PDCI/Guikahué, SE, révèle: «Le Comité politique ne vient pas tuer le Secrétariat exécutif»

Secrétaire exécutif en chef du Pdci, Maurice Kakou Guikahué, était ce mardi 25 mai 2021, l’invité de Soro Adams sur la Radio de la  paix. 

Professeur, il y a un sujet qui alimente depuis quelques temps les débats, ça et là. C’est la création du Comité politique au sein du Pdci-Rda. Ou commencent les prérogatives de ce comité politique et ou s’arrêtent-elles, ou commencent les prérogatives du secrétariat exécutif et ou s’arrêtent-elles ?

Avant que le président du parti ne prenne la parole le 10 mai dernier, on pouvait se poser la question, mais ça été clarifié. Le président a dit que les comités crées sont des comités d’analyse et de conceptualisation des grandes stratégies  de développement du parti. Comment mettre en place en quelque sorte un cahier de charges de réflexion qu’on soumet à son analyse. Une fois qu’il en aura validé le contenu, on le soumet au secrétariat exécutif pour exécution. Donc, il n’y a même pas de chevauchements. Sur le plan statutaire, le rôle du secrétariat exécutif, c’est d’exécuter les décisions du président du parti. Donc, le comité politique par exemple aide le président à formaliser ses décisions et les sujets à débattre. Donc, c’est un forum de réflexions, de discussions pour alimenter le président et pour l’exécution de taches par le secrétariat exécutif. Donc, il n’y a pas de : ou ça commence et où ça se termine. Le président, peut-être avait avant des contacts ou des réflexions avec des personnes, maintenant, il harmonise ça autour d’un comité qui va réfléchir, à qui il va soumettre des préoccupations et qui va réfléchir et puis le secrétariat exécutif fait son travail d’exécution. Il n’y a pas de chevauchements du tout, ce n’est pas la même chose.

Lire aussi:  Gestion du Covid-19 et paiement de la dette intérieure: Les graves accusations-révélations d’un Révérend qui demande le limogeage d’Amadou Gon Coulibaly

Donc le comité politique ne vient pas pour tuer le secrétariat exécutif ?

Non, bien au contraire, le comité politique vient élargir les champs d’action. C’est-à-dire aider le président à penser à d’autres stratégies, à des sujets importants pour permettre au secrétariat exécutif de travailler. Donc, le comité politique ne vient pas tuer le secrétariat exécutif surtout que le secrétariat exécutif est statutaire.

Donc le professeur Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du Pdci est bien calé dans son fauteuil ?

Non, calé dans son fauteuil c’est trop dire. Il est bien en place et continue le travail qu’il a commencé à faire depuis le 12 ème congrès.

Professeur Maurice Kakou Guikahué, il y a eu récemment la main tendue du président Alassane Ouattara pour un retour du Pdci-Rda au sein de la famille du Rhdp. Quelle est la réaction de votre parti le Pdci-Rda ?

Pour l’instant, le Pdci n’a pas eu de réaction particulière.

Ça voudrait dire quoi ?

Je ne peux pas m’avancer, on n’en a pas encore débattu. Or, je ne  peux pas donner de point de vue personnel. Le Pdci n’a pas encore débattu de ce sujet.

Mais le débat est-il programmé pour se tenir ?

Ça c’est une question hautement stratégique qui dépend du président du parti. C’est une idée émise, il appartient au président de nous alerter ou de donner sa position.

Lire aussi:  Décès du PM ivoirien: Le PDCI, Bédié et son épouse pleurent avec la famille d’Hamed Bakayoko

Professeur Guikahué, quel est le regard que vous posez aujourd’hui sur la marche de votre pays relativement à la réconciliation nationale ?

C’est bien engagée parce qu’après la période de crise toute récente, il y a eu une rencontre entre du président Bédié avec le chef de l’Etat et ensuite, il y a eu le dialogue politique. Les élections législatives se sont déroulées, c’est déjà un grand pas. Le retour du président Laurent Gbagbo c’est un grand pas et des prisonniers ont commencé à être libérés. Il en reste encore 63 pour le Pdci, 60 jeunes et 3 dirigeants. Le directeur de cabinet N’dri Narcisse, le permanent de Toumodi, N’dapkri Félix et le délégué de Tiassalé, Amichia Alexis. Notre vœu, c’est de faire en sorte que tout le monde soit élargi pour créer vraiment les conditions  pour ne plus qu’il y ait des tensions, pour que le dialogue politique continue. C’est cela que nous appelons de tous nos vœux. Nous reconnaissons les efforts faits par le gouvernement, il faut être honnête, il faut le dire. Mais nous demandons au gouvernement d’aller encore plus loin et de liquider définitivement le dossier et que tout le monde soit libéré pour emmener la décrispation, pour que le dialogue puisse s’accélérer, pour que la réconciliation dont tout le monde parle puisse se faire.

Lire aussi:  Ultimatum à Mabri au Conseil Régional: Une élue du Tonkpi recadre sèchement Konaté Sidiki ‘’grassement rémunéré, mais porté disparu’’

Propos retranscrits sur Radio de la Paix (ex-ONUCI FM)

🔥0 Vues | Lectures

Laisser un commentaire