Presse-Crise à l’OJPCI: “Victorien Angoa et autres poursuivis en justice pour faux et usage de faux et non moi” (Olivier Yro)

DROIT DE REPONSE

Il nous a été donné de lire avec grand étonnement, à travers les réseaux sociaux, (Africa News quick) certaines informations traitant d’une crise à l’Organisation des journalistes professionnels de côte d’ivoire (OJPCI). 

Tant elles sont erronées et loin de la réalité, au point de laisser entrevoir la paresse ou l’incapacité de l’auteur à recouper une information comme recommandé par le code de déontologie des journalistes.

L’auteur de l’article en référence parle de ‘’GESTION OPAQUE’’avec des insinuations indigestes comme s’il avait l’expertise d’auditer ou du moins, a audité l’OJPCI. Mais pour l’information juste, il importe de rappeler que le FSDP qui en a réellement l’expertise a, au terme d’un audit, puissamment félicité la direction légale de l’OJPCI, avec arguments documentés pour sa bonne gouvernance financière.

Alors que L’article 2 du code de déontologie, que ci- après relaté, fait expressément obligation à tout journaliste de :’’ Ne publier que les informations dont l’origine, la véracité et l’exactitude sont établies’’ il est fâcheux de voir encore des confrères s’offrir des libertés pour déconstruire le peu de valeur qui reste à la presse, en raison de leurs agissements détestables.

Il est également fait mention, toujours dans le même article que M. Olivier yro qui serait poursuivi devant les tribunaux. Faux. C’est bien plutôt Olivier Yro qui a l’initiative des poursuites. Il poursuit en ce moment-même Victorien Angoa et autres en justice pour faux et usage de faux.

Lire aussi:  Opinion: La gifle de Kaboré à Ouattara, si le ridicule tuait… Oh honte! (Par Séraphin Kouamé Yao)

Ces derniers sont convoqués par la brigade de gendarmerie de Cocody pour y être entendus sur l’utilisation frauduleuse des identifiants de l’OJPCI aux fins d’acter un congrès clandestin et s’en proclamer abusivement président.

Il y a aussi à renseigner que M. Olivier Yro a été élu Président de l’OJPCI, par le quatrième (4) congrès ordinaire du 14 août 2020 dernier, qui par ailleurs, lui a donné le quitus.

Voilà qui tranche d’avec le dénigrement gratuit et inutile porté par de petites gens incapables d’honorer leur parole et leurs engagements. De petites gens incapables de payer pour leurs cotisations, incapables de respecter les textes (statut et règlement intérieur s’entend) et qui revendiquent la qualité de membres fondateurs. Enfin de petites gens en conflit avec nos textes.

Olivier Yro

Président de l’OJPCI

Article incriminé

Laisser un commentaire