Pdci/Bureau politique du 24 septembre à Daoukro: Grand déballage de Maurice Kakou Guikahué, S.E en chef du Pdci-Rda

Pr Maurice Kakou Guikahué, Chef du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda, s’est prêté aux questions des journalistes, hier jeudi, à l’issue de la 116e Session dudit secrétariat qu’il a présidée.

Pdci/Bureau politique du 24 septembre à Daoukro: Grand déballage de Maurice Kakou Guikahué, S.E en chef du Pdci-Rda

Monsieur le secrétaire exécutif en chef, vous venez de présider la 116ème session du Secrétariat exécutif, quels sont les points qui ont été abordés ?
Le point principal de l’ordre du jour, c’était l’organisation et la participation à la réunion du Bureau politique du lundi 24 septembre 2018. Vous êtes sans ignorer que nous avons tenu la 115ème session du Secrétariat exécutif, mardi dernier, à Daoukro et deux décisions majeures avaient été prises, à l’issue de cette réunion par le président du parti. Faire l’inventaire exhaustif du patrimoine immobilier du parti. Nous avons lancé l’opération et la tenue en urgence d’une réunion du Bureau politique. Et la date a été fixée, c’est le lundi 24 septembre 2018 à Daoukro. Donc, nous nous sommes retrouvés pour préparer cette réunion de façon pratique.

Alors, que doit-on retenir en ce qui concerne l’organisation pratique de cette importante rencontre du 8e Bp?
C’est toujours la même chose. Le Pdci est un parti ancien, il a l’habitude de se réunir, mais il y a des esprits qui ont commencé à naitre au niveau de cette famille et la dernière fois, les décisions du Bureau politique ont été attaquées sur sa façon d’organiser. Alors que c’est toujours la même façon. Donc, nous prenons les mêmes dispositions. D’abord, nous avons dit qu’on a le même mode opératoire. Donc, le samedi 22 septembre de 10h à 20h, tous les membres du Bureau politique viendront prendre leurs badges qui donnent accès à la salle de réunion. Pour prendre ces badges, il faut qu’ils viennent avec leur carte de membre du Bureau politique ou bien s’ils n’ont pas encore leur carte, qu’ils viennent avec le reçu de paiement de la cotisation et leur carte nationale d’identité. Dans le premier cas, sur la carte de membre, il y a en même temps votre photo. Donc, on sait que c’est vous le membre du Bureau politique, alors que sur le reçu, il n’y a pas de photo. Il faut donc que le reçu soit couplé avec la carte nationale d’identité. Et cette opération se déroulera au siège du parti à Cocody de 10h à 20h. Ensuite, sur place à Daoukro le dimanche à partir de 16h à l’hôtel La Paix. Ou encore, lundi matin à partir de 8h30 jusqu’ à 10h avant la réunion, ils pourront retirer leurs badges pour avoir accès à la salle. Parce que toute personne qui n’a pas de badge n’aura pas accès à la salle.

Lire aussi:  Législatives 2021 du 6 mars: L’opposition choisit Lagui Kouassi Joachim pour battre le RHDP à Oumé

Les cadres qui ont pris part à la création du parti unifié Rhdp et qui sont exclus peuvent-ils venir à cette réunion du Bureau politique ?
Il faut bien utiliser les termes. Dans la conférence de presse que nous avons animée, nous avons dit que la loi de 93 dispose qu’on ne peut pas être membre de deux partis politiques. Donc si quelqu’un crée un parti politique, il s’exclu de lui-même de son ancien parti. Il y a une nuance. Nous n’avons exclu personne. Maintenant si ces personnes viennent au Bureau politique, on jugera. Peut-être que ceux avec qui ils sont allés pour le parti unifié, vont se poser des questions. Aussi, nous n’avons pas acté. Donc, ces personnes-là peuvent venir au Bureau politique. Il ne faut pas que quelqu’un dise qu’on l’a empêché de venir. Je ne sais pas pourquoi, N’guessan Jérôme commence à s’agiter. Peut-être qu’il a peur. Personne ne va l’empêcher de venir au Bureau politique. Justement, on veut qu’il vienne à la réunion du Bureau politique.

Cette réunion est donc ouverte à tous les membres comme d’habitude ?
Tous les membres du Bureau politique qui sont à jour de leur cotisation et qui ne sont pas frappés de décisions disciplinaires de suspension d’activités peuvent participer à cette réunion.
Des militants se demandent pourquoi cette réunion se tient cette fois-ci à Daoukro?
Peut-être que les militants ont oublié. On a fait beaucoup de réunions à Yamoussoukro. Dans nos textes, d’abord, il n’y a pas de délai de convocation du Bureau politique. Il n’y a pas de quorum et il n’y a pas de lieu. Daoukro étant une ville de Côte d’Ivoire, on peut y tenir le Bureau politique.

D’autres aussi pensent que lundi est un jour ouvrable ?
Dites-moi quel jour s’est faite l’Assemblée générale constitutive du parti unifié? C’était le lundi 16 juillet.

Des militants doutent du bon fonctionnement du parti avec le départ, disent-ils, au parti unifié Rhdp de N’zi Assamoua, secrétaire exécutif chargé des Finances et du patrimoine ?
J’étais à l’extérieur d’Abidjan au moment où le mouvement était lancé, nous étions à Daoukro avec le président et l’incitateur du mouvement, juste après la cérémonie, a pris l’avion pour l’extérieur du pays. Il avait un problème privé. Quand il reviendra, on abordera cette question.

Depuis un certain temps, des cadres du Pdci sont l’objet de chantage. Et hier (mercredi dernier), le président de la Jpdci rurale, Innocent Yao, a reçu une convocation… ?
On n’a pas vu de convocation. Innocent Yao a reçu un appel. En tout cas, en tant que secrétaire exécutif, je n’ai pas vu de convocation. Sur les réseaux sociaux, il est dit que deux députés auraient été bastonnés au siège du Pdci. Il n’y a rien eu. Depuis le début de la semaine, le siège est calme. Il n’y a rien. C’est de la propagande, de l’intoxication. Peut-être qu’en disant que des députés ont été bastonnés, ils voudraient voir des gens se révolter, il n’en est rien du tout. Ils ont même dit que Koné Issa Daouda du Forum des jeunes du Pdci a été pris à parti, il n’en est rien. Je pense que lui-même a répondu sur les réseaux sociaux que c’était faux. Donc, ce sont des nouvelles qui sont ventilées pour faire de la provocation, mais nous ne répondons pas à la provocation.

Lire aussi:  Politique ivoirienne: Alassane Ouattara est-il infréquentable? Comment le président du RDR-RHDP s'est isolé de ses principaux alliés politiques

Des militants ne comprennent pas que la justice ait pris une décision contre le Pdci après la plainte de N’guessan Jérôme ?
Effectivement, certains militants disent que la justice a pris des décisions anormales contre le Pdci. Parce que c’est une intrusion de la justice dans le fonctionnement des partis politiques. Le Pdci a construit cette Côte d’Ivoire, on a fait la justice, on laisse à la conscience du juge ce qu’il a fait. Mais nous, on respecte les décisions de justice, on prendra d’autres dispositions avec les recours qui sont les appels. Je pense que les Avocats vous en ont déjà parlé.

Et si d’aventure Innocent Yao était arrêté ?
Je ne peux pas faire de politique fiction.

Quelle suite donnez-vous au cas du secrétaire exécutif N’ZI Assamoua dont les bureaux ont été fermés par des jeunes du Pdci ?
Ce qui m’a été rapporté, c’est qu’après le lancement de son mouvement, le mardi, des jeunes de la Jpdci seraient venus pour rencontrer le secrétaire exécutif pour en savoir un peu plus. Car, ils ne comprenaient pas pourquoi le secrétaire exécutif ait créé un mouvement pour soutenir les indépendants. Et s’il soutient les candidats indépendants, c’est qu’il ne soutient pas les vrais candidats. Donc, ils voulaient en avoir le cœur net. Il paraît que quand ils sont arrivés, on leur a dit que le secrétaire exécutif N’zi n’était pas là. Donc ils étaient surexcités et ils ont demandé sagement à la secrétaire de fermer la porte et d’aller à la maison. Quand je suis revenu de Daoukro, c’est ce qui m’a été rapporté. Il n’y a pas eu d’intrusion dans le bureau, personne n’a dormi dans le bureau, rien du tout.

Lire aussi:  Zanzan/Des chefs Bron rassurent le président Bédié: «Nous sommes dans l’armée (Pdci) d’Houphouët-Boigny pour la Côte d’Ivoire»

Avec tous ces coups que prend le Pdci-Rda, ces temps-ci, comment le président Bédié reçoit tout ça ?
Comme un chef. Il reçoit ça comme un chef. Quand vous dirigez une structure, il faut toujours s’attendre à des difficultés. Donc, il est préparé à cela. Je ne peux pas vous dire dans la presse ce qu’on pense, mais on reçoit cela avec responsabilité.

Il y a eu aussi le retrait des vigiles au siège du Pdci ?
Nous allons résilier le contrat avec la société de gardiennage. Ce n’est pas un drame.

Qui est à l’origine de cette situation ?
Je ne sais pas. Comme le secrétaire exécutif chargé des Finances et du patrimoine (N’zi Assamoua) n’est pas là, on ne peut pas aborder la question de fond.

Monsieur le ministre, où en êtes-vous avec la question de l’utilisation du logo et des symboles du Pdci à la Cei ?
On a fait un recours à la Chambre administrative de la Cour suprême. Donc bientôt, ils vont rendre le verdict.

Le Pdci a demandé la réforme de la Cei, sans suite favorable. Que se passera-t-il si cette situation reste en l’état ?
On va se réunir pour prendre la décision qui va dans l’intérêt du Pdci-Rda, de ses militants et de ses cadres.

Lundi, est-ce que le Pdci pourrait aller jusqu’ à prendre la décision de ne pas participer aux élections municipales et régionales?
Ça peut se discuter. Ça se discute. Mais, je ne peux pas parler de la décision de lundi alors que nous ne sommes que jeudi. Je suis sûr que ça va être abordé, il ne faut pas se leurrer.

A quelle heure aura lieu la réunion du Bureau politique?
Elle aura lieu à 11h à l’hôtel de La Paix à Daoukro.

Avez-vous un mot à dire à l’endroit des participants ?
Le communiqué du Secrétariat exécutif est clair. Le président a lancé un appel à la sérénité et il a dit sa détermination aux militants de préserver les intérêts du Pdci-Rda. Il faut qu’ils restent à l’écoute du président du parti. Il ne faut pas qu’ils doutent de quoi que ce soit. Qu’ils restent sereins et comme le président l’a dit, qu’ils ne répondent à aucune provocation.
Propos recueillis par Guy Tressia, Diarrassouba Sory et Paul Kouakou

Laisser un commentaire