Menaces et intimidations des candidats de l’opposition: Niamkey Koffi (PDCI) prévient

A la différence des élections présidentielles de 2020 boycottées par l’opposition et dont les résultats ont été qualifiés d’arnaque par les leaders de ladite opposition, les élections législatives du 06 Mars 2021 s’annoncent palpitantes avec des alliances de candidats de l’opposition qui pourraient faire perdre des bastions au RHDP dans plusieurs communes ou localités.

Alors des militants du parti au pouvoir à Abobo, Adjamé, Touleupleu, Sinématiali et dans d’autres localités du pays s’adonnent à des actes de vandalisme et d’intimidations en plein période de campagne, pour effrayer les militants de l’opposition et les empêcher d’aller voter.

Pour ce faire, le PDCI-RDA et EDS ont par la voix du Professeur Niamkey Koffi, Coordonnateur général du comité de gestion et de suivi des élections législatives, animé une conférence de presse afin de prendre la communauté internationale à témoin et interpeler le pouvoir en place.

L’orateur a partagé la table de séance avec M. Lenoir, Secrétaire Exécutif du PDCI chargé de la sécurité, Cyrielle Koné Obré, Conseillère spéciale en communication du président Bédié et Dia Houphouet Augustin, l’un des candidats du PDCI aux législatives à Yopougon.

« Autant les candidats du RHDP circulent en toute liberté sur toute l’étendue du territoire national, autant les candidats de l’opposition peuvent le faire « … » Le PDCI et EDS par la voix de leurs leaders respectifs, les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo interpellent les autorités compétentes à jouer leur rôle. Car il y va de la sécurisation du scrutin », a précisé Niamkey Koffi.

Lire aussi:  PDCI-RDA: Le député Doho Simon nommé Conseiller technique de Bédié

Qui a poursuivi en ces termes : « l’opposition ivoirienne consciente de sa majorité ne se laissera pas voler sa victoire. »

Aussi, a-t-il invité la CEI à créer les conditions pour des élections justes et équitables.

En outre, il a condamné la répression et le musèlement de certains organes de presse de l’opposition ; à savoir l’Héritage et Le Bélier pour des arguments qui laissent à désirer.

Pour lui, l’opposition s’en va à ces élections sans l’audit de la liste électorale parce qu’elle ne veut pas laisser l’exclusivité du pouvoir législatif au régime et avoir affaire à un parlement qui se présentera comme une caisse à résonnance.

Dia Houphouet a renchéri pour dire qu’il y a des intimidations à Yopougon et a demandé aux auteurs de tourner la page de la violence.

Il a demandé à tous les électeurs de l’opposition de ne pas se laisser distraire, de sortir nombreux pour la victoire.

Nathanael Yao

Laisser un commentaire