Coulibaly Kuibiert CEI

Haut-Sassandra/RLE 2022: Plus de 49.500 personnes en situation d’handicap réclament leurs droits civiques et politiques

Une cérémonie, relative au lancement des activités de la révision de la liste électorale, a été organisée par la Coordination des Organisations des Personnes Handicapées du Haut Sassandra. C’était le mercredi 16 Novembre 2022, à la préfecture de région de Daloa. 

En effet,  Kouakou Amani Lazare, président de la coordination des Personnes Handicapées du Haut Sassandra, a situé le cadre de la rencontre. « Nous sommes là dans le cadre du projet pour le renforcement de la participation politique et citoyenne des Personnes Handicapées dans le processus électoral. Et ce projet vise à promouvoir les droits civiques et politiques des personnes Handicapées en leur  assurant une pleine et effective participation dans la gestion de ce processus », a-t-il fait savoir.

 Mais ce qui nous réunit ce mercredi 16 Novembre 2022, a poursuivi le président Kouakou Amani Lazare, « c’est le lancement des activités de la révision de la liste électorale qui démarre le 19 novembre prochain. Donc nous exhortons nos membres a à aller se faire enrôler pour ce qui concerne les nouveaux majeurs, vérifier leurs noms sur la liste pour ceux qui sont déjà enrôlés et puis ceux qui veulent également changer les lieux de vote peuvent aller le faire. Il faut signaler que nous sommes 49.553 Personnes Handicapées dans le Haut Sassandra et près de 25.000 dans la commune de Daloa. Qu’ils se mobilisent massivement pour aller dans les centres. »

Puis le président de la coordination de lancer un appel aux  parents des Personnes Handicapées : « Nous vous demandons d’exhorter vos enfants à aller se faire inscrire, se faire enrôler parce que le développement, c’est pour tous, le développement c’est pour tout le monde. » 

Quant au Secrétaire à la Communication de la coordination du Haut Sassandra, Edouhou Germain, il a fait savoir ceci : « Nous sommes là, dans le cadre de l’élection exclusive qui veut dire mobilisation, participation et plaidoyer auprès des acteurs au niveau du processus électoral. Quand je parle de plaidoyer, c’est d’aller vers les autorités compétentes dans ce processus électoral en vue de la prise en compte des Personnes en situation de Handicap. »

Puis d’ajouter ceci : « Au préalable, ces personnes sont mises en marge, donc c’est ce qui a suscité ces activités qui vont dans le sens des plaidoiries afin que ces autorités puissent vraiment inclure ces Personnes dans le processus électoral. Nous revendiquons nos droits civiques, nos droits à tous les niveaux et plus précisément dans le processus électoral. » 

Depuis lors toujours, selon Edehou Germain, « Nous votons mais plusieurs difficultés font que nous n’arrivons pas à voter comme nous le voulons, c’est à dire il y a des personnes qui sont mises en marge à cause des difficultés d’accessibilités. »

 Il faut noter que l’Union européenne et  CB M sont leurs partenaires privilégiés.

Helton Séry, à Daloa