Yamoussoukro/Café-cacao: Les producteurs menacent des industriels, des chocolatiers et des négociants

Le président du Conseil café-cacao, Yves Brahima Koné, a soutenu, jeudi 3 décembre à Yamoussoukro, qu’il y a des industriels, des chocolatiers et des négociants qui ont “commencé à faire un jeu” et user de “stratégies” pour ne pas payer le Différentiel de revenu décent.

C’est pourquoi, les producteurs invitent de façon “pressante” les industriels, les chocolatiers et les négociants “au respect de leur engagement à payer le DRD”, selon leur porte-parole Dinard Yao N’Zi qui a lu le communiqué final de la session.

Au cours de cette session “on a parlé du boycott du programme de durabilité des exportateurs au cas où ils n’arrivent pas à appliquer le paiement du DRD”, a souligné Dinard Yao à APA, en marge de la rencontre.

Dès lors, les producteurs de cacao en Côte d’Ivoire, qui reprochent à ces industriels de “contourner” le Différentiel de revenu décent (DRD) visant à accroître les gains des paysans, menacent de “boycotter” leur programme de durabilité et de certification. Cette décision a été prise, jeudi, à la mairie de Yamoussoukro, à la suite d’une session d’explication du mécanisme du Différentiel de revenu décent (DRD) par le Conseil café-cacao, organe de régulation de la filière.

“On se réserve le droit de boycotter toutes leurs actions sur le terrain allant jusqu’à interdire certains exportateurs d’exercer. Aujourd’hui, le salut des producteurs de cacao se trouve dans l’application du Différentiel de revenu décent qui permet à ceux-ci de gagner 400 dollars sur chaque tonne de cacao vendue”, a-t-il soutenu Dinard Yao qui a averti ces industriels véreux. “Nous suspendons notre collaboration autour des programmes de durabilité et de certification avec les industriels, les chocolatiers et les négociants qui s’opposeront au paiement du DRD”, a-t-il conclu.

Lire aussi:  Mairie du Plateau : Enfin, Jacques Ehouo installé…"J’ai été candidat Pdci-Rda, j’ai été élu Pdci-Rda, je reste Pdci-Rda"

Selon l’Agence presse africaine (APA), cette mesure intervient, surtout, après une “réticence de certains chocolatiers, industriels et négociants de mettre en oeuvre le Différentiel de revenu décent”, soutenus par la Côte d’Ivoire et le Ghana, deux pays voisins qui cumulent plus de 60% de la production mondiale de cacao.

Ils estiment en outre que les moins payés de la chaîne d’approvisionnement mondial du cacao, sont les producteurs. Et, sur 100 milliards de dollars que génère la filière, seul 6% revient aux producteurs. Pire, un producteur de cacao vit aujourd’hui avec 0,78 dollars par jour.

Quatre faîtières ont pris part à cette décision notamment le FOPCC (Fédération des organisations des producteurs de café-cacao) et l’ANACACI (Association nationale des Coopératives agricoles de Côte d’Ivoire).

L’Association des producteurs et organisations professionnelles agricoles de l’Ouest (APROPAM ) et la Fédération nationale des femmes producteurs de café-cacao (FNFPCC) ont aussi participé à la session.

Toutes ces organisations de la filière cacao en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial avec près de 2 millions de tonnes, demandent “la mise en place dans les prochaines semaines d’un Comité de suivi du DRD pour les producteurs ivoiriens et ghanéens”.

GRO avec APA

Laisser un commentaire