Présidentielles 2020/Face aux Ong, Aimée Zébéyoux (SEDH) craint que ces élections “soient une fois de plus l’occasion de violences et de violations des Droits de l’Homme”

Présidentielles 2020/Face aux Ong, Aimée Zébéyoux (SEDH) craint que ces élections “soient une fois de plus l’occasion de violences et de violations des Droits de l’Homme”

“Droits de l’homme et élections” est le thème autour duquel le Secrétariat d’Etat chargé des Droits de l’homme, la Secrétaire d’Etat chargée des Droits de l’Homme (SEDH), Mme Aimée Zébéyoux, s’est entretenue avec les organisations de la société civile, ce mercredi 05 août dans ses locaux à Cocody. “Les élections, en tant que mode de désignation par voie de suffrages d’un candidat à un poste ou à une fonction, sont un élément central de la démocratie. Dans l’idéal, elles permettent une transmission pacifique du pouvoir. Malheureusement, il est à déplorer qu’elles sont assez souvent marquées par des actes de violences et de violations des Droits de l’Homme aux conséquences extrêmement graves. Les dernières élections régionales et municipales ont été émaillés de quelques incidents. Ces événements malheureux peuvent laisser craindre que les élections présidentielles, revêtant un intérêt national, soient une fois de plus l’occasion de violences et de violations des Droits de l’Homme”, s’est exprimé Madame la ministre. Poursuivant, elle a souligné que c’est pour se ” défaire de ce passé électoral qui a sapé la confiance des Ivoiriens dans le système électoral, qu’il apparaît plus que primordial d’anticiper par tous les moyens sur les conflits susceptibles d’entacher ces élections afin de préserver les avancées enregistrées sur le front du développement et de la cohésion sociale”.


A l’en croire, c’est le moment de poser ensemble avec les organisations de la société civile ivoirienne “les problèmes en amont et que nous réfléchissons déjà aux solutions idoines à mettre en oeuvre” pour les élections présidentielles apaisées. “Nous allons accompagner de façon efficace le Secrétariat”, a confié Mme Namizata Sangare, présidente du Conseil national des droits de l’homme (Cndh) de Côte d’Ivoire. Mme la ministre Aimée Zebeyoux a aussi demandé à la société civile d’oeuvrer à une éducation civique des populations ivoiriennes qui s’adonnent aux manquements graves des institutions et des personnalités sur les réseaux sociaux.
Rappelons que les Ivoiriens seront invités au scrutin présidentiel le 31 octobre prochain.
Nicaelle Lyrane

Lire aussi:  Le livre de la semaine N°8 : ‘’Jusqu'au bout de l'Enfer’’… l’Homme dans toutes ses dualités

Laisser un commentaire