Situation en Côte d’Ivoire : De la ruse de Ouattara à l’impasse politique? Colère des Ivoiriens contre la France

Situation en Côte d’Ivoire : De la ruse de Ouattara à l’impasse politique? Colère des Ivoiriens contre la France

Suite à la crise postélectorale qui secoue la Côte d’Ivoire opposée à un troisième mandat d’Alassane Ouattara, un dialogue national devant mettre fin de façon définitive aux manifestations violentes, a été suscité par le président sortant.

Bien avant ce dialogue, Henri Konan Bédié, le chef de file de l’opposition a récemment pris contact avec M. Ouattara à l’hôtel du Golfe. Les deux hommes ont promis de se reparler incessamment pour la paix en Côte d’Ivoire.

Après cette rencontre jugée salutaire, le président du PDCI-RDA a échangé avec les autres partis de l’opposition. Il ressort de leurs discussions que pour la paix en Côte d’Ivoire, le président sortant respecte la constitution qui lui interdit un troisième mandat ; c’est-à-dire annule cette élection source de conflit sanglant, libère tous les prisonniers politiques et favorise le retour de tous les exilés, réforme la CEI et permette un audit de la liste électorale truffée de graves irrégularités… Apparemment, l’opposition ne lâche aucune revendication.

Du côté du pouvoir, après la violation de l’immunité et de l’emprisonnement de personnalités telles que Maurice Kakou Guikahué, député, ancien ministre, Secrétaire Exécutif  en chef du PDCI et Pascal Affi N’guessan, également député, ancien Premier ministre et président du FPI, les arrestations se poursuivent au sein des populations proches des partis politiques de l’opposition. Cela confirme les propos de ceux qui voient Alassane Ouattara comme un homme qui n’a pas de parole. Ils avancent que «Alassane Dramane Ouattara veut ruser avec l’opposition jusqu’à prêter serment le 14 décembre prochain pour asseoir sa dictature de façon définitive en Côte d’Ivoire avec le soutien de la France.» Il applique la théorie de la ‘’carotte ou du bâton’’ signifiant ‘’récompense ou punition’’.

Lire aussi:  Kakou Guikahué (Pdci), depuis Daloa: «La fraude sur la nationalité est le seul espoir du Rhdp...Sans le Pdci, le Rdr ne peut pas gagner les élections»

Pour M. Ouattara, les opposants sont comme des ‘’ânes’’ qui ont du mal à avancer sans motivation. Si vous leur montrez une carotte, signe de récompense, ou si vous leur donnez un coup de bâton, dans les deux cas ils avancent. Finalement, il a choisi le bâton puisqu’il continue de réprimer, intimider, emprisonner les opposants pour les voir renoncer au combat du respect de la loi fondamentale, la Constitution.

La rencontre avec le président Bédié n’est certainement pas du tout sincère. Il veut endormir l’opposition et mieux frapper et cela, plusieurs personnes l’ont su à l’instar des Ivoiriens de la diaspora qui ont manifesté contre le troisième mandat ce week-end en France.

Pour elles, un dialogue régime-opposition doit être précédé de la libération de tous les prisonniers politiques et du retour en Côte d’Ivoire de tous les exilés politiques.

L’opposition reste campée sur sa position de voir Alassane Ouattara quitter le pouvoir. Le régime pour sa part, ne compte pas lâcher la prise.

D’ailleurs, pour Alassane Ouattara et le RHDP, qui est dupe pour abandonner un troisième mandat acquis d’avance comme si on était toujours au parti unique?

Les prochains jours s’annoncent donc difficile pour la Côte d’Ivoire si chacun maintient sa position, surtout si le régime continue les répressions et les emprisonnements. Le pays s’achemine vers une impasse et personne ne sait à quel moment il en sortira.

Lire aussi:  Contribution-Réponse à Adjoumani et aux cadres du Pdci pro-parti unifié : «Je suis consterné de voir cette bouffonnerie des cadres qu’on respectait…» (Nestor KOFFI, membre du Bp)

Cette situation est occasionnée par l’échec de la diplomatie préventive menée par la communauté internationale acquise à la cause du régime et surtout le silence coupable de cette même communauté internationale qui malgré les preuves d’une élection irrégulière (vote d’avance, bourrage des urnes, taux de participation de moins de 10%, liste électorale truquée…), est restée jusque-là muette. Mieux, Emmanuel Macron a félicité secrètement Alassane Ouattara pour sa ‘’brillante élection’’. Ce qui entraîne depuis ce dimanche une colère des Ivoiriens contre la France.

Nathanaël Yao

Laisser un commentaire