Vaccins anti-COVID-19: L’Afrique du Sud à la rescousse du continent africain?

L’Afrique du Sud a annoncé le lundi 21 juin 2021, la première étape pour doter le continent africain d’une capacité de production de vaccins anti-COVID-19.

« On voit bien qu’on ne peut pas compter sur les vaccins qui sont fabriqués en dehors de l’Afrique parce qu’ils ne viennent jamais. Ils n’arrivent jamais à temps et les gens continuent de mourir.L’Afrique du Sud a franchi une première étape lundi 21 juin pour doter le continent d’une capacité de production de vaccins anti-COVID », a annoncé le président Cyril Ramaphosa, qui participait depuis l’Afrique du Sud, à un point de presse de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève consacré au projet.

Son pays représente plus de 35 % du total des cas de COVID-19 enregistrés en Afrique et souffre actuellement d’une troisième vague d’infections.

Comme d’autres pays en développement, il voit les vaccins aller dans les pays riches ou dans les pays qui, comme l’Inde, les produisent à grande échelle.

Seulement 2 % de la population du continent africain a eu au moins une dose, a affirmé le président Ramaphosa, quand les États-Unis ou l’Europe visent les 70 % de la population totalement immunisée dans les mois qui viennent.

L’annonce de lundi doit palier à terme ce déséquilibre. Il s’agit de mettre en place un “Centre de transfert de technologie” pour les vaccins anti-COVID à ARN messager, qui se sont révélés extrêmement efficaces à l’instar des sérums de Pfizer-BioNTech ou Moderna et qui semblent aussi plus facilement adaptables à des nouveaux variants que d’autres vaccins de technologie différente.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire/CEI: Le souci de Kuibiert Coulibaly avec le lancement de la révision de la liste électorale

Théoriquement, l’Afrique du sud peut relever ce défi.

Car elle a les ressources humaines et naturelles nécessaires pour la fabrication de vaccins contre la pandémie.

Elle est une puissance continentale indépendante, qui ne subit pas de pressions d’une telle ou telle puissance coloniale, ni de ‘’dictée préparée’’ dans ses prises de décisions.

Nathanaël Yao avec AFP

🔥0 Vues | Lectures

Laisser un commentaire