Présidentielle en Côte d’Ivoire : Les vérités d’Amon-Tanoh à Alassane Ouattara…

A l’émission ‘’Face à la Côte d’Ivoire’’ de Life Tv, Marcel Amon-Tanoh, l’ex ministre des Affaires étrangères, qui a démissionné de ses fonctions et du Rhdp, s’est prononcé sur la candidature de Ouattara à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Dans ce cadre, il va plus loin en percevant en cette candidature, une atteinte grave à l’éthique. Morceaux choisis.

AMON-TANOH/ ALASSANE OUATTARA : UN DIFFEREND IMPORTANT

Mon différend avec le président est un différend important. Si vous êtes en mariage avec une femme depuis 26 ans, vous ne divorcez pas comme ça ! C’est qu’il y a un différend qui est important.

Je vais vous donner un exemple. Entrons dans le vif de l’actualité d’aujourd’hui, le problème du troisième mandat. Moi, le président m’a toujours dit, ‘’Marcel, moi, jamais je ne serai candidat. Jamais je ne me présenterais à l’élection présidentielle’’. Il me l’a dit à maintes occasions et il le sait. Il m’a dit, jamais, Marcel je ne le ferais pas. Il m’a dit il y a des gens qui me poussent, des amis qui me poussent ; mais Marcel, je ne le ferai pas.

Les gens ne savent pas ce que c’est qu’être président. A mon âge, j’ai beaucoup travaillé, je suis fatigué. J’ai beaucoup travaillé.»

C’est vrai qu’il a beaucoup travaillé. Il nous a fatigués nous-mêmes. Parce que vous prenez la campagne électorale du Rhdp. J’ai fait exprès, j’ai emmené avec moi un document. C’est marqué quoi dessus ? ‘’Oui je vote’’. C’était un slogan du Rhdp. Qu’est-ce qui est écrit sur ce slogan du Rhdp ? J’ai fait campagne avec un certain nombre de slogans du Rhdp. C’est écrit dessus ‘’le président Ouattara peut-il être candidat à l’élection présidentielle de 2020 ?’’ Et le slogan répond, ’’La nouvelle Constitution n’entrainera pas de rupture avec l’ancienne Constitution qui limite le nombre de mandats présidentiels à deux.

QUAND ON A DONNE SA PAROLE, IL FAUT LA TENIR

Moi, je sais qu’on m’a convaincu d’aller faire campagne sur des thèmes. Et aujourd’hui, quand je retourne à ma base, ils me disent mais, monsieur le ministre, vous êtes venu nous dire des choses ici, mais aujourd’hui, on entend autre chose.

Donc moi, je suis désolé. Et puis vous savez, à l’époque, la position du Rhdp lui-même. C’était que le président ne pouvait pas faire plus de deux mandats. Je ne vais pas vous citer le ministre Sansan Kambilé et le ministre Bacongo etc. Parce que je ne veux pas entrer dans cette polémique, mais laissez même ce côté légal.

Il y a le côté moral. Le Congrès. Vous savez ce que c’est que le Congrès ? C’est l’Assemblée nationale plus le Sénat. C’est le Parlement réuni en Congrès, une seule chambre. C’est ce Congrès qui a validé la dernière modification constitutionnelle de 2020.

Donc c’est quand même une instance élevée. Et c’est devant cette instance que le président nous dit, ‘’je ne serai pas candidat’’. D’accord ! C’était le 5 mars 2020. Et le 06 août 2020, le lendemain du jour où je l’ai rencontré d’ailleurs, il ne me l’a pas dit. Il ne m’a pas dit ‘’Marcel, je serai candidat’’. Il dit maintenant, ‘’je suis candidat’’. C’est un problème ! Quand on a donné sa parole, il faut la tenir.

GRO avec LiveTv

Laisser un commentaire