cahier d’autorisation d’absence 2 500f ; titularisation des maîtres stagiaires, ici, on dit 50 000F, mais plusieurs IEP prennent 100 000 FCFA (mouton pédagogique) ; mutation INEA 200 000f à négocier ; mutation interne 150 000F à négocier ; validation des fiches vertes pour les écoles primaires 2000f ; validation des fiches vertes pour les écoles maternelles 1000f ; transmission des dossiers pour passer les examens du CAFOP 5 000f au minimum. Chers collaborateurs arrêtez, ce n’est pas digne de vous.»

Et d’incriminer les mutations en pleine année scolaire moyennant des sommes d’argent. « Je voudrais que nos morts après leurs brillants services et parcours professionnels, ne se retrouvent plus sur les effectifs des agents actifs pour être affectés à des nouveaux postes de responsabilité. Je voudrais que les retraités partent à la retraite. La retraite c’est une grâce. Ils sont radiés de la Fonction publique, ils continuent d’exercer, laissons la place aux jeunes ! De même je souhaiterais que vous puissiez rompre avec les affectations sans lieu… »

Lançant de façon officielle le Contrat d’objectifs et de performance (Cop), la ministre Mariatou Koné a insisté auprès des Drena afin que ceux-ci s’approprient ce nouvel outil de gouvernance scolaire, qui renforce leur responsabilité opérationnelle. Car dira-t-elle « désormais on n’est pas Drena pour être Drena », a-t-elle signifié relevant que « la signature desdits contrats interviendra dès le mois de septembre c’est-à-dire à la rentrée scolaire 2023-2024. »

Notons que le nouvel homme fort de la Drh a saisi l’occasion à lui offerte pour décliner sa vision pour une meilleure gestion des personnels enseignants et d’encadrement.

Ange Nicaelle LYRANE

About The Author