DSC 0231

Treichville/Rupture collective du jeûne musulman: Guikahué « prêche » pour la fraternité et le partage

Dimanche 24 avril 2022, sur invitation de Mme Aminata N’diaye, Secrétaire exécutif chargé des ONG et Syndicats, qui organisait une rupture collective du jeûne musulman à la permanence du PDCI-RDA de Treichville, Pr Maurice Kakou Guikahué, chef du Secrétariat exécutif du PDCI-RDA a développé le thème «Fraternité et partage ». Comme un Imam ou un Prêtre, le N°2 du parti de Bédié, s’inspirant de la Bible et du Coran, a prêché la bonne parole aux musulmans et chrétiens. Intégralité du développement dudit thème : «Fraternité et partage».

DSC 0231
Pr Maurice Kakou Guikahué

«(…) Mesdames et Messieurs.

L’année 2022 nous a donné l’agréable plaisir de voir coïncider une grande partie du carême chrétien et le jeûne musulman. Cette grâce que le Tout-puissant a accordée aux religieux du monde entier est à la faveur d’un monde d’amour, de tolérance, d’union et de fraternité.

Les musulmans du monde entier qui entament la dernière décade du jeûne sont résolument engagés à se rapprocher de Dieu, créateur de l’univers par la prière et l’adoration, mais aussi par des actes de piété et de foi dont l’un des plus importants est le partage répondant ainsi au triptyque du carême: le jeûne, la prière et l’aumône.

DSC 0199gf
Mme Aminata N’diaye a remercié ses invités de leur présence et a distribué, après la rupture collective du jeûne, des vivres aux participants.

Aussi sommes – nous heureux, la délégation qui m’accompagne et moi-même, de la qualité de l’accueil que vous nous avez réservé. 

Madame le Secrétaire Exécutif, Chère Sœur Aminata N’DIAYE, répondant à votre invitation qui associe mon image à ces instants de grande spiritualité, je voudrais, avant tout autre propos, vous transmettre les salutations fraternelles et militantes de SEM Henri Konan BEDIE, Président de notre grand parti, le PDCI- RDA.

En effet, tenant compte des exigences de ce mois, vous avez bien voulu convier vos coreligionnaires et des autres confessions religieuses à cette rupture collective de jeûne, moments de fraternité et de partage.

Je voudrais vous féliciter pour cette belle initiative de la célébration de l’amour, de l’entraide et de la solidarité.

D’ailleurs, notre rencontre de ce jour ne pouvait avoir meilleur thème que celui que vous  avez choisi : FRATERNITÉ ET PARTAGE.

Chers frères et soeurs,

Mesdames et Messieurs 

Que dire du thème de notre rencontre, de la fraternité et du partage ? Juste quelques réflexions.

La fraternité 

La fraternité est au sens strict, le lien de parenté qui unit les enfants; les frères et sœurs. C’est donc l’expression du lien affectif et moral qui unit une fratrie. 

La fraternité est aussi le lien étroit d’amitié qui unit deux personnes ou plusieurs qui ne sont ni frères ni sœurs. C’est le sentiment de solidarité et d’amitié.

Enfin, la fraternité c’est l’intelligence, l’entente et l’harmonie entre plusieurs personnes quelque soient  leurs diversités, leurs opinions  et divergences politiques ou religieuses.

D’ailleurs, on parle de fraternité des armes; lien forgé entre compagnons d’armes, entre personnes ou nations ayant combattu côte à côte.

Dans le cadre d’un pays comme le nôtre, la fraternité est l’idée selon laquelle tous les humains, les hommes et les femmes sont égaux et méritent liberté, égale dignité et considération. 

La fraternité est aussi un concept issu du christianisme. Dans l’église catholique, la fraternité est la parenté entre hommes et femmes considérés comme membres de la famille humaine quelle que soit leur origine sociale, culturelle, géographique mais unis spirituellement. Le rite pénitentiel le consacre si bien quand au début de la messe, le célébrant dit «  frères et soeurs, préparons-nous à célébrer le mystère de l’Eucharistie » suivi de «  je confesse à Dieu tout-puissant, je reconnais devant vous, frères et soeurs, que j’ai péché… »

En Islam également, la fraternité tient une place capitale. En effet, I’Islam dissipe la haine, la désunion et l’inimitié en prônant ainsi la fraternité et sans équivoque. 

Les hommes ont besoin les uns des autres pour exister. Une société sans fraternité serait semblable à une maison en ruine et le Saint coran insiste sur le secours et la solidarité. 

C’est ainsi que de nombreux hadiths et versets évoquent la fraternité et les devoirs réciproques des croyants. 

On peut citer la sourate 49 verset 10 dans lequel Allah s’adresse aux croyants en ces termes : « les croyants ne sont que des frères. Établissez la Concorde entre vous frères et craignez Allah afin qu’on vous fasse miséricorde ».

Nous pourrons compléter notre citation par la sourate 13 au verset 49: « 0h Hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle et nous vous avons constitués en peuple et en tribus pour que vous vous connaissiez. La connaissance des peuples induit inéluctablement la naissance de liens fraternels ».

En définitive, la fraternité est ce lien si fort basé sur l’amour, la solidarité, le pardon et l’entente parfaite qui unit des personnes des mêmes parents ou non. Ces valeurs sont les fondements de toute société.

Et le partage?

Le partage est l’action de partager ou diviser en parts. Dans le sens de la solidarité humaine, le partage est l’acte de donner à l’autre ce dont on dispose.

Le partage est à la fois une exigence religieuse et une valeur de vie sociale et résulte de la générosité, de l’altruisme, de l’amour du prochain et de la solidarité.

Entant qu’une exigence religieuse, le partage est basé sur l’entraide et le soutien à l’autre. 

Cela ressort clairement dans Essaie 58:7, en ces termes:  « partage ton pain avec celui qui a faim. Et fais entrer dans la maison, les malheureux sans asile. Si tu vois un homme nu, couvre le et ne te détourne pas de ton semblable ». C’est en cela que le socle de la foi chrétienne est la protection de la veuve et de l’orphelin

Dans  son évangile, Saint Mathieu, le stigmate si bien dans l’allégorie du  jugement dernier par la séparation des chèvres qui iront en enfer, des brebis qui seront admises au Paradis sur des notions de générosité: donner à manger à celui qui a faim, à boire à celui qui a soif, vêtir celui qui est nu, visiter celui qui est malade ou en prison.

Le partage est aussi au cœur du projet de société de la religion musulmane. Ainsi, la charité n’est pas laissée à la volonté des individus, mais elle est instituée en devoirs religieux dont chaque musulman veille à s’acquitter. Ce devoir s’inscrit dans une vision globale qui définit la relation de l’individu avec Dieu, de l’individu avec ses semblables et de l’individu avec la richesse.

Chère sœur Aminata N’DIAYE, en plus des nombreux dons que tu as déjà faits à travers la commune de Treichville et ailleurs, la rupture collective du jeune de ce jour s’inscrit dans la droite ligne de ces actes de foi et d’adoration en ce mois béni de Ramadan.

Que le très haut, Allah, le créateur de l’univers te récompense ainsi que tous ceux qui ont contribué à la réussite de ces retrouvailles au-delà de vos espérances.

Que les bénédictions de ce mois de pénitence et de sacrifices rejaillissent sur notre Président SEM Henri Konan BEDIE, notre grand parti, le PDI-RDA et l’ensemble des ivoiriens.

Que la paix et la Concorde soient le partage quotidien des ivoiriens

Dieu bénisse la Cote d’Ivoire.

Je vous remercie. »

Propos retranscrits par Gilles Richard OMAEL