0a29cb66 ad2b 40b5 9ee9 6e52f3553167

Initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana (Iccig): 3 ans après sa mise en place, Alex ASSANVO, SE de l’Iccig, fait le point des acquis et fixe le cap sur les prochaines batailles

13 / 100

Trois ans après la mise en place de l’Initiative cacao Côte d’Ivoire Ghana (Iccig), son Secrétaire Exécutif, Alex Assanvo, fait le point des acquis et fixe le cap sur les prochaines batailles. Interview…

Comment évolue la bataille du cacao portée par la Côte d’Ivoire et le Ghana sur marché international?

L’Initiative cacao Côte d’Ivoire Ghana est née d’une vision de la Côte d’Ivoire et le Ghana à travers nos deux Chefs d’Etat : Le Président de la République Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire et le Président Nana Akufo Addo du Ghana. Avec l’ambition de pouvoir influencer le marché international du cacao et peser sur le poids des deux pays qui sont les deux gros pays producteurs de fèves de cacao au monde.

0a29cb66 ad2b 40b5 9ee9 6e52f3553167
Initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana (Iccig): 3 ans après sa mise en place, Alex ASSANVO, SE de l’Iccig, fait le point des acquis et fixe le cap sur les prochaines batailles 6

Trois ans après la mise en place de cette initiative, beaucoup de choses se sont passées. Vous parlez de bataille, moi je dirais que c’est de bonne guerre. Nous sommes des pays producteurs et nous voulons le meilleur pour nos producteurs. Beaucoup de faits majeurs ces derniers temps. Modestement, nous avons pesé de notre poids pour dicter certaines choses sur le marché. Sur même le comportement des industriels. Cela montre que la Côte d’Ivoire et le Ghana ensemble certaines choses sur le marché et même sur le comportement des industriels.

Pouvez-vous être plus précis…. ?

Je vous donne deux exemples qui sont concluants : En Novembre 2022, nous avons décidé de ne plus participer à toute évènement de l’industrie jusqu’à nouvel ordre. Cela a porté ses fruits et ça ramener tout le monde autour de la table. La deuxième chose, lorsque la prime de qualité avait été utilisée pour neutraliser le Drd, nous avons décidé de le publier et cela à ramener la stabilité et de la sérénité dans le marché. Je peux dire que nous avons gagné la première bataille, ce n’est pas la dernière. Nous avons réussi à améliorer le prix du cacao. Donc la Côte d’Ivoire et le Ghana ensemble, nous pouvons faire de bonnes choses. Cela a joué un rôle très fort dans ce qui se passe aujourd’hui dans le marché qui est spéculatif.

C’est quoi votre stratégie ?

cafe cacao 1
Initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana (Iccig): 3 ans après sa mise en place, Alex ASSANVO, SE de l’Iccig, fait le point des acquis et fixe le cap sur les prochaines batailles 7

Nous ne sommes pas de grands consommateurs de chocolat donc nous ne pouvons pas parler de guerre. Il faut que ça soit un dialogue au niveau de l’industrie chocolatière in fine. Le consommateur veut un cacao durable. En Côte d’Ivoire et le Ghana bien avant que des régulations arrivent en Europe, nous avions déjà établi des processus pour recenser les producteurs et pour définir des programmes nationaux de traçabilité. De telle sorte qu’aujourd’hui, tous les planteurs auront leur carte professionnelle de producteurs aussi bien au Ghana qu’en Côte d’Ivoire. Pour donner de la valeur au cacao conformément à la vision de nos chefs d’Etat. La régulation est là et nous avons des outils qui nous permettent d’avancer et cela nous permet d’arriver au deuxième point.

Lequel ?

Nous avons réussi à faire comprendre à tout le monde que la durabilité a un coût qui ne peut pas être fait sur le dos de nos planteurs. Lors que nous parlions de meilleur prix aux producteurs, personne ne voulait nous croire. Aujourd’hui, les gouvernements européens sont d’accord pour dire qu’il ne peut avoir de durabilité sans un meilleur prix aux producteurs. Que ce soit au niveau des gouvernements européens que des autres acteurs, lors des conférences internationales, tout le monde admet l’amélioration du prix aux planteurs comme une condition de la durabilité. La Côte d’Ivoire et le Ghana ensemble, ça apporte du fruit. Mieux, nous sommes en discussion avec d’autres pays producteurs. Il a été officiellement mentionné à l’issue de la dernière rencontre du Comité de pilotage d’Accra, que le Nigeria et le Cameroun, devraient nous rejoindre dans l’Initiative. D’Abidjan, je vais me rendre au Cameroun, pour discuter avec leurs autorités. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, bientôt, vous verrez d’autres pays hors du continent africain qui commencent à réfléchir, s’ils ne feraient pas partie de cette alliance. Ce sont des actions à consolider avec l’appui du Conseil café et cacao et le Ghana Cocoabord.

Sur la question de durabilité, lors des discussions autour de la table, tout le monde semble d’accord mais, dans la faisabilité, on a l’impression que certains ne jouent pas franc jeu ?

Cacao Photo
Initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana (Iccig): 3 ans après sa mise en place, Alex ASSANVO, SE de l’Iccig, fait le point des acquis et fixe le cap sur les prochaines batailles 8

C’est normal comme impression. Nous sommes dans une phase transitoire. Il y avait des comportements très déloyaux envers nos pays. Aujourd’hui les gens doivent changer de comportement. L’industrie doit démontrer aujourd’hui à leurs régulateurs d’où vient le cacao. Où est-ce qu’ils l’on acheté et comment il arrive sur le marché. Avant que le cacao n’arrive sur le marché, ils achetaient, stockaient sur deux ou trois ans et pouvaient faire même de la spéculation. Désormais, ils seront obligés de démontrer. Ça nous donne un peu plus de force. Parce qu’aujourd’hui, la spéculation nous ne la contrôlons pas. Nous allons reconnecter le produit physique au cacao spéculatif. Je pense que c’est un grand succès d’arriver à cette étape où l’on parle d’un cacao physique qui vient d’un planteur. Le planteur doit être rétribué à la hauteur de son travail. Ainsi, cela va amener un plus d’efforts tant au niveau des gouvernements que des importateurs.

C’est à croire que c’est maintenant les européens avec des normes alors qu’avant quelque chose était fait en interne dans les pays producteurs.

Les européens ont le droit de demander ce qu’ils veulent sur leurs territoires et nous avons le droit de définir ce qui sort de chez nous. Ce qui se passe aujourd’hui, ce n’est pas seulement hier. Nous devons nous préparer et c’est en cela que l’Initiative cacao Côte d’Ivoire – Ghana est très importante. Le marché d’aujourd’hui ne sera pas le même que celui de demain avec de nouvelles normes. La durabilité devient une nouvelle norme. Mais en même temps, nous sommes dans un marché multidirectionnel. Nos deux pays peuvent vendre leur cacao partout dans le monde. L’Europe est certes un grand acteur, mais nous avons aussi d’autres acteurs. Nous avons un rôle de diversification et nous devons anticiper tous les éléments du marché. Nous devons aller plus loin, dans la réflexion dans le cadre de la transformation locale de notre production.

Pouvez-vous nous en parler ?

Je ne parle pas de manger du chocolat seulement mais de tous les produits annexes du cacao. On parle de l’Energie et d’engrais à partir de la cabosse de cacao entre autres. Il y a des valeurs nutritives du cacao que nous devons promouvoir. La diversification devrait nous y aider.

Vous parlez de transformation locale. Est-ce que cela peut se faire sans de grandes capacités de stockage ?

Cacaoculture
Initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana (Iccig): 3 ans après sa mise en place, Alex ASSANVO, SE de l’Iccig, fait le point des acquis et fixe le cap sur les prochaines batailles 9

La question n’est pas seulement au niveau du stockage. L’industrie peut aussi stocker à New-York par exemple. Le combat n’est pas seulement au niveau du stockage. En Côte d’Ivoire de grands projets sont en cours dans ce sens. Tout comme au Ghana. Comment s’assurer que nous sortons de la dépendance spéculative ? Nous pouvons certes augmenter les capacités de stockage, mais il faut transformer plus une partie et promouvoir la consommation locale. Pour in fine avoir le moins de cacao spéculatif.

C’est quoi le pacte économique mis en place par les deux pays ?

C’est une vision liée à la valeur du cacao auquel nous voulons que le planteur soit rétribué. C’est un cadre que nous avons mis en place, non pas pour parler entre nous ivoiriens et ghanéens de durabilité, mais entre nous et les autres acteurs du marché, pour réfléchir sur les responsabilités des différents acteurs notamment, les industriels entre autres. Nous avons signé avec une vingtaine d’entre eux pour parler de ces questions et tout cela se fait de façon multilatérale autour de la table avec des experts…

Comment se comporte aujourd’hui le marché et l’application du e différentiel de revenu décent, (Drd)?

Comme nous l’indiquions plus haut, les actions qui nous avons posées, ont permis de ramener la stabilité sur le marché et les cours se portent bien. Nos deux pays vendent par anticipation. Je laisse la latitude aux régulateurs ivoirien et ghanéen, de mettre en place les mécanismes pour fixer le prix bord champs. Nous avons de belles possibilités devant nous. En ce qui concerne le Différentiel de revenu décent (Drd), nous avons réussir à sortir de toutes les actions qui avaient été misent en place pour le neutraliser. Le Drd est un élément intégré dans le marché du cacao, tous les acteurs s’y adaptent et il est intégralement répercuté.

BM avec Sercom

Verified by MonsterInsights