JB Koffi COC Consommatyeurs

Jean-Baptiste KOFF, président de l'UFC-CI

Téléphonie mobile: « Des opérateurs changent les règles du jeu en plein jeu », dénonce JB KOFFI (COC-CI) qui interpelle l’ARTCI

Jean-Baptiste Koffi, président de la Confédération des Organisations des Consommateurs de Côte d’Ivoire (COC-CI), n’est pas content de certains opérateurs de téléphonie mobile. Il a produit une contribution dont africanewsquick.net a eu copie. Contribution intégrale.

«Les usagers de téléphonie mobile disposant de flotte ont perdu le sommeil. Et pour cause ils n’ont plus le contrôle de la gestion de leur forfait. 

En effet, pour des raisons qu’elles sont les seules à connaitre, certaines maisons de téléphonies ont décidé de façon unilatérale de déplacer systématiquement la part non consommée du forfait du mois de chaque usager vers un sous compte. Les usagers les plus chanceux ont été informé par leur gestionnaire qui ont pris le soin de leur indiquer la nouvelle syntaxe à suivre pour accéder à ce sous compte. Quant aux autres usagers, faute d’informations ils ont purement et simplement fait le deuil de leur forfait non encore utilisé.

Cette situation est inadmissible et ne peut laisser le mouvement consommateur indifférent. Aussi nous appelons à une intervention rapide de l’ARTCI, le régulateur du secteur, pour faire cesser cette forfaiture. Il ne s’agit cette fois-ci pas de BONUS à reporter mais de forfait payé par le consommateur. Il est donc en droit de disposer de l’intégralité du forfait acheté en pleine connaissance des conditions de vente de l’opérateur.

Le forfait non consommé d’un mois doit demeurer dans le compte principal et on doit pouvoir y adjoindre le nouveau forfait. Faire autre chose reviendrait à changer les règles d’un jeu en cours de jeu. Cela n’est pas acceptable.

Si l’offre de forfait n’est plus économiquement rentable pour les opérateurs de téléphonies mobile, elles ont la possibilité de mettre un terme à sa commercialisation. Mais on ne saurait vendre un produit au consommateur et dégrader volontairement ce même produit.

Imaginons que du jour au lendemain la Compagnie Ivoirienne d’électricité (CIE) disent à ses abonnés prépayés en cours de contrat qu’après une durée d’un mois la quantité d’électricité non consommée perd de sa valeur ou n’est plus valable ou sera définitivement perdue? C’est exactement ce que fait la Direction Orange Business & Broadband (pour ne citer que cet exemple) dans un courrier daté du 11 octobre 2022 adressé à ses clients où on peut lire ‘’ …En vue de vous permettre de profiter du volume de crédit non consommé cumulé à date dans le sous compte, il restera valable jusqu’au 31 janvier 2023. Au-delà de cette période et à partir du 1er février 2023 tout crédit réaffecté dans le nouveau sous-compte pourra être utilisé dans un délai d’un mois non renouvelable’’. Les consommateurs disent non à ces nouvelles dispositions qui n’existaient pas à la signature de leur contrat.

Il s’agit là du changement de trop avec le quasi refus des opérateurs de téléphonies d’appliquer la décision du régulateur qui demandait dans un passé récent encore,  la reconduction et le cumul des avantages acquis par les consommateurs en échange de la course effrénée aux bonus.

L’ARTCI doit cette fois-ci peser de tout son poids pour préserver les intérêts des consommateurs. Le régulateur joue ici sa crédibilité.»

GRO