Livre de la semaine N°1 (Par Antoie EDO): ‘’Au nom de la politique’’…«Interpellons les acteurs de la politique malsaine»

Livre de la semaine N°1 (Par Antoie EDO): ‘’Au nom de la politique’’…«Interpellons les acteurs de la politique malsaine» 

Titre de l’œuvre : Au nom de la politique

Auteur : Fodjo Kadjo Abo

«Interpellons les acteurs de l’activité politique malsaine»

Regard sur l’auteur

Notre auteur est Magistrat hors hiérarchie du groupe A, du nom de Fodjo Kadjo Abo ; il est né le 1er janvier 1959 à Adoumkrom, dans le Nord-Est de la Côte d’Ivoire.

L’homme intellectuel a occupé diverses fonctions et postes dans ce pays, notamment dans la magistrature ainsi qu’au ministère de la Justice et au ministère de la Sécurité. Il est aussi bon écrivain engagé au sens plein du terme. Lauréat du prix haut de gamme de la littérature en 2008, commandeur de de l’Ordre du mérite de la Fonction Publique, il est aussi Officier de l’Ordre national et chevalier de l’ordre du mérite culturel. Dites simplement… un homme d’honneur.   

 L’œuvre

Dans unlivre-essai paru en 2016, aux éditions « L’Harmattan »-Côte d’Ivoire, FodjoKadjo Abo vient de consacrer ses réflexions à une triste réalité de la vie politique ; la politique qui a pour finalité le bien-être social, mais qui est devenue un fléau  de l’humanité. Souvenez-vous de cet adage selon lequel « si tu ne fais pas la politique, la politique va te faire ». Peut-être pour dire que tous faisons la politique, d’une manière ou d’une autre.

Il n’y a aucune atrocité que l’être humain ne soit pas capable de commettre en son nom. Pour le politicien qu’il ne faut pas confondre au politique, les barrières légales, morales et éthiques qui encadrent toute activité humaine n’existent que pour les autres. Si la satisfaction des ambitions exige qu’il prenne en comptele mensonge, des contrevérités ou la fraude, mette sa propre vie et celle des proches en danger, répande le sang de ses semblables ou embrase son pays, il le fera sans état d’âme. L’auteur donc focalise son texte sur 15 thématiques que sont : « Des personnes métamorphosées au nom de la politique ; Le mensonge idéalisé et pratiqué au nom de la politique ; La roublardise glorifiée et pratiquée au nom de la politique ;  La fraude magnifiée et pratiquée au nom de la politique ;  La témérité prisée et pratiquée au nom de la politique ;  La barbarie ennoblie et pratiquée au nom de la politique ; La jeunesse instrumentalisée au nom de la politique ; Des organisations professionnelles instrumentalisées au nom de la politique ; La presse instrumentalisée au nom de la politique ; Des lois et institutions instrumentalisées au nom de la politique ;  Les religions instrumentalisées au nom de la politique ; La corruption idéalisée et promue au nom de la politique ; La médiocrité célébrée et promue au nom de la politique ;  L’indiscipline et l’impunité promues au nom de la politique ; Des perversions valorisées et promues au nom de la politique ».

Lire aussi:  Régionales 2018-Yao N’guettia Kouman, militant et député Fpi: «Je vais avec le PDCI parce que mon parti m’a mis en mission…Il faut que le PDCI et le FPI mettent la main sur le Gontougo»

Allez comprendre que la politique aux bonnes paroles et la bonne expression vont ensemble !

Antoine EDO

Doctorant : edoantoine@yahoo.fr

Laisser un commentaire