Un ex-rebelle resté fidèle à Guillaume Soro: “J’ai bien peur, chers membres du Conseil Constitutionnel…”

Un ex-rebelle resté fidèle à Guillaume Soro: “J’ai bien peur, chers membres du Conseil Constitutionnel…”
Il n’est plus à présenter. El Hadj Mamadou Traoré, ex-rebelle et fier de l’être, fidèle parmi les fidèles du president de GPS, Guillaume Soro, parle aux membres du Conseil Constitutionnel.

AUX DÉCIDEURS DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL…Apres m’être adressé aux chefs traditionnels, au premier des Ministres,aux magistrats et aux forces de défense et de sécurité afin de conjurer le mauvais sort,je vais m’adresser ce matin aux membres du Conseil Constitutionnel.
Chers honorables, membres de cette haute Institution juridique,je voudrais ce matin vous interpeller sur la grande responsabilité qui sera la vôtre dans les mois qui suivent. Je voudrais vous amener à éviter de jeter une bombe sur la Côte d’Ivoire à travers les arrêts que vous prendrez dans le cadre du processus électoral. Le processus électoral de tous les dangers.
Chers membres du Conseil Constitutionnel, après avoir échoué à convaincre les ivoiriens de l’éligibilité du gourou du Restaurant,celui qui vous a nommé aux postes que vous occupez au sein de l’Institution dont vous êtes membres,les membres du Restaurant ont décidé de s’adosser sur vous. Ils ont décidé de s’adosser sur vous pour valider une candidature anti constitutionnelle qui est celle de leur gourou. Ils ont décidé de s’adosser sur vous pour invalider les candidatures des opposants qui leur donnent des insomnies. Je veux parler de Bédié,de Gbagbo,de Soro et de Mabri, pour ne citer que ceux là.
Ils ont décidé de s’adosser sur vous pour se maintenir au pouvoir à travers une élection présidentielle qui ne sera pas ouverte à tous. Sachez,chers membres du Conseil Constitutionnel,que vos arrêts pourraient soit enflammer le pays soit le préserver d’une hécatombe.
Chers membres du Conseil Constitutionnel,sachez que si demain,vos arrêts enflamment le pays,ce sont vous seuls qui serez accusés d’avoir induit en erreur les décideurs. Dois je vous rappeler qu’après avoir encouragé Guillaume Soro à faire une rébellion pour eux ,ils n’ont pas hésité à se désolidariser de lui lorsque l’opinion s’est mise à condamner cette rébellion? Le Président de votre Institution, qui fut le Secrétaire Général par intérim des Forces Nouvelles ,en sait quelque chose.
Aujourd’hui, ce sont eux qui accusent Guillaume Soro de pillages, d’assassinat et de crime contre l’humanité alors que ce sont eux les plus grands bénéficiaires de ces crimes et pillages. Aucun d’entre eux ne pourra jurer sur la tête de leurs enfants qu’ils n’ont pas bénéficié financièrement et politiquement des fruits de ces crimes et de ces pillages.
Demain, lorsque vos arrêts mettront le feu aux poudres,vous serez les seuls en assumer les conséquences. Ils se desolidariseront de vous comme ils l’ont fait avec Guillaume Soro en ce qui concerne la rébellion.
Aujourd’hui, Tia Koné, le Président qui était en charge de la Cour Constitutionnelle en 2000 est entré négativement dans l’histoire sous le Général Guei. Car à travers ses arrêts,il a mis le feu aux poudres en invalidant des candidatures et en validant la victoire du Général Guei ,en violation du droit. Ce qui a provoqué de nombreux morts.
Il en est de même de Yao Paul Ndré qui est lui aussi entré négativement dans l’histoire sous le Woody de Mama. Son arrêt tendant à invalider la victoire du gourou du Restaurant, après les résultats de la CEI , a provoqué une crise post-electorale occasionnant 3000 morts.
J’ai bien peur, chers membres du Conseil Constitutionnel, que vous ne soyez les victimes de la règle des” jamais deux sans trois.” En d’autres termes,s’il y a eu Tia Koné et Yao Paul Ndré, assisterons nous à un Koné Mamadou ,l’actuel Président de votre Institution? Mes prières de chaque jour vont vers les honorables membres du Conseil Constitutionnel en particulier ceux qui portent l’honorable nom du prophète Mohammed (sws).
Il s’agit du Président Koné Mamadou et de Me Samassi Mamadou,deux personnes qui me coûtent cher dont je n’ai cessé de vanter les qualités morales.
J’espère que l’honorable nom du prophète Mohammed (sws) vous protégera,chers miens, contre la prise de mauvaises décisions qui m’ameneront un jour à ne plus être fier d’être l’un de vos proches.
En 2008, à Divo,lors d’une intervention publique et politique que j’ai eue à faire à l’invitation de Koné Vazoumana , j’avais interpellé le chef du village de Divo sur les mauvaises décisions que prendrait l’un des fils de Divo en la personne de Yao Paul N’dré. J’avais dit au Chef de village de parler à son fils afin que la décision qu’il va prendre,en tant qu’ami de Laurent Gbagbo,n’embrase pas le pays. Hélas,le pays a été embrasé à cause de la décision qu’il a prise.
Je prie Dieu afin que mon aîné Koné Mamadou et mon oncle Samassi Mamadou ne rentrent pas dans l’histoire par la mauvaise porte. Chers membres du Conseil Constitutionnel,la vie des ivoiriens est entre vos mains. La stabilité de la Côte d’Ivoire est entre vos mains. Prenez votre courage à deux mains et dites le droit. Rien que le droit.
Si vous constatez que vous n’avez pas la liberté de dire le droit ,alors prenez le courage de démissionner de vos postes. Si vous constatez que vous subissez des pressions de la part du pouvoir afin de ne pas dire le droit, alors prenez le courage de démissionner. Et vous entrerez dans l’histoire par la grande porte.
Sinon, mes miens, vous serez mal barrés si vous prenez un ou des arrêts qui embrasent le pays. Que Dieu vous garde et qu’Il vous donne le discernement. Mes prières de tous les jours vont vers Dieu et vous.
El Hadj Mamadou Traoré, GPS.

Lire aussi:  Ex-Secrétaire général du PDCI-RDA: Guikahué et les anciens combattants saluent la mémoire de Philippe Yacé

Laisser un commentaire