AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Bouaké/Processus électoral controversé du 5ème congrès du CEECI: Des risques d’annulation à l’horizon ?

5 min read
165d4c48 e7ae 4b3f 989e 69ba439f6091
10 / 100

Les activités du processus électoral du 5 ème congrès électif du Comité des Elèves et Etudiants de Côte d’Ivoire (CEECI) ont repris, le lundi 12 février 2024; ce, avec les risques de ne pas arriver à terme.

Vu la tournure que prend l’évolution de ce congrès suscitant tant de controverses, tout porte à croire que le « syndrome FESCI » frappera également ladite structure syndicale : c’est-à-dire le recours aux anciens pour l’organisation d’un scrutin démocratique, libre et transparent.

A travers une vidéo postée sur les réseaux sociaux, hier mardi 13 février 2024, le président du comité d’organisation du 5 ème congrès du Comité des Elèves et Etudiants de Côte d’Ivoire (CEECI), Yaya Nantoumé dit NL Diendéré, a rendu public la liste des candidats retenus pour ledit congrès électif devant se tenir à l’Université Alassane Ouattara (Bouaké).

La vidéo indique que le secrétaire général sortant de la structure syndicale, Ouattara Klebien Jacob dit Nl Guevara, est seul en lice dans la course à sa propre succession.

Depuis le début, ce processus électoral tant controversé suscite des actes de violences dans la ville de Bouaké. Il avait été suspendu pour reprendre après la CAN à la demande des autorités qui craignaient que ces violences perturbent la plus grande fête du football africain devant se tenir en partie dans la ville (phase de poule, huitième et quart de finales).

Les autres candidats déclarés continuent de boycotter ce congrès qu’ils jugent non-démocratique parce que non inclusif. La première caution imposée à chacun de ces candidats était fixée à 2 millions FCFA : l’élément principal qui avait accentué la contestation à l’époque avait vu des manifestations occasionnant des échauffourées et autres types d’affrontements entre étudiants.

Annonçant la reprise du processus via un communiqué daté du samedi 10 février 2024, le PCO dudit congrès avait fait part du nouveau chronogramme et de l’assouplissement des conditions d’éligibilité notamment la revue considérable à la baisse des frais de candidature.

 »Le processus du congrès stoppé après la période de dépôt des dossiers de candidature dans le courant du mois de décembre 2023 en raison des activités liées à la CAN de l’hospitalité, le comité d’organisation vient par cette note informer les élèves et étudiants de la reprise de ses activités par la fin de la CAN demain dimanche 11 février 2024.

Au regard de certaines considérations et certains conseils, le comité d’organisation tient à vous communiquer le nouveau programme avec certaines révisions dans ce qui suit :

Au niveau des révisions :

* La caution est désormais de : 50.000f CFA

* Prorogation de date de dépôt des dossiers de candidature de 48h pour les retardataires.

* Suppression du bulletin de santé dans les pièces à fournir.

Programme :

– Dépôt de dossiers de candidature : Lundi 12 de 08h 30min à 17h00 minutes au mardi 13 février à 14h00 minutes.

– Proclamation des candidatures retenues : Mardi 13 février à 18h sur la page officielle

– Campagne : mardi 13 février de 19h30 minutes à l’aube.

– Élections du SGN : Mercredi 14 février de 08h30 minutes à 11h00 minutes au campus 1.

– Proclamation des résultats : jeudi 15 février 2024 à 08h30 minutes sur la page officielle.

Nous appelons tous les retardataires à prendre toutes les dispositions nécessaires pour saisir cette dernière chance », était-il mentionné dans la note.

Les efforts faits à travers les aménagements susmentionnés par le comité d’organisation n’ont visiblement porté aucun fruit à la résolution de la crise. Le danger de violence continue de planer sur la tenue de ce congrès ou du moins sur son bon déroulement.

Les quatre candidats contestataires du processus sont passés à la vitesse supérieure avec une logique de retirer l’organisation du scrutin au comité en place.

Ce mardi, ils ont adressé un courrier aux autorités (ministère de tutelle, préfet, maire) pour traduire clairement leur volonté de vouloir mettre fin et reprendre tout le processus électoral.

Bien avant l’expédition du courrier en question, les quatre candidats, Sylla Yacouba, Gué Abdoulaye Octavy, Fanny Arouna et Dao Zié Yaya, avaient produit un communiqué conjoint le samedi 10 février dernier.

Voir ci-dessous, les points forts de la note.

 »Chers camarades Élèves et Étudiants, militants et sympathisants du CEECI;

Aujourd’hui, à notre réveil, nous avons tous été surpris par un nouveau communiqué qui stipule que le Congrès se tiendra du 14 au 15 Février 2024.

 Suite à une telle comédie digne d’un festival de rire, il est impérieux que nous nous prononçons pour mettre la lumière sur cette organisation et donner notre point de vue. En effet, le Sieur Yaya Nantoumé, présumé PCO du 5ème Congrès du CEECI, a produit un nouveau communiqué établissant de nouvelles dispositions et un nouveau calendrier pour la tenue du Congrès de notre structure. Ce communiqué vient, une fois de plus, traduire la machination par laquelle le Sieur Ouattara Klébien Jacob veut se maintenir à la tête de notre Organisation. Nous voulons informer la communauté scolaire et estudiantine ainsi que la communauté nationale et internationale que nous n’accepterons pas cette insulte collective et nous nous donnerons les moyens, conformément à nos statuts et règlements Intérieurs, pour rétablir l’ordre au sein de notre structure tant humiliée et tant vilipendée.

Vu le désordre, la cacophonie, les irrégularités, la violence, caractéristiques majeures et témoins de l’incapacité et de l’incompétence du camarade comme PCO du 5ème Congrès du CEECI; Nous demandons LA DISSOLUTION pure et simple dudit Comité d’Organisation et demandons par conséquent, l’implication des anciens du CEECI dans l’organisation de notre Congrès.

56f779b7 f307 48d2 82c3 39dc80a133cc

Le Comité d’organisation contesté

Nous informons tous les camarades que les sanctions prises par le Sieur Ouattara, ex SGN du CEECI, contre les militants et responsables du CEECI pendant la période du Congrès sont sans effet car, il ne dispose d’aucune accréditation lui permettant de telles sanctions étant donné que dans cette période il n’est plus le premier responsable du CEECI. Nous demandons au camarade Secrétaire Général Sortant du CEECI, en la personne de Ouattara Klebien Jacob, d’arrêter de prendre des initiatives au nom du CEECI et se mettre à la disposition du nouveau comité d’organisation qui sera mis sur pied par les anciens du CEECI s’il souhaite candidater à sa propre succession ».

Rien ne dit que l’élection telle qu’annoncée dans le nouveau chronogramme ne se tiendra pas ce mercredi; mais sauf qu’elle pourrait être frappée de nullité par la suite au regard de tout ce qui précède.

Vagoné Dry-Bi

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading