Réconciliation nationale: Koné Adama, cadre RHDP, juge le voyage de Gbagbo chez Bédié à Daoukro

Interrogé sur les chances que la rencontre Gbagbo-Bédié à Daoukro, pourrait donner lieu à une réconciliation en Côte d’Ivoire, le délégué départemental du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), Oumé 1, docteur Koné Adama, a été clair. « C’est une très bonne chose que les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se rencontrent », vu qu’il s’agit, selon lui, de « deux poids lourds » de la politique ivoirienne.

Pour l’heure, l’expert en communication demeure convaincu que des échanges entre le président Laurent Gbagbo et son aîné Henri Konan Bédié, sortiront une orientation positive pour la Côte d’Ivoire. « C’est une bonne chose que tous se parlent », a insisté docteur Koné, venu visiter en compagnie de la presse, le chantier de la voie Oumé-Gagnoa long de 58 km.

De son expérience, l’homme politique d’Oumé pense que c’est de cette façon que la « barrière de méfiance » va être brisée et que la collaboration sera plus aisée. Mais déjà, il dit avoir été heureux de revoir le citoyen ivoirien, président Laurent Gbagbo chez lui à Mama, libre de ses mouvements, dès lors qu’il n’est plus dans les liens de la justice.

« Il est très libre de rentrer chez lui », a appuyé le cadre du Rhdp. Son espoir est de voir le président Laurent Gbagbo, comme il l’a promis, participer à l’action de la réconciliation nationale dans le pays. « Nous attendons de voir les actes forts qu’il va poser et qui iront dans le sens de la réconciliation nationale », a-t-il relevé.

Lire aussi:  Bénin/"Détournement de 4 milliards": Carlos Adohouannon arrêté à Dakar

Dès lors que le président Gbagbo est rentré, l’on peut s’attendre au retour d’autres fils du pays parce qu’il était l’élément le plus fort. Après lui, la voie doit être ouverte pour que d’autres suivent, notamment l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, des fils de la région, dont l’ancien leader des Jeunes patriotes de la période (2002-2010), Charles Blé Goudé, mais aussi, d’illustres anonymes, qui devraient tous participer et pouvoir prendre part au développement de la Côte d’Ivoire et  cela en toute liberté.

Confessant que le retour au pays de certains d’entre eux qui ont des problèmes avec la justice, dépend d’un certains nombres de paramètres qu’il dit ne pas maîtriser, docteur Koné Adama, qui était candidat aux législatives à Oumé, estime que si les conditions sont réunies, son souhait est de les voir tous venir donner un coup d’accélérateur au développement et surtout à la réconciliation. Les esprits apaisés, ils peuvent travailler ensemble pour aller au développement national, pense-t-il.

Paul-Henry Kouman

Correspondant régional.

🔥0 Vues | Lectures

Laisser un commentaire