Houphouet Boigny

Côte d’Ivoire-Politique: Ce que le sage Houphouët-Boigny avait prédit (Témoignage)

Dans la rubrique ‘’Entre Nous’’ du confrère Le Nouveau Réveil, Tano Ahoua Célestin, Ex-Directeur du Tourisme de Côte d’Ivoire en Italie, Conseiller à la Délégation Départementale de M’Batto 1, Membre du Bureau Politique du PDCI RDA, a fait une contribution, un véritable témoigne. La densité du texte nous force la main pour le partager intégralement. Lisons ensemble.

CELUI QUI VIENDRAIT APRES LUI SERA PLUS GRAND QUE LUI

A l’heure où la Côte d’Ivoire se trouve à la croisée des chemins, à un moment crucial de son histoire, où elle risque de s’embraser, où ses fils méprisés, divisés, humiliés et déboussolés, cherchent un timonier pour les sauver de la perte de leur âme, de la valeur qui constitue leur idiosyncrasie, je ne puis m’empêcher de me remémorer une prédiction de son fondateur, le Sage avéré qu’était feu le Président Félix Houphouët-Boigny. Il a déclaré ce jour-là, et je parle sous le contrôle de ses hagiographes, que celui qui viendrait après lui sera plus grand que lui.

Je me rappelle avoir été interloqué et presque scandalisé d’entendre cette déclaration de la part de quelqu’un, que je considérais inégalable sous nos cieux, que je continue de considérer comme tel d’ailleurs, et dont mon subconscient n’envisageait peut-être même pas la possibilité de la mort. Aussi, me consolai-je en mettant ces propos sur le compte d’une boutade, née d’un besoin d’évacuer son trop plein de modestie. Mais hélas, mortel, il ne vécut que ce que vivent les mortels, un peu plus ou moins l’espace d’un siècle, puis il tira sa révérence.

EN QUOI UN AUTRE IVOIRIEN POUVAIT ETRE PLUS GRAND QUE FELIX HOUPHOUËT-BOIGNY

Ce fut un choc pour moi et, j’en suis sûr, pour la grande majorité des Ivoiriens. Dès lors, il s’ensuivit une période de questionnements où je me demandais qui pouvait bien lui succéder, mais surtout, en quoi un autre Ivoirien pouvait être plus grand que Félix Houphouët-Boigny. Celui-là même qui a présidé à la naissance de l’Etat ivoirien dont il a consolidé les fondamentaux, celui-là, dis-je, qui a posé les bases et programmé tous les paradigmes du développement de la Côte d’Ivoire au point d’en faire, déjà de son vivant, un pays respecté et envié dans le concert des nations.

Porté par mes cogitations, je me doutai qu’il s’agit d’une révélation qui, pour paraphraser un ami philosophe, est une manière de « re-voiler » le sens profond de la prophétie ou, le cas échéant, de la prédiction qui, de symbole, se matérialise tôt ou tard sous des formes tangibles et visibles. Ainsi, en poussant plus loin ma réflexion, j’en suis arrivé à comprendre que la grandeur, dont a parlé le Sage, n’est pas de celles qui se justifient par des actes posés sur les plans institutionnel, réglementaire, structurel et gouvernemental.

CRI DE RALLIEMENT

En effet, dans ces domaines, il a déjà tracé les sillons qui s’imposent à tous ses successeurs, qu’ils le veuillent ou non. Cela veut dire que  celui d’entre eux qui sera plus grand que lui, devra poser un acte de portée supérieure au fait le plus marquant de son geste. Et celui-ci demeure incontestablement sa lutte pour l’obtention de l’indépendance politique de notre pays. Un acte fondateur qui ne peut être répété et qui ne peut  donc être égalé que par une action de libération de ce pays, de restauration de ses valeurs et de consolidation de son indépendance, au cas où il est menacé.

Ainsi, lorsqu’à sa mort, Henri Konan Bédié lança le premier Appel d’Abidjan, ce cri de ralliement, pour demander aux Ivoiriens de se mettre à son service après qu’il a fait valoir et arraché au forceps son droit à sa succession, comme dispose notre constitution,  je me suis dit que nous tenions cet oiseau rare, cet homme extraordinaire dont il a prédit l’avènement. Effectivement, les prémices s’avérèrent à la hauteur de mes attentes quand il déploya son projet de société, basé sur les douze chantiers de l’Eléphant d’Afrique. Un programme prometteur, assis sur douze piliers portant tous les espoirs de développement d’un peuple, dont l’objectif était de libérer la Côte d’Ivoire de l’engrenage de la dette extérieure et de la dépendance économique pour en faire, à moyen terme, un pays autosuffisant et industrialisé en vue du progrès pour tous et du bonheur pour chacun.

HENRI KONAN BEDIE ETANT DECHU ET EXFILTRE POUR L’EXIL

Malheureusement, comme ce programme contrariait les intérêts de ceux qui prospèrent sur le dos d’une Côte d’Ivoire soumise, ils fédérèrent leurs néfastes influences étrangères et s’allièrent aux esprits maléfiques internes pour mettre fin à son règne par un coup d’Etat anticonstitutionnel. Dès lors, Henri Konan Bédié étant déchu et exfiltré pour l’exil, je fus saisi de doutes entre ma foi dans les paroles du Sage et l’horrible réalité dans laquelle le pays était plongé, au point où j’en suis venu à me demander s’il ne s’était pas trompé. L’homme dont le Sage a vanté la grandeur au-dessus de la sienne, ne serait tout de même pas une météorite, une étoile filante dans le firmament de la politique nationale !

D’ACRA  A OUAGADOUGOU EN PASSANT PAR LOME, PRETORIA ET MARCOUSSIS-KLEBER

Bien sûr que non ! Car les soubresauts et les rebondissements de l’histoire de notre pays ne tardèrent pas à le ramener au bercail où il reprit aussitôt sa place sur la scène politique. Et, dans cette atmosphère délétère où baignait le pays, il sut faire montre de sa fibre patriotique et de sa stature d’homme d’Etat, non seulement en participant à toutes les actions entreprises dans le cadre de la recherche de la paix, mais, surtout, en jouant un rôle déterminant dans toutes les réunions convoquées dans cette optique, d’Acra  à Ouagadougou en passant par Lomé, Prétoria et Marcoussis-Kléber.

Houphouet Boigny
Côte d’Ivoire-Politique: Ce que le sage Houphouët-Boigny avait prédit (Témoignage) 3

C’est le lieu de rappeler que les actuels tenants du régime en place, qui feignent de l’ignorer, doivent résolument leur pouvoir à Henri Konan Bédié. Car, bien qu’il ait été injustement écarté du deuxième tour du scrutin de 2010, il a, grâce aux appels successifs de Yamoussoukro et de Daoukro, permis à Alassane Ouattara, non seulement d’accéder à la magistrature suprême, mais aussi d’être élu pour un second mandat. Ils feignent également l’amnésie sur le fait qu’il leur permet d’exercer tranquillement le pouvoir qu’il leur a donné, puisque, de surcroît, il a mis à leur disposition un plan de développement déjà prêt à l’exécution. En effet, bon nombre de ces infrastructures socioéconomiques réalisées par le régime actuel, qui s’en attribue sans modestie la paternité  et que vantent sans retenue  ses zélateurs, figurent parmi les douze chantiers de l’éléphant d’Afrique, c’est-à-dire le programme de gouvernement qu’il a concocté, dans la perspective de son retour au pouvoir en 2010.

SON MESSAGE SE PROPAGEAIT AUX QUATRE COINS DU MONDE

A ce propos, je ne puis m’empêcher de dire que son destin  me rappelle la saga du peuple élu que Dieu promit de sauver de ses malheurs en lui envoyant son fils. Parce que, lorsque celui-ci vint, ce peuple ne se reconnut point dans son message d’amour et de paix. Ce peuple qui était alors pris en otage par les Pharisiens et les (Ré)Publicains, s’allia même à la puissance dominatrice étrangère, l’Empire Romain, pour lui infliger une mort cruelle, pensant ainsi mettre fin à son enseignement et rayer à jamais son nom de l’histoire. Mais, comme il l’avait promis, il ressuscita d’entre les morts trois jours plus tard, créant l’inédit pour le genre humain, pendant que son message se propageait aux quatre coins du monde, à telle enseigne qu’il est devenu le point de référence dans l’histoire de l’humanité.

Loin de moi l’idée de comparer Henri Konan Bédié au Christ, un sacrilège que mon éducation, ma formation et ma religion m’interdisent. Mais j’ai établi ce parallèle pour me conforter dans mon opinion que le personnage annoncé par Félix Houphouët-Boigny ne peut être qu’Henri Konan Bédié, le seul qui me parait en avoir le profil. D’ailleurs, à ce compte, un autre parallèle s’impose entre Henri Konan Bédié  et le Général De Gaulle, ce vaillant patriote qui, voyant son pays vaincu et asservi, lança de Londres où il s’était réfugié, son mémorable appel du 18 juin à ses concitoyens, à qui il demandait de rallier sa cause pour libérer leur patrie. En effet, divisés, humiliés et désespérés devant le sort de leur mère patrie martyrisée, violentée, démembrée et vendue à l’encan, les Ivoiriens ont trouvé en lui, le seul d’entre eux qui soit capable de leur restituer leur pays. Aussi, dès son deuxième appel d’Abidjan à tous les patriotes ivoiriens épris de paix et de justice, leur demandant de se joindre à lui pour défendre la patrie,  tous les partis de l’opposition significative et toutes  les organisations de la société civile se sont-ils alignés derrière lui.

COURONNE DE GLOIRE POUR UN REPOS BIEN MERITE

Alors, il faut croire que le destin l’a doté à dessein de la force de caractère et de la capacité de résilience dont il fait preuve. Du coup, je me suis remis à penser que nous ne sommes plus loin de l’accomplissement de la prédiction du Sage et que nous sommes près de vivre l’inédit dans l’histoire de notre pays. Un ancien Président de la République, en l’occurrence Henri Konan Bédié, est réclamé par le peuple. Et, porté par l’élan  patriotique du peuple qui l’a tacitement plébiscité, il vient pour accomplir cette mission existentielle de salut public de libération de la nation ivoirienne, pour le progrès de tous et le bonheur  de chacun. Non pour un progrès à la Pyrrhus qui exclut le peuple et promeut le bonheur de quelques-uns. Il arrive en sauveur pour libérer la mère patrie. Il vient réunifier la Côte d’Ivoire, réconcilier ses enfants. Puis il se retirera couronné de gloire pour un repos bien mérité.

Ainsi, il sera gravé en lettres indélébiles dans les pages de notre histoire, qu’après que Félix Houphouët-Boigny a fondé la Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié, qui avait été préalablement écarté du pouvoir, survint en vaillant défenseur pour la sauver. Henri Konan Bédié  va la reconstituer et la remettre pour de bon sur les rails du développement pour sa progression vers une véritable émergence. Oui, j’y crois, parce que le sage lui-même l’a prédit.

GRO avec Le Nouveau Réveil

Verified by MonsterInsights