4d1c4f41 687d 4ab8 9f7f 4367aa485983

Décès du président Bédié: Les femmes marchent et pleurent dans les rues de Daoukro

12 / 100

Son excellence Aimé Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, ancien président de la République de Côte d’Ivoire, de 1993 à 1999, a été arraché, le mardi 1er août 2023, à la Polyclinique internationale Sainte Anne Marie (PISAM) d’Abidjan, dans sa 89è année, à l’affection des siens.

Cette triste nouvelle n’a laissé personne indifférente. Elle a même affecté les populations de la Côte d’Ivoire en particulier et les populations du monde entier en général. Pour participer à leur manière au deuil qui les frappe, les femmes ont organisé, le jeudi 03 juillet 2023, à Daoukro, une marche à travers les artères de la ville pour pleurer le président Aimé Henri Konan Bédié, leur papa.

Parties de la maison du PDCI-RDA, banderoles rouges nouées autour de la tête et habillées pour la plupart en tenues PDCI, elles ont exécuté en patois des chansons à la mémoire du président Bédié.

A la résidence de Nanan Koffi Eugène, chef du village de Daoukro où elles ont marqué une escale exécutant des chansons en patois à la mémoire du président Bédié, il (le chef du village de Daoukro) a coulé les larmes non sans faire parler son cœur. Un geste pour permettre aux femmes de boire de l’eau.

Après quoi, elles ont mis le cap sur le domicile de Yao Amenan Brigitte. Sur la manifestation du jour, Akpoué Amoin épouse Kouakou, membre du bureau politique du PDCI-RDA, a fait savoir : « Nous nous sommes retrouvées à la maison du parti pour le deuil de notre président du parti, le président Henri Konan Bédié. C’est notre père, le père de la nation « .

A l’écouter, la Côte d’Ivoire a perdu un grand homme. Voilà pourquoi, dira-t-elle, ce matin, l’association des femmes de Baoulékro s’est retrouvée, avec à sa tête, la présidente Akpoué Amoin, à la maison du parti « pour pleurer notre père, le président Bédié, président du PDCI-RDA ».

Pour sa part, Yao Amenan Brigitte, secrétaire générale de la section du PDCI-RDA de Djedouabo, a dit : « Aujourd’hui, je peux dire que nous sommes foutues. Nous sommes perdues. Notre chapeau est tombé. Nous, les femmes de Daoukro, nous sommes devenues muettes. On ne sait que dire ».

Mais, a-t-elle fait observer, en ce jour, il fallait vraiment montrer à toute la nation, à tout le monde entier que le président Bédié est tout pour nous. « Aujourd’hui, il a été rappelé par Dieu. Il fallait que nous fassions quelque chose. Il fallait que nous partions dans notre maison qu’il nous a laissée. Notre héritage, c’est le PDCI-RDA. Il faudrait aussi que les gens sachent que le PDCI-RDA ne peut jamais mourir « , a-t-elle indiqué.

Et de conclure : « Le président Houphouet a laissé le PDCI-RDA au président Bédié. Aujourd’hui, le président Bédié aussi s’en va. Je pense que c’est à notre tour de relever le défi et de faire connaître à tout le monde que le PDCI-RDA doit avancer et à partir de l’au-delà, il va veiller sur nous ».

C.K

Correspondant régional