Urgent/Béoumi (Gbèkè)/Pour primes de risque impayées: Des présumés microbes incendient le siège du RHDP (habitant)

Béoumi (Gbèkè)/Pour primes de risque impayées: Des présumés microbes incendient le siège du RHDP (habitant)

Les mouvements de contestation s’amplifient-De mémoire d’hommes, jamais une veille d’élections présidentielles en Côte d’Ivoire n’a été aussi mouvementée. Les Ivoiriens dans leur majorité continuent, en effet, de contester ce scrutin taillé sur mesure par le régime en place.

Très tôt ce matin, à Bonoua, des manifestants et les forces du l’ordre se sont retrouvés nez à nez. Les tirs de gaz lacrymogène ont permis aux forces de l’ordre d’éviter les débordements. Selon un témoin sur place joint au téléphone, les populations auraient fait passer l’information selon laquelle chacun devrait rester à la maison ce 31 Octobre 2020 pour éviter de participer à la parodie d’élection.

Mais bien avant, ces populations à l’instar de celles de plusieurs villes, sont sorties pour crier leur ras-le-bol.

A Gagnoa, l’on a constaté des échauffourées entre policiers et manifestants. La police a également réussi à disperser les manifestants au quartier Garahio. Ceux-ci convergeaient vers le siège de la CEI locale. La situation est restée longtemps tendue avec des dégâts matériels.

A Beoumi, l’on a assisté à une sortie des microbes qui selon un habitant, réclamaient leurs primes de risque au point de s’attaquer au siège de RHDP.

Le siège de ce parti a été incendié par ces derniers.

A Yamoussoukro, dans la capitale politique de violentes manifestations ont eu lieu toute la journée. La police, à un moment, était débordée par le renfort des villages voisins venus soutenir les manifestants dans la ville. Un calme précaire est observé.

Tout le monde est sur le qui vive. Des barrages ont été dressés dans tous les quartiers pour éviter une attaque surprise des microbes entretenus par le pouvoir. Des véhicules transportant des bulletins de vote ont été incendiés.

Tankessé et Koun Fao étaient également en ébullition.

L’axe Divo-Lakota a été fermé à la circulation. Le pays va mal. Si cette élection n’est pas reportée, le chaos risque de s’installer. La peur est montée d’un cran dans plusieurs foyers.

Nathanaël Yao

Laisser un commentaire