Yasmina Ouegnin 0029

COCODY / Yasmina Ouégnin aux habitants de Angré : «faire barrage à l’absolutisme»

C’est parti. La campagne a commencé. C’est à l’espace de l’EPP Joachim Bony de Angré Djibi que les candidats de la coalition Pdci-Rda/Eds pour les législatives à Cocody, Yasmina Ouégnin et Kéty Lanciné Soumahoro, ont donné rendez-vous aux militants et partisans de leurs partis pour le meeting de lancement de la campagne. Comme pour témoigner de leur détermination à sortir massivement le 6 mars prochain pour voter leurs candidats, les populations ont répondu nombreuses à l’appel. Avec à leur tête, le premier magistrat de la commune, Jean Marc Yacé.

Celle qui, depuis 2011, représente les populations de Cocody à l’Assemblée nationale, et qui sollicite à nouveau leur suffrage, a, dans son propos, remercié ses concitoyens pour la confiance qu’ils lui témoignent. Yasmina Ouégnin a, par la suite, dressé ce tableau du pays. « (…) Qu’avons-nous constaté depuis plus de 10 ans ? Chers habitants de Cocody, à quoi avons-nous eu droit ? A des blocages parlementaires incessants. Lorsque nous demandions des comptes aux membres du gouvernement, ils brillaient par leur absence ou ils manifestaient du mépris pour les représentants des populations que nous étions. Du mépris pour nous.

Et donc à travers nous, du mépris pour vous et pour toutes les populations. A quoi avons-nous eu droit ? A des reculs inacceptables et préjudiciables avec l’adoption par la majorité parlementaire de certains textes liberticides et dangereux pour la démocratie et la bonne gouvernance. Et il nous a été donné malheureusement de le vivre, dangereux pour la paix et la cohésion. Il est temps, grand temps que nous tirions les leçons du passé. Il nous faut impérativement nous rassembler tous, autant que nous sommes, auprès de notre chère Côte d’Ivoire qui est malade de ses Institutions.

C’est pourquoi, j’appelle ici et maintenant à ce que nous assumions tous ensemble les erreurs de ce passé récent. Et qu’ensemble, nous nous affranchissions, une fois pour toutes, des postures claniques qui nous contraignent de ne regarder et considérer que les personnes qui pensent comme nous. Qui nous amènent à ne respecter, à n’écouter et à ne soutenir que les gens de notre bord.  Et pourtant, voyez le résultat. Nous avons tant souffert de nos divisions, de nos divergences exprimées violemment, qu’il nous faut nécessairement et irrémédiablement songer à marcher vers la construction véritable de notre nation, sous peine de le regretter amèrement. » a-t-elle ainsi dépeint la situation du pays. Comment doit donc se construire la nouvelle société ivoirienne ?

Yasmina Ouégnin donne cette réponse : « Il nous est donné une magnifique opportunité de poursuivre le combat pour plus de démocratie, plus de justice, plus d’égalité, plus de liberté. Le 6 mars prochain, sortons voter massivement. Allons exprimer notre amour pour Cocody et pour la Côte d’Ivoire. Indiquons clairement au monde entier, notre détermination, notre ardent désir de faire barrage à l’absolutisme. » Avant elle, son colistier, Kety Lanciné ainsi que leurs suppléantes, de même que les deux directeurs centraux de campagne, ont entretenu les populations sur l’enjeu de ce scrutin tout en les invitant à se rendre massivement aux urnes, le samedi 6 mars.

PAUL KOFFI, in Le Nouveau Réveil

Verified by MonsterInsights