des semences a lenergie solaire a madagascar le blog du coordonnateur resident des nations unies

Des semences à l’énergie solaire à Madagascar : le blog du Coordonnateur résident des Nations Unies

image 5
© RCO Madagascar – Une femme arrose son potager, planté avec le soutien de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

New York, USA, le 03 Juillet 2023-/African Media Agency(AMA)/Plus d’un million de personnes dans le sud de Madagascar frappé par la sécheresse bénéficient d’une série d’initiatives de développement complémentaires des Nations Unies qui sont coordonnées afin d’avoir un plus grand impact, comme l’explique le Coordonnateur résident des Nations Unies à Madagascar, Issa Sanogo. 

« Depuis mon arrivée à Madagascar en tant que Coordonnateur résident des Nations Unies fin 2020, le pays a été frappé par des cyclones sans précédent et a connu la plus grave sécheresse depuis 40 ans. 

Couplée à d’autres phénomènes météorologiques extrêmes, la sécheresse a provoqué une famine généralisée et poussé des milliers de personnes dans des conditions proches de la famine. Dans le sud du pays, où les terres sont arides et les ménages plus dépendants de l’agriculture pluviale, le problème de la malnutrition est particulièrement aigu. 

Les cultures souffrent non seulement d’un manque d’eau, mais ont également été endommagées par des vents violents qui emportent la couche arable fertile. Dans ces conditions, les communautés ont du mal à cultiver des produits de base essentiels, dont le maïs. 

Améliorer l’alimentation 

L’année dernière, grâce à des précipitations relativement suffisantes et à l’aide humanitaire accrue de notre équipe de pays des Nations Unies et de nos partenaires, la sécurité alimentaire et la nutrition se sont améliorées dans le sud de Madagascar.

Notre réponse humanitaire multisectorielle a atteint près de 1,1 million de personnes dans les domaines de la nutrition, de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance, de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, de l’éducation, de la santé et de la protection, et des transferts monétaires. 

En 2022, aucun district n’a été classé comme faisant face à une urgence nutritionnelle, contre cinq districts l’année précédente. Mais, accélérer la reprise après la sécheresse et s’attaquer à ces impacts à long terme dans la région nécessite plus qu’une aide d’urgence. 

C’est pourquoi, parallèlement aux efforts humanitaires en cours, notre équipe de pays des Nations Unies a travaillé ensemble pour aider les communautés de la région à renforcer leur résilience aux effets des sécheresses et à se préparer aux futurs chocs climatiques. 

Le Bureau du Coordonnateur résident a joué un rôle clé dans la promotion d’une plus grande intégration des interventions des agences, contribuant à accroître les synergies et à renforcer l’impact de notre coopération. 

En avril, j’ai visité la région pour voir l’impact de nos efforts conjoints sur les communautés sur le terrain. Voici ce qui fonctionne : 

La prévention est cruciale 

Dans un site de distribution alimentaire à Maroalimpoty, géré par le Programme alimentaire mondial (PAM), j’ai constaté l’importance des mesures de prévention intégrées pour lutter contre la malnutrition. En plus d’assurer des distributions générales de vivres pour répondre aux besoins alimentaires immédiats des familles les plus vulnérables de la zone, le PAM utilise le même site pour effectuer des dépistages et organiser des séances de soutien nutritionnel et de sensibilisation ciblant les enfants et les femmes enceintes et allaitantes. 

Dans une commune voisine, j’ai visité un centre de santé intégré où le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) avait formé des infirmières pour dépister la malnutrition chez les enfants. Le centre fournit un ensemble complet d’interventions nutritionnelles à fort impact et, avec le soutien du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mène des activités préventives, thérapeutiques et de plaidoyer sur d’autres problèmes de santé, au profit de l’ensemble de la communauté.

image 1
© UNICEF Madagascar/Andrianantenaina – Une jeune écolière boit de l’eau provenant d’un système de déssalement soutenu par l’UNICEF.

Dans une école voisine, l’UNICEF a collaboré avec le gouvernement et le secteur privé pour installer un système de déssalement de l’eau à énergie solaire afin de fournir de l’eau potable au centre de santé intégré, à l’école et au reste de la communauté. Le PAM est actif dans la même école avec son programme d’alimentation, qui favorise la fréquentation et la performance scolaires, deux mesures de prévention essentielles. 

Manger « dignement » 

Dans la même commune, deux interventions de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) contribuent à accroître la capacité des ménages vulnérables grâce à des pratiques agricoles durables. 

Grâce à ces interventions, les associations d’agriculteurs de la commune ont reçu des semences résistantes à la sécheresse, des outils et une formation sur les pratiques agricoles intelligentes face au climat. En plus de cela, un système d’irrigation goutte à goutte à énergie solaire, développé par la FAO, fournit un accès à l’eau toute l’année, permettant aux ménages de cultiver suffisamment pour leur propre consommation et un surplus à vendre sur le marché local et à conserver comme semences. 

Certains ménages que j’ai rencontrés dans la commune ont déclaré qu’au plus fort de la crise, ils n’avaient parfois que du cactus comme repas quotidien, mais maintenant, grâce à des récoltes plus abondantes, ils ont de quoi manger « dignement » et peuvent même se permettre deux repas par jour. 

Pour Madame Nativité, une veuve avec deux enfants qui a été durement touchée par la sécheresse, les semences et la petite somme d’argent qu’elle a reçue du programme l’aident à se remettre sur pied et à envoyer ses enfants à l’école. 

Dans la même zone, j’ai vu comment un projet mené par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) adoptait des solutions simples pour stabiliser les dunes de sable côtières et protéger les cultures de la poussière et des tempêtes de sable, connues localement sous le nom de tiomena. En plantant trois types de flore pour atténuer l’impact du vent et retenir l’humidité du sol, ce projet a aidé les communautés à cultiver des cultures commerciales dans des champs autrefois perdus dans le sable. 

image 2
ONU Madagascar – Les membres d’une association soutenue par l’ONU produisent des objets artisanaux.

La collaboration renforce la résilience 

Les agences collaborent d’autres manières pour renforcer la résilience économique, ce qui conduit à de meilleurs résultats en matière de nutrition et de sécurité alimentaire. Par exemple, à la coopérative de développement intégré que nous avons visitée, le PNUD fournit une formation et des équipements pour moderniser la culture et la transformation de la plante de sisal afin de produire des objets artisanaux à vendre. 

Sur le même site, le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le PAM ont donné aux membres de la coopérative des outils et des connaissances pour transformer d’autres plantes en produits non périssables, notamment en utilisant du manioc pour produire de la farine, faire de la confiture de cactus et du savon biologique à l’aloès vera, au cactus ou à autres extraits. 

En s’adressant à l’un des membres de l’association, il était clair que pendant la saison sèche en particulier, ces produits artisanaux fournissent aux familles de la région une source de revenu supplémentaire et stable. 

image 3
ONU Madagascar – Des membres d’une coopérative agricole cultivent du manioc.

Dans une vision de développement à plus long terme, l’éco-agriculture soutenue par le FIDA vise à surmonter les problèmes chroniques liés à la sécheresse et au changement climatique grâce à l’adoption à grande échelle de pratiques améliorées d’adaptation au changement climatique. 

Lors de notre dernier arrêt, nous avons visité le village reculé d’Anjamahavelo, où le PAM a établi un centre alimenté à l’énergie solaire, une connectivité et une source d’eau durable qui était en cours de modernisation par l’UNICEF. Sur ce site, des entités et des partenaires des Nations Unies collaborent pour alimenter un système d’irrigation goutte à goutte visant à améliorer la production agricole et à fournir une gamme de services communautaires intégrés tels qu’une salle de classe numérique et un centre de formation pour les femmes et les jeunes. 

Les centres alimentés à l’énergie solaire ont le potentiel de fournir à terme de l’électricité à l’école communautaire et à d’autres structures, ainsi que de fournir des opportunités entrepreneuriales pour diversifier les moyens de subsistance et aider les communautés à résister aux futurs chocs climatiques. 

image 4
© UNICEF Madagascar/Andrianantenaina – Une jeune fille accède aux outils numériques dans une classe du sud de Madagascar.

Des défis de taille attendent les communautés du sud de Madagascar, mais je suis également convaincu que notre approche de plus en plus intégrée est notre meilleure réponse aux problèmes multidimensionnels de malnutrition et d’insécurité alimentaire. 

Prises isolément, ces interventions – allant de la distribution alimentaire et du traitement de la malnutrition aiguë sévère à l’adoption de pratiques agricoles adaptées au changement climatique et à la production d’énergie durable – auraient un impact positif mais limité. Mais, en travaillant ensemble et en créant des synergies au sein de l’équipe de pays des Nations Unies, nous obtenons des résultats plus durables et fournissons aux communautés de la région les outils dont elles ont besoin pour rebondir et se rétablir avec résilience ».

Distribué par  African Media Agency (AMA) pour Onu Info.

Source : African Media Agency (AMA)

Verified by MonsterInsights