RHDP résumé en RDR: Or donc Alassane Ouattara a des regrets…

Sur la base de l’éditorial très enlevé du confrère Le Patriote, il serait loisible de le paraphraser, tant ce qu’il a dit ne colle mieux à personne d’autre, qu’à son propre mentor, l’inamovible président du RDR, l’intraitable président du RHDP, Alassane Ouattara. En politique, comme dans l’art de vie partout dans le monde, il y a des traits de caractères et des choix qu’il faut savoir opérer pour éviter de se retrouver le bec dans l’eau, au moment où l’on se croirait le plus puissant, l’omniscient et l’omnipotent. C’est le cas en ce moment du mentor du RDR, pardon du RHDP qui aura fait le plus grand effort pour mettre en friche le crédit que beaucoup lui accordaient quant à la capacité de raccommoder le tissu social déchiré par les crises politico-militaires depuis 1999

Voilà quelqu’un à qui l’on donnerait le bon Dieu sans confession quand il brandissait les solutions aux problèmes des Ivoiriens, quand il parlait avec verve de la cohésion sociale, de justice équitable, du partage équitable des richesses du pays, de la lutte contre la corruption, de la réconciliation, de l’engagement politique à rassembler les Ivoiriens dans un esprit démocratique et dans un climat de sécurité et de paix. Voilà un homme à qui des Ivoiriens, à commencer par le Président Bédié, fatigués des crises politiques, ont permis d’être élu dans les conditions que tout le monde sait, un homme à qui les Ivoiriens qui aspirent à la Paix et à la démocratie avaient déroulé le tapis rouge. Et voilà que contre toute attente, l’homme présenté comme le prototype achevé de l’Américain pétri de démocratie et de respect de la loi, change de façon de faire, de voir la démocratie et de mener les hommes. Dans ce changement à 180%, les bienfaiteurs seront traités en ennemis, les soutiens seront remerciés en monnaie de singe et tous ceux qui n’entonnent pas une aubade à la gloire de sa seule vision sont mis à l’index.

Lire aussi:  Démocratie en Côte d’Ivoire: La guerre des frères n’aura pas lieu ? Une guérilla quotidienne…

Au diable, l’alternance qui avait pourtant été le leitmotiv de cette mise en semble et au nom duquel Henri Konan Bédié pesa de tout son poids pour que Ouattara soit l’unique candidat du RHDP plateforme en 2015, après un premier mandat que la conjugaison des forces des partis (PDCI-RDA, RDR, UDPCI, MFA) lui aura permis d’obtenir face à Laurent Gbagbo. Son RHDP parti unifié, il le veut envers et contre tous les autres qui doivent se fondre dans cette idée au risque d’être des parias au niveau de l’Etat. Son RHDP, il le créa aux forceps, non sans tentative de faire disparaitre les autres partis à commencer par le PDCI-RDA d’Henri Konan Bédié. Ouattara était si soucieux de la cohésion de ceux qui se réclament d’Houphouët-Boigny et, partant de tous les Ivoiriens, que dans son RHDP, il ne reste que son parti le RDR. Il est si ouvert aux autres que de 2015 à 2020, le MFA d’Anaky Kobenan s’est retiré, le PIT de Wodié est parti, Henri Konan Bédié et le PDCI-RDA ont pris leurs distances, Mabri et l’UDPCI se sont retirés. Comme si cela ne suffisait pas, seulement quelques mois après la formation de son parti RHDP en janvier 2019, Guillaume Soro s’est retiré de lui, Daniel Kablan Duncan, son vice-président a pris ses distances, Marcel Amon Tanoh, son ministre des Affaires étrangères a pris le large.

Lire aussi:  3e mandat de Ouattara: Pour la première fois, Jean-Yves ESSO ESSIS se met en colère et s'adresse au chef de l'Etat... la longue liste des engagements non tenus

Le pire des calculs qu’il a faits, c’est de vouloir faire disparaitre le PDCI-RDA, le plus grand héritage d’Houphouët-Boigny, au profit de sa trouvaille qui n’est rien d’autre que le RDR maquillé. Il avait cru sans doute qu’avec l’appât d’argent et des postes, il pouvait détourner Henri Konan Bédié de son combat pour la démocratie, la réconciliation vraie, la liberté de militer dans le parti de son choix. Mais là aussi, il échoua lamentablement. Choyé ? Bédié l’était mais pas plus que Ouattara à qui il aura donné deux mandats. Choyé ? Non, Bédié ne l’a pas été, lui qui pour avoir dit non au 3ème mandat, interdit par la Constitution, a subi un blocus autour de sa résidence pendant huit (8) jours, alors que ses lieutenants et collaborateurs sont envoyés en prison et des manifestants sont attaqués et massacrés par des hommes en armes, à qui rien n’est dit. Choyé ? Non, Bédié ne l’a pas du tout été, lui à qui le moindre militant du RHDP version Ouattara dit des insanités à longueur de journées pour avoir émis un avis défavorable au plan de destruction du PDCI-RDA que Houphouët-Boigny lui a laissé.

Avec l’argent et les postes administratifs, Ouattara a fait ses emplettes au PDCI-RDA, dans l’espoir de le vider de sa substance. Mais le faisant, il aura pris les adeptes de postes pour laisser la place aux militants plus convaincus et plus déterminés à hisser le PDCI-RDA. Soudés autour de leur président, les militants du PDCI-RDA ont dernièrement donné la pleine mesure de leurs capacités de faire douter le RHDP. Et c’est ce qui fait le plus mal à ceux qui pensaient naïvement qu’avec quelques cadres allés à la soupe, ils avaient pris le PDCI-RDA. La réalité leur aura fait avaler l’orgueil qui les poussait à dire à tout vent qu’ils avaient la plus grande partie du PDCI-RDA et que Bédié était resté avec le PDCI Daoukro.

Lire aussi:  Sylvain Takoué, Président du R.F.I à propos du Rhdp: «Il n’y a pas un bon esprit dans le camp du parti unifié, la plateforme de Bédié est mieux». Les raisons

Mais alors, si ce qui est resté aux mains de Bédié est insignifiant et ne peut en aucun cas troubler le sommeil de Ouattara, d’où vient-il que le Président du RHDP dise, le 29 avril dernier, avec un chagrin visible : « Dans ma vision de la Côte d’Ivoire, le PDCI doit être au RHDP. Je considère que c’est une approche que nous devons avoir ».

Une phrase qui prend le contrepied de toutes les suffisances affichées contre le PDCI-RDA. Une phrase qui traduit le regret de Ouattara d’avoir perdu le PDCI-RDA, par sa propre faute et par le zèle de ceux qui croient lui faire plaisir en s’attaquant gratuitement au président Henri Konan Bédié. Pour avoir réussi l’exploit d’éloigner de lui tous ceux qui lui ont permis d’être ce qu’il est à la tête du pays, le président du RHDP est véritablement le soldat qui a besoin d’être sauvé. Il faut sauver le Soldat Ouattara.

EDITORIAL de Le Nouveau Réveil (Par O. CHERIF): Il faut sauver le soldat Ouattara.

🔥8 Vues | Lectures

Laisser un commentaire