Utilisation du gaz comme du carburant: Des raisons qui interpellent l’Etat

Le secteur du transport terrestre en Côte d’Ivoire est immensément riche mais instable et désordonné.

Si les mauvais états de certains véhicules, les routesimpraticables, les surcharges, les excès de vitesse, sont très souvent cités comme les raisons de nombreux accidents mortels, aujourd’hui le remplacement du carburant par le gaz butane vient s’ajouter à cette sombre liste des causes des accidents de la route.

L’on s’interroge encore sur le bien-fondé de l’utilisation du gaz butane dans les véhicules de transport en commun, surtout les taxis interurbains, ces voitures presque hors d’usage.

Si on n’y prend garde, ce phénomène risque de faire plus de morts dans les jours à venir. 

L’utilisation du gaz butane comme carburant est la nouvelle pratique dans plusieurs villes de la Côte d’Ivoire tels que San Pedro, Bouaké, Yamoussoukro et même dans le district d’Abidjan. Et cela constitue un autre désordre urbain.

Le récent accident d’une voiture à gaz, dans la commune de Yopougon est tout simplement ahurissant. Deux personnes sont en effet, mortes dans l’explosion d’un taxi communal, a-t-on appris auprès des autorités coutumières.

Selon ceux qui s’adonnent à ces pratiques peu orthodoxes qui violent la législation en vigueur, ce sont les préoccupations économiques qui sont au centre de ce jeu qui expose les usagers à des risques sanitaires graves.

Lire aussi:  Innocent Yao, pdt Jpdci rurale, au meeting de la J-EDS : “Le mal de la Côte d’Ivoire, c’est Alassane Ouattara…”

Pour eux, le carburant est trop cher.

« Avec la recharge de gaz, nous arrivons à faire tranquillement nos recettes. Le prix du super sans plomb est de 615f/ litre. Idem pour le gasoil. Avec ça, boucler une recette de 15.000 à 17.000 Fcfa est un parcours de combattant », explique un chauffeur de taxi.

A qui donc la faute ?

Étant entendu que l’utilisation du gaz butane par les véhicules est puni par la loi de juillet 1992 portant répression des fraudes en matière de stockage, de distribution des produits pétroliers, l’Etat doit donc revoir sa copie.

Nathanaël Yao

🔥0 Vues | Lectures

Laisser un commentaire