Traité de déstabilisateur de son pays: Macky Sall recadre Alpha Condé

Récemment, Alpha Condé, le président guinéen a accusé Macky Sall du Sénégal d’utiliser son pays comme base arrière pour la déstabilisation de la Guinée ; d’où la fermeture de ses frontières avec le Sénégal et celles avec la Guinée-Bissau depuis un certain temps.

Le président sénégalais avait fait la sourde d’oreille face aux propos graves de son homologue.

Il attendait sans doute le moment approprié pour porter la réplique.

En effet, selon Jeune Afrique, dans son message précédent la célébration des 61 ans de l’indépendance de son pays, Macky Sall a lancé des piques à Alpha Condé en ces termes :

« La première tâche régalienne de l’Etat est celle d’assurer la sécurité, la sûreté et la quiétude de tous ceux qui vivent à l’intérieur de ses frontières, nationaux comme étrangers. Si les frontières restent toujours pertinentes au sens terrestre, maritime et aérien, les menaces sont constamment changeantes. Elles sont devenues plus diffuses, plus complexes, plus difficiles à prévenir et à combattre. »

Avant d’ajouter : « En somme, c’est le monde qui est devenu plus dangereux face aux périls de toutes sortes : le terrorisme, la cybercriminalité, les crimes transfrontaliers, les défis environnementaux et sanitaires. C’est pourquoi nous devons en permanence ajuster nos outils de veille, de prévention et de prise en charge des menaces. »

Macky Sall pense qu’au lieu d’accuser les autres, Alpha Condé devrait redoubler d’efforts et de vigilance en matière de protection des populations.

Lire aussi:  Presse-Week-end des Ebony de l’Unjci à Yamoussoukro: Le président Jean-Claude Coulibaly dévoile les innovations

Il est important de préciser que la mission de la commission de la CEDEAO conduite par Jean Claude Kassi Brou a fait des recommandations en faveur de la réouverture des frontières entre la Guinée et ses voisins : le Sénégal et la Guinée-Bissau.

Alpha Condé qui n’a confiance en personne depuis son passage en force pour un troisième mandat à la tête de la Guinée, va-t-il céder à ces recommandations ?

Attendons de voir.

Nathanael Yao

Laisser un commentaire