Transformation du SEMPA en entreprise: Ce que les dockers demandent à l’Etat

Selon des sources proches du personnel de manutention au port de San Pedro le mercredi 31 mars 2021, l’une des étapes majeures dans la mise en œuvre du décret portant nouvelles reformes des dockers signée en 2019, c’est la mutation du Syndicat des entreprises de manutention des ports autonomes d’Abidjan et de San Pedro (SEMPA) en une société légalement constituée.


Mais le souci actuellement, c’est que le SEMPA ne s’est pas encore décidé ; toute chose qui est en grande partie, à l’origine des insuffisances relevées dans le processus de mise en œuvre du décret.
« Les dockers ne peuvent pas aujourd’hui signer de convention parce que le second signataire qu’est leur gestionnaire nominal, le SEMPA, n’a pas le statut d’entreprise tel qu’exige le décret », a affirmé un responsable de dockers.
A cela s’ajoute, les problèmes de signature de contrat à durée déterminée (CDD) ou indéterminée (CDI) qui constituent des difficultés de mise en œuvre du glissement catégoriel évoqué dans la note de service du ministre des Transports dans le cadre de l’application du décret à partir de janvier 2021.
Pour nos sources proches des dockers, depuis janvier 2021, le glissement catégoriel n’a pas encore pris en compte les dockers, commis, les chauffeurs d’engins légers, à cause d’une erreur informatique évoquée par le SEMPA.
Donc, pour prévenir d’éventuelles grèves que cette situation pourraient suscitées, les responsables syndicaux ont dû agir conformément aux nouvelles reformes.

Lire aussi:  Accident d’un car, hier vendredi 19 avril, 22h43, sur l’autoroute du nord, pk95: 44 victimes dont 6 décès confirmés (Gspm)
Le ministre des Transports


« Nous avons demandé à nos camarades victimes de cette injustice sociale de se calmer puisqu’on n’est pas en discussion directe avec le SEMPA pour l’instant. Nous avons transmis l’affaire au ministère de tutelle et cela a fait éviter une grève contre le SEMPA », ont-ils évoqué.
Les dockers ont pour leur part déclaré ceci: « Si le SEMPA veut nous gérer, il faut qu’il s’engage à prendre ses responsabilités telles que le décret le stipule. Et dès qu’il devient une société, nous allons entreprendre de signer une nouvelle convention, corriger les erreurs pour qu’il y ait de la visibilité dans les reformes dockers. »
Pour une question de célérité dans le processus, ils ont souhaité que le SEMPA fasse l’effort pour changer son statut le plus tôt possible ou alors que l’Etat l’oblige à devenir une entreprise.
Ils espèrent que ce sera une réalité pour une évolution de leurs conditions de travail et de vie.


Nathanaël Yao

Laisser un commentaire