Littérature: “Un élève pas comme les autres”, naître à Abobo n’est pas une fatalité

Le livre de la semaine

Titre: ‘’Un élève pas comme les autres’’

Auteur: Achille Brice Yameogo 

Comme si nous échangions avec Achille Brice Yameogo au sujet de son roman publié  par “Les Editions L’Harmattan”, Paris, “Un élève pas comme les autres”.

Présentation

 En tant que jeune écrivain, je ressens de l’admiration et une profonde reconnaissance pour tous les sacrifices que vous consentez dans le but de faire connaitre les écrivains Ivoiriens et par ricochet  promouvoir la littérature en Afrique. Je me nomme Yaméogo Achille Marie- Brice, je suis né en 1991 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. J’ai fait mon parcours scolaire à Abobo avant d’obtenir mon baccalauréat en 2009.  Je suis étudiant en thèse de doctorat de Lettres Modernes, à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, auteur de deux livres.

A la vérité, mon amour pour la littérature est né dès mon enfance. Mon père était un adepte de la lecture. A la maison, il avait accumulé un grand nombre de livres. Il s’était, par la même occasion, construit une petite bibliothèque personnelle. Je me souviens que, par moment, il me racontait des histoires drôles,  des contes pour me faire aimer les livres. Quand je fus en âge d’aller à l’école, c’est tout naturellement que je lisais les livres de papa pour me distraire. J’ai fini par intérioriser cette habitude si bien que je décidai de devenir un jour écrivain lorsque je fus en classe de troisième. Ce rêve m’a toujours hanté jusqu’à ce que je le réalise aujourd’hui. Et je remercie Dieu pour cela. 

Lire aussi:  Daoukro-Nuit du Maouloud: Le président Bédié a demandé aux fidèles musulmans de prier pour la cohésion sociale et la Paix en Côte d'Ivoire

Pourquoi avoir commencé  par  la poésie ?

Paucameae est le symbole de mes débuts dans l’univers de l’écriture. J’ai choisi pour mes premiers pas d’écrire de la poésie, car c’est un genre que j’affectionne énormément. La poésie m’offrait plus de possibilités et de liberté. A travers la poésie, je pouvais sonder l’âme  humaine, déceler ses vices, ces ridicules, ses peurs … Je pouvais également dire ce que je ressens. ” Paucameae est un terme  Latin qui signifie littéralement ” quelques vers pour ma fille “. Ce terme, je l’ai découvert pour la première fois dans LES CONTEMPLATIONS de Victor Hugo où il consacra plusieurs pages à sa fille Léopoldine. J’ai été touché par ce livre. Dans mon livre, j’ai consacré toute une section à mon pays la Côte d’Ivoire. Cette partie, je l’ai nommée ” Pour ma patrie “. Tout comme Hugo dédia son livre à sa fille  Léopoldine disparue, j’ai écrit mon livre pour la Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire est certes jeune, mais  elle a traversé plusieurs événements douloureux  depuis son accession à l’indépendance en 1960. Les plaies occasionnées par les conflits armés sont encore béantes; elle a donc besoin qu’on lui fasse des points de suture pour se rétablir de ses maux au risque de sombrer dans le chaos. Telle est la symbolique de ce titre Paucameae: quelques vers pour ma fille, la Côte d’ Ivoire. 

Lire aussi:  Région du Gôh-Littérature/1ère édition de la journée de l’Ecole et la jeune fille: Autorités, élèves et parents se ‘’battent’’ pour ‘’LES FILLES DE GAGNOA’’

Un élève pas comme les autres… 

  Un élève pas comme les autres est un roman de 120 pages paru en avril 2020 chez ” L’Harmattan “,  Paris, collection les Impliqués Éditeur. 

Sangaré Amadou est un brillant écolier qui, avant sa naissance eut la malchance de perdre son père. Il vivra avec sa mère, mais la perdra à l’âge de 14 ans. Dès son plus jeune âge,  le petit garçon est orphelin de père et de mère. Pour honorer sa mère qui s’était sacrifiée pour son bonheur, il devra affronter la vie pour réaliser son rêve: devenir juge. Contrairement à ses amis de classe, Amadou ne se laissera pas influencer par les voluptés de la vie. Depuis son bas-âge, il avait pris conscience de ses qualités intellectuelles et de la puissance du travail. Elève studieux, brillant et consciencieux, il se détournera des habitudes suicidaires qui constituent le lot quotidien des élèves de sa ville : paresse, alcoolisme, violence, délogements … Il réussira son test d’entrée dans le plus prestigieux lycée de la ville : le lycée municipal de Sigui. Son parcours scolaire sera parsemé de succès, à cause de son goût prononcé pour le travail. Il obtiendra son BEPC avant de regagner la France grâce à l’aide de son oncle Oumar  Dia, président de la République de Malholand. 

Lire aussi:  Fake News en Côte d’Ivoire: Légré Philippe (RHDP) doit subir la rigueur de la loi comme le député Alain Lobognon (opposition) l’a subi en 2018-2019… Adou Richard interpellé

Le brillant parcours du petit Amadou est un exemple que l’auteur veut donner à l’ensemble des écoliers de son pays. Dans un pays confronté à la baisse du niveau intellectuel des élèves. Ces derniers sont en manque de repères, déboussolés, et ne voient plus en l’école, un moyen de réussite. La violence des élèves, l’inefficacité du système éducatif, le désarroi des enseignants, la tricherie, la corruption, la solidarité africaine… Voici autant de thème abordés dans ce livre. 

En quelques mots, ce roman est un récit du parcours d’excellence d’ un orphelin nommé Sangaré Amadou, poussé sur cette voie par l’intelligence et le courage de sa mère puis la sueur de son front, son honnêteté , sa loyauté et quelques professeurs d’ exception. Dans une ambiance réaliste, des descriptions particulièrement soignées, une intrigue rythmée, l’auteur dénonce le laxisme d’un système éducatif en Côte d’Ivoire et d’une nouvelle génération d’élèves fainéante tout en réservant une chute  qui laisse le lecteur bouche bée. 

Tonio Edo

Laisser un commentaire