SARA 2019, camouflet entre cadres Rhdp: Souleymane Diarrassouba a humilié Kablan Duncan et Kobenan Kouassi Adjoumani

SARA 2019, camouflet entre cadres Rhdp: Souleymane Diarrassouba a humilié Kablan Duncan et Kobenan Kouassi Adjoumani

Labellisation Attiéké. C’est un communiqué du ministère du Commerce et de l’Industrie qui sonne comme un camouflet. L’Attiéké ivoirien n’a pas été labellisé. Ni par la Côte d’Ivoire qui a pourtant fait croire qu’elle le ferait, il y a deux ans. Ni par l’entreprise burkinabè Faso Attiéké de Florence Bassono.
Un communiqué en réaction à la vague d’indignation soulevée par cette affaire qu’ont suscité l’analyste politique André Silver Konan et l’écrivaine Delphine Krizoua. « L’Appellation « Attiéké » a fait l’objet d’un dépôt auprès de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) sous la forme d’une Indication Géographique Protégée », indique un communiqué des services du ministre Souleymane Diarrassouba.
Mis en cause pour négligence et pour son manque de suivi, Diarrassouba a expliqué que « Cette appellation ne peut être associée à un autre pays au risque de créer une confusion dommageable pour la Côte d’Ivoire ». Une allusion faite au Burkina Faso dont la ressortissante a été primée au SARA 2019, pour avoir labellisé l’attiéké ivoirien.
« Nous élevons une vive protestation contre l’utilisation de ce nom lors d’une cérémonie de récompense sans l’accord préalable des autorités ivoiriennes compétentes et celles de l’OAPI », dénonce le communiqué. Qui tente de dédouaner les autorités ivoiriennes.
« C’est de la pure diversion. Florence Bassono qui est une brave femme d’affaires n’a pas demandé à être primée. Allez sur Google et vous verrez que son prix a été décerné depuis plusieurs semaines. C’est la récompense qui a été faite au SARA. Les autorités reçoivent le programme détaillé de toutes les cérémonies organisées lors du SARA. Elles ne peuvent pas nous dire qu’elles ne savaient pas et que tout cela s’est fait, dans leur dos. Il faut qu’on apprenne à assumer ses responsabilités, un jour dans ce pays », dénonce André Silver Konan.
« Les autorités du Burkina-Faso ont été saisies et ont démenti toute labellisation de ce produit », déclare enfin Diarrassouba. La question est : pourquoi Souleymane Diarrassouba n’a pas pris cette précaution avant la remise du prix annoncé depuis plusieurs semaines par Castel ? Comment a-t-il pu laisser le vice-président Daniel Kablan Duncan présider l’ouverture des travaux du SARA, en présence du ministre de l’Agriculture Kobenan Kouassi Adjoumani, sans attirer auparavant leur attention sur cette usurpation ?
Elvire Ahonon (afriksoir.net)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *