Victoire de Bédié: Koné Krémitcha (PDCI-RDA) crache du ‘’feu’’ sur le RHDP et parle à ses parents du Nord… au nom du respect de la mémoire des ancêtres

Victoire de Bédié: Koné Krémitcha (PDCI-RDA) crache du ‘’feu’’ sur le RHDP et parle à ses parents du Nord… au nom du respect de la mémoire des ancêtres

Contrairement à la propagande du RDR (devenu RHDP), les cadres et les partisans du Pdci et du président Henri Konan Bédié sont encore très nombreux dans la partie nord de la Côte d’Ivoire. «Ne regardez pas au nombre actuel d’élus, c’était des marchandages et arrangements. Le seul parti politique que nous aïeuls nous ont légué en Côte d’Ivoire, et surtout au Nord, c’est le PDCI-RDA. Il y a beaucoup de militants au Nord qui sont un peu passifs, mais du PDCI-RDA. Parce que n’oublions pas que le seul parti que le nordiste a connu pendant très longtemps, c’est le PDCI-RDA, depuis le temps de Péléforo Gbon Coulibaly. Grande sera la surprise des Ivoiriens le 31 octobre», a soutenu fermement Koné Krémitcha, président de la jeunesse et des jeunes cadres du Nord pour le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), en marge de la convention locale du PDCI-RDA à Gagnoa.

Membre du Bureau politique, il était à Gagnoa, le dimanche 26 juillet, aux côtés de la ministre Bobi Assa Emilienne, en qualité de président adjoint de la convention éclatée. Selon lui, les gens se trompent fortement, car le RDR avec Alassane Ouattara a atteint son apogée depuis 2015-2016. « Aujourd’hui, ce parti et son leader ne font plus rêver et le RDR a cessé de faire rêver», a-t-il ajouté, avant d’ironiser sur le fait que les militants qui s’accrochent aujourd’hui au Rhdp, doivent le savoir, le comprendre et l’accepter de bonne foi. Chercher à améliorer leur image, plutôt que de poursuivre la vente d’un hypothétique rêve qui n’existe plus depuis bien longtemps.

Lire aussi:  Convention du PDCI-RDA: Programme des séances de travail avec les responsables des conventions locales, les délégués et les coordonnateurs du Grand Conseil

Pour Koné Krémitcha, cette réalité s’est faite jour lors des dernières consultations locales, où le RDR estimant que pour des raisons tactico-politique, les élus du Nord devaient être les leurs, ont remporté plusieurs postes, avec la «complicité» du Pdci, lui-même, et l’aura de l’appel de Daoukro.

Mais l’exemple de zone où des militants Pdci ont été éliminés au nom du partage au sein du Rhdp, sont légions. Par contre, là où des cadres Pdci ont « résisté » à ces « instructions venus de là-haut», le succès a été au rendez-vous, notamment à Boundiali et Mankono, où Coulibaly Doulaye, et Wassi Kanaté ont remporté les législatives de 2016 en indépendants.

Au travers de ce mouvement des jeunes cadres du Nord, les suffrages du président Henri Konan Bédié, au soir du 31 octobre, permettront une victoire du Pdci au plan national. «Ils ont promis l’eldorado et par rapport à ce qui a été promis, le nord n’a pas eu grand-chose et en réalité, le Nord a beaucoup perdu. Nos parents sont en train de comprendre que dans cette crise, la Nord a plus que perdu. Depuis le départ du PDCI-RDA du pouvoir, le Nord a plus que perdu. La crise a beaucoup plus pesé sur les richesses du Nord. Nous savons compter sur nos parents du Nord, nous savons compter sur les jeunes. Car, les gens du Nord ont une particularité. Quand ils sont dans une affaire, ils sont dedans ou quand ils ne sont pas dedans, ils ne sont pas dedans. On ne peut pas dire qu’on est du Nord et se réclamer d’un autre parti politique que le PDCI-RDA, quand nous pensons à nos grands parents qui nous ont indiqué la voie du PDCI-RDA. C’est une trahison du président Félix Houphouët-Boigny et de nos aïeuls comme Péléforo Gbon Coulibaly de Korhogo, Yéo Sikali de Ferké, Thomas Daquin de Katiola et bien d’autres. Nous ne pouvons pas ne pas reconnaître leurs efforts pour que la Côte d’Ivoire puisse être là où elle était», a fait observer Koné Krémitcha.

Lire aussi:  La guerre Ouattara-Soro fait des vagues: Le directeur des Renseignements généraux demis, il est soupçonné d’être pro-Soro

En 2020, ce sera l’une des premières élections, où véritablement, le Pdci-Rda va affronter le RDR, sans les armes de 2010 et les tensions largement visibles de 2015. «C’est maintenant que nous allons nous peser, comme dirait l’autre, au Nord. A travers tout le pays, je demande à tous les ressortissants du nord de ce pays de se mobiliser pour la victoire du PDCI-RDA. Si on pense qu’on est du Nord, le parti politique qui doit nous intéresser en premier, c’est le PDCI-RDA, au nom du respect de la parole de nos aïeuls. Et surtout pour le respect de leur mémoire», a lancé le fils et cadre de Ferkessédougou qui était candidat du PDCI-RDA contre Guillaume Soro (alors RHDP) et que le PDCI a retiré au nom de son alliance avec le RHDP.

Pour finir, il a rappelé que les Ivoiriens vivent dans la réalité et non plus dans les rêves, il a indiqué que par rapport aux promesses faites aux populations du Nord, par le RDR hier et le RHDP aujourd’hui, n’a pas réussi dans un contexte de calme et d’absence de crise majeur du fait de la maturité de l’opposition, à honorer ses engagements. Le port sec de Ferké au nord continue d’attendre son hypothétique construction, malgré le déguerpissement des populations non recasées, regrette le membre du bureau politique du parti qui a cette année 74 ans.

Propos recueillis par Gilles Richard Omael et Abraham Sahié Touré

Laisser un commentaire