Modification de la Constitution ivoirienne: Le texte soumis aux députés, ce jeudi… le régime Ouattara-RHDP, une ‘’démocratie’’ sans le peuple

Le processus de révision de la Constitution tel que voulu par le président de la République, Alassane Ouattara, suit son cours, en dépit des observations et opposition de la quasi-totalité des groupes parlementaires de l’opposition. Les Parlementaires réunis en Congrès, le lundi 9 mars 2020, ont, en effet, voté la prise en considération du projet de loi portant révision de la Constitution du 8 novembre 2016. Les réserves soulevées par l’opposition quant à l’opportunité de cet exercice de révision de la Constitution n’ont guère ébranlé le groupe Rhdp dans sa volonté manifeste de tout faire passer comme une lettre à la Poste. Le député Konan Marius, du groupe parlementaire Pdci-Rda, a expliqué en ces termes, l’étape du lundi dernier. « Il s’agissait de donner un accord pour la modification à travers l’examen du projet de révision déposé par le Président de la République. Ce vote obtenu à la majorité absolue conformément à l’article 177 de notre Constitution, ouvre la voie à l’examen du projet de loi en commission dans les deux chambres afin d’aboutir à une délibération ». A-t-il indiqué. Cette étape franchie, à quoi doit-on s’attendre les prochains jours à l’Assemblée nationale ? Konan Marius explique. « A quoi s’attendre pour la suite ? Chacune des chambres du Parlement va examiner le projet conformément aux règles prévues en la matière par son Règlement. Le Sénat a commencé cet examen dès le lundi après-midi et l’Assemblée nationale se réunira à ce sujet le jeudi 12 mars 2020 à l’Hémicycle. La séance étant publique, les citoyens qui le souhaitent pourraient y assister. A la fin des travaux des 2 chambres de notre Parlement, le texte sera soumis à l’adoption du Congrès le 17 mars 2020 à Yamoussoukro. L’adoption définitive est acquise à la majorité de 2/3 lors d’un scrutin secret. Le Congrès étant composé de 350 parlementaires effectivement en fonction, le Oui doit obtenir absolument 234 voix pour que les modifications projetées soient Intégrées à la Constitution ». Précise l’élu du peuple. Ainsi, les députés ont rendez-vous, demain jeudi, à l’Assemblée nationale au Plateau pour prendre le relais des sénateurs qui, eux, finissent en principe, aujourd’hui, avec l’adoption en plénière du texte, à Yamoussoukro. Le projet  à eux soumis a été examiné en commission, lundi dernier, comme le fait savoir le député Konan Marius. Hier mardi, le rapport a été adopté malgré le non des sénateurs Pdci-Rda. Et ce mercredi, le texte passera en plénière et sera transmis à l’Assemblée nationale en petites lois que devront examiner, à leur tour, les députés. L’on comprend maintenant l’acharnement avec lequel le Rhdp a procédé au débauchage des élus. Il lui fallait une majorité certaine. Et l’exercice du moment montre bien que quelque chose a été préparé longtemps à l’avance. Contre le gré d’une bonne frange de la population, la Constitution du 8 novembre 2016, pour laquelle tous les qualificatifs, les bons bien évidemment,  lui ont attribués, est en train d’être modifiée par des députés et sénateurs à la solde du pouvoir Rhdp. Là où le vrai jeu démocratique aurait recommandé la voie référendaire afin que le peuple, dans son ensemble, se prononce et se détermine sur la question.

Lire aussi:  Meeting au Félicia: Les grosses piqûres bien dosées de l’opposition à Alassane Ouattara

Gilles R.O.

Laisser un commentaire