Réconciliation et paix: Ce qu’Affi N’guessan propose à Ouattara, Bédié et Gbagbo

Laurent Gbagbo étant rentré en Côte d’Ivoire depuis le 17 Juin 2021 après près de dix ans à la Haye, Pascal Affi N’guessan, Président du Front populaire ivoirien (FPI), invite selon le confrère fratmat.info, le Président de la République Alassane Ouattara et les deux anciens Président que sont Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo à jouer leur partition dans la réconciliation nationale qui s’impose aux Ivoiriens de la rébellion de 2002 à la crise de 2020 en passant par la crise post-électorale de 2010.

« Au moment où nous entrons dans la phase finale de cette campagne pour la réconciliation et la paix, je voudrais inviter le Chef de l’État, Alassane Ouattara, le Président Henri Konan Bédié et le Président Laurent Gbagbo, qui sont les trois présidents ou anciens présidents encore en vie ; et impliqués dans ces trente années de crise que le pays a connu, à donner une chance à la Côte d’Ivoire de construire la paix et passer à la réconciliation »,a-t-il déclaré en tant que conférencier principal des « 100 jours de prières islamo-chrétiennes pour la réconciliation nationale. » C’était le 02 juillet 2021 à la Mosquée Salam du Plateau.

L’orateur a précisé que « la paix en Côte d’Ivoire dépend d’eux » et qu’ « avant que les citoyens ne puissent s’engager, il faut qu’ils s’engagent au nom de l’intérêt national de la Côte d’Ivoire ».

Selon lui, si à chaque élection, il y a ces crises, c’est parce que le pays n’est pas réconcilié. Pour lui « leur première responsabilité est de se mettre autour d’une même table pour engager toute la nation en faveur de la paix ».

Selon toujours le confrère, Affi N’guessan souhaite que les trois hautes autorités ne restent pas dans les ressentiments mais qu’ils surmontent leurs meurtrissures, leurs frustrations, les injustices des uns et des autres à leur endroit pour «inscrire leurs noms dans l’histoire de la Côte d’Ivoire comme ceux qui, en dépit de toutes les turbulences, ont posé les actes majeurs qui ont permis à la Côte d’Ivoire d’être une grande nation ».

Par ailleurs, le conférencier a salué la Fondation internationale pour la paix, la presse et le développement durable en Afrique (FIPPDA) pour cette initiative à laquelle il souscrit pleinement.

Lire aussi:  Convention 2020/PDCI-RDA/Covid-19: Bédié nomme 400 membres du Bureau politique…(Liste)

Quant à Son Éminence Imam Cissé Djiguiba, recteur de la Grande mosquée Salam du Plateau, il n’y a pas de richesse sans la paix. C’est pour cette raison que de pays en pays, les organisations internationales et de nombreux Chefs d’États se retrouvent au cours de sommets et autres assises pour chercher des voies et moyens pour qu’une paix durable soit trouvée dans le monde. En tant que religieux, il soutient que ses collègues et lui ont un rôle très important à jouer dans ce sens.

« Le rôle des religieux dans la construction de la paix n’est pas un épiphénomène. Leur voix est fondamentale et exigible dans la recherche la paix»,a précisé l’Imam.

 Qui se dit heureux qu’en Côte d’Ivoire, il n’y ait pas de guerre de religion parce que les religieux vivent en bonne intelligence au point où de nombreuses familles sont constituées de pratiquants de diverses religions dont les animistes.

La caravane des « 100 jours de prières islamo-chrétiennes pour la réconciliation nationale » qui connaitra son apothéose, le 24 juillet 2021 à la Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro sera l’occasion pour la FIPPDA de remettre le prix du meilleur homme de paix pour l’année 2020 à Pascal Affi N’Guessan. Il sera, à l’occasion, élevé au rang d’Ambassadeur pour la paix.

Lire aussi:  Recomposition de la Cei, réconciliation nationale, cohésion sociale: Aboudrahamane Sangaré fait des propositions à Ouattara

L’actuel Président et les deux ex-Présidents vont-ils libérer les Ivoiriens  dont beaucoup sont en prison et d’autres en exil ?

Nous attendons de voir.

Nathanaël Yao

🔥0 Vues | Lectures

Laisser un commentaire