Chevaux malades

Mortalité de chevaux à Abidjan: Pour prévenir une épidémie, le MIRAH prend des décisions

Après la grippe aviaire, la peste porcine et bovine, la maladie à virus Ebola, une autre maladie des animaux pointe-elle en Côte d’Ivoire ? Après les morts inhabituelles de chevaux à Koumassi et Port-Bouët, le ministre Sidi Touré a pris des décisions par anticipation.

Selon l’Agence ivoirienne de presse (AIP), le 13 avril 2022, le ministère des Ressources animales et halieutiques a été alerté de mortalités inhabituelles de chevaux dans deux centres équestres du District d’Abidjan. Des investigations diligentées le même jour par les Services vétérinaires ont conduit à la suspicion de deux maladies virales à savoir la maladie West Nile et la maladie de la vallée du Rift, au regard des signes cliniques observés (paralysie du train postérieur, fièvre, signes nerveux) sur les chevaux malades et le caractère épidémique de cette infection. Par ailleurs, des prélèvements ont été effectués et acheminés dans deux laboratoires de référence nationale et internationale pour des analyses.

Dans l’attente des résultats de laboratoire, les mesures conservatoires ont donc été prises conformément à la règlementation en vigueur, pour contrôler les mouvements des animaux et éviter une éventuelle propagation du danger sanitaire.

Ainsi, par précaution, dans un communiqué de presse publié le mercredi 27 avril, relatif aux mortalités de chevaux dans les communes de Koumassi et Port-Bouët situées dans le Sud d’Abidjan, le ministère des Ressources animales et halieutiques (MIRAH), invite tous les gestionnaires des centres équestres, propriétaires de chevaux et tous les acteurs de la filière équine à se conformer à des mesures visant à contenir tout risque de propagation en cas de maladie virale.

Ces mesures, poursuit l’AIP, consistent en l’interdiction de déplacement des chevaux hors des centres équestres, sauf dérogation spéciale délivrée par les Services vétérinaires; l’interdiction des rassemblements de chevaux et de toute sorte de compétitions; l’interdiction de partage de matériels, d’équipements et d’intrants avec d’autres propriétaires d’animaux; la surveillance quotidienne de l’apparition de signes de maladie chez les chevaux et notification aux Services vétérinaires.

Elles consistent également au nettoyage et désinfection réguliers des bâtiments, des équipements, des véhicules de transports des chevaux; à la mise en place de pédiluve, rotoluve, dispositif de lavage des mains; et au contrôle stricte de la circulation humaine en interdisant l’accès des personnes non autorisées aux centres équestres.

«Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Sidi Tiémoko Touré, remercie les partenaires et acteurs de la filière équine pour leur franche collaboration, et les invite à informer les Services vétérinaires les plus proches face à toute anomalie observée sur leurs animaux», conclut ce communiqué de presse publié le mercredi 27 avril.

GRO avec AIP

Verified by MonsterInsights