Photo lancement travaux fourriere

Infractions, entraves à la fluidité routière: Un projet lancé mais attention au syndrome de l’oubli

Dans le cadre de ses réformes en vue d’assainir le secteur du transport terrestre, l’Etat de Côte d’Ivoire vient de lancer un projet de construction sur 18 mois, d’une fourrière administrative rotative de 4000 véhicules, dénommée ‘’CGI Park’’, d’un coût global de 3 milliards de FCFA.

Photo lancement travaux fourriere
Infractions, entraves à la fluidité routière: Un projet lancé mais attention au syndrome de l’oubli 3

Ces travaux ont été lancé par Amadou Koné, ministre des Transports sur le tronçon Abidjan-Attinguié le vendredi 13 août 2021.

Selon le confrère APA, c’est la plus grande fourrière administrative de la sous-région avec beaucoup de commodités et ce projet s’inscrit dans la stratégie nationale de sécurité routière 2021-2025.

APA affirme en outre que l’opérateur technique, Quipux Afrique, a été instruit afin d’intégrer des stations de contrôle technique et un garage automobile, où ceux qui seront en infraction vont mettre au point leur véhicule. Car il ne s’agit pas seulement de mettre en fourrière des engins non réglementaires.

Amadou Koné a souligné que cette action est menée avec les forces de l’ordre afin que les routes soient sûres, et pour qu’il y ait moins de pertes en vie humaine dans la circulation routière en Côte d’Ivoire.   

Cette fourrière administrative est en effet, une plateforme de transit de véhicules auteurs d’infractions et autres entraves à la fluidité routière. C’est également un système intégré de solutions de gestion du stationnement.

Elle sera aménagée sur 5 hectares et comprend deux parties essentielles que sont la zone administrative, qui représente 14% de la superficie, soit 7.754 m2 et la zone des parkings, représentant 72% de la surface, soit 4 ha pour un aménagement de 1.546 places de stationnement.

Ce projet est salutaire parce qu’il va contribuer à assainir le secteur du transport en Côte d’Ivoire.

Son importance a même attiré tous les acteurs clés ; à savoir : le ministre de tutelle, plusieurs structures sous sa tutelle, le haut Conseil du transport, des transporteurs.

Cependant, l’on craint le syndrome de l’oubli comme c’est le cas pour l’espace réservé pour construction de la nouvelle gare routière internationale d’Adjamé. Le lancement des travaux de construction de cette gare avait été également en grande pompe.

Mais finalement cet espace a été mis aux oubliettes depuis de longues années au point de servir actuellement à la vente de bétail.

Nathanael Yao